Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

20 mai 2018 7 20 /05 /mai /2018 23:38

Le point noir de La Hague était jusque là, pour certains, son usine de retraitement, la "première poubelle nucléaire du monde".

La centrale nucléaire de Flamanville lui a ravi la première place dans l’absurdité et la gabegie financière qui ne cesse de croître.

Mais ce ne serait sans compter le désert médical qui prévaut dans ce coin de Normandie, qui, malgré tout, reste pour moi le plus beau au monde.

 

Dans le peu de médecins en place, certains profitent de la naïveté de leurs patients, des citoyens lambda qui supposent que sous prétexte d'études ceux-ci « Oh, ce sont des gens bien, c’est des docteurs ils savent ce qu’ils font ». Bien sûr qu'ils savent ce qu'ils font. Et c'est pire. Devant la détresse et l'ignorance de leurs clients, les toubibs en question maintiennent ces derniers dans une perpétuelle dépendance.

Et ainsi vont les mentalités du fond de nos campagnes qui se sont arrêtées à la fin du 19ème siècle, au mieux, au début du 20ème. Les « notables » sont encore en place et font « force de loi », à l’instar des petits "Knock" qui pullulent dans nos contrées.

Oh, bien sûr et loin de là, les villes ne sont pas épargnées, car l’on voit souvent des citoyens ou citoyennes se faire charcuter par des charlatans pour se faire réduire quelques rides dans des cliniques en ruines sans que cela ne leur donne la puce à l’oreille sur l’incompétence de leurs chirurgiens.

La différence est que la vie à la campagne est moins au fait de la "modernité" ( manque d’information, isolement, Hanouna et Drucker, zones blanches ).

 

 

Mais l’être humain étant ce qu’il est, que cela soit en campagne comme en ville, le niveau de compréhension ... et/ou d'incompréhension, est le même. Or, la compréhension de l’actualité étant faite tous azimuts et à grande vitesse, le « temps de cerveau disponible » cher à Patrick Le Lay, ancien PDG de TF1, en est réduit.

Heureusement qu'aujourd’hui, la démo-crassie en place est quand même parfois contrée par, sinon le raisonnement, au-moins par un des seuls, donc rares concepts démocratiques que permet la connaissance, j'ai nommé Internet. Car à travers Internet, tout à chacun peut se faire une opinion et au-moins s'informer, et personne ne peut plus dire "je ne savais pas". Fini de faire l'autruche.

 

Loin de moi d’être cynique ou méprisant envers les gens de la campagne que je respecte plus que ceux des villes. Je suis fils de paysans et j’en tire fierté, mais j’ai néanmoins aussi la prétention de vivre à mon époque, et d’en démontrer les tares.

 

Il y a encore quelques années, les employés de la maison de retraite de Beaumont-Hague étaient en grève pour dénoncer les conditions de travail qui se dégradaient, et qui par conséquence, avaient des répercussions directes sur les résidents.

Depuis, les locaux de la maison de retraite ont été réhabilités en logements, et l'EHPAD reconstruit. Je vous laisse, non sans une certaine délectation issue de mon cynisme naturel, prendre connaissance de l'avis du site MDRS ( Maison De Retraite Sélection ) :

 

L’ EHPAD public du CIAS a été totalement reconstruit derrière l’école maternelle Jacques Prévert en septembre 2014. Situé en périphérie ( personnellement, je parlerais plus de mise à l'écart des personnes âgées ) du centre-ville de Beaumont-Hague, il bénéficie néanmoins ( néanmoins définition : Malgré ce qui vient d'être dit ... et l'on revient à l'euphémisme du mot périphérie ^^ ) d’une belle vue sur les collines boisées des environs. ( Ils vont pouvoir choisir le bois de leurs futurs cercueils. Alors, on dit merci qui ? ! )

 

Son bâtiment n’a pas forcement le charme de l’ancien ( ben tiens, pourquoi faire un effort en matière d'architecture hein ) mais il est surement plus aux normes avec le confort de notre époque. Si sa capacité est réduite, ( ah c'est bêta ça ) il dispose néanmoins ( qu'est-ce que je vous disais ;-) ) d’une unité protégée de 10 lits, doté d’un jardin thérapeutique, pour les personnes désorientées, Alzheimer ou apparentées. Les chambres réparties sur deux niveaux, sont toutes individuelles équipées de douche privative, d’un mobilier adapté, de prise téléphone et télévision. Les lieux de vie comme le standing sont assez ordinaire, surtout pour une structure aussi récente. Les résidents peuvent personnaliser et aménager leur chambre avec du mobilier ou des objets personnels.

 

L’équipe de soins est standard avec médecin coordonnateur, infirmières, aides-soignantes, AMP et psy ainsi que des intervenants extérieurs (médecins, pédicures, kinés et podologues). Les activités proposées sont régulières et variées, aussi bien d’ordre manuel, physique, ludique ou intellectuel, (gymnastique douce, promenades, activités de création et décoration, spectacles, chorale, ateliers mémoire, cuisine, célébrations d’anniversaires et d’événements traditionnels…) encadrées par une animatrice aidée du personnel. La restauration est réalisée en liaison froide par la cuisine centrale de la ville.

Si son tarif n’est vraiment pas excessif, le déménagement a cependant engendré une augmentation du coût de séjour important ( Ouuups ! ) qui a provoqué la colère des résidents, comme quoi en France il en faut peu… ( en gros, petits français, fermez vos gueules, vous n'avez pas à vous plaindre ! ).

 

Il est de notoriété publique que les « élus » de la Hague dans les années soixante ayant été roulés dans la farine par les responsables du Commissariat à l'énergie atomique ( CEA ) de l'époque, ces « messieurs de la ville », étaient revenus de la capitale avec encore des étoiles dans les yeux à la vue des petites femmes de Paris et moult repas si arrosés que certains, repus et contents pensaient mordicus à leur retour, que le CEA allait construire dans la Hague … une usine de casseroles.

Anne Lauvergeon, l'ancienne présidente d'Areva a laissé derrière elle un bilan catastrophique; et après avoir fait perdre plus de 10 milliards d'euros à la boite, elle a aussi réussi le tour de force de se barrer avec un parachute doré de 1,8 millions d'euros. Et dire que la direction avec toutes les casseroles ( non, c'est pas les mêmes ) que la boite traîne derrière elle, emmerdait les ouvriers du site de la Hague il y a encore quelques mois, pour gratter sur leurs paies et récupérer trois sous espagnols ... On rêve là ! 

 

Quand l'on voit les saloperies de ce genre, on ne peut que constater que cette catégorie du patronat n'a plus de retenue ! Si toutefois quelqu'un avait eu un jour l'idée de développer l'aide médicale et les besoins essentiels au développement humain des communes, mais non; les personnes âgées sont reléguées à l'écart.

 

Quelques milliards d'euros, ça en ferait des EHPAD et des cabinets médicaux en plus. Même, allez cadeau, avec des médecins compétents. Si si, ça existe !

Mais bon; tout ce qui compte, c’est que toutes les petites communes ont eu chacune leur salle des fêtes, pas vrai ? Oui hein, à défaut d’usine de casseroles … l’honneur est sauf !

Sur une population d'environ 12 000 habitants que compte la Hague, il n’y a aucune agence de location de voitures. Il faut faire 30 bornes et se rendre à Cherbourg pour louer un véhicule.

Et s’il n’y avait que les transports … le problème est que le désert gagne aussi du terrain en matière de santé. La population vieillit, et pour voir un ORL, un Ophtalmo, et autres spécialistes, il faut faire plus de 20 kilomètres.

 

Les techniques chirurgicales de la boite crânienne comme la trépanation étaient pratiquées il y a 1 000 ans de cela au Pérou. Et de nos jours, j’ai l’impression que nous en sommes encore parfois à l’époque de l’inquisition où l’église ne voulait pas reconnaitre les progrès scientifiques.

Dans l’absolu, si certains médecins généralistes avaient un tant soit peu d’humilité, au-moins une once d’honnêteté, ils orienteraient leurs patients vers un spécialiste, quand ils ne savent pas de quoi il retourne.

Pensez donc. Ils ont trouvé ( évidemment nous sommes en Normandie, ça aide ) de belles vaches à lait en la personne de leurs patients.

 

Et ils vous sortent sans honte bue que si telle ou telle personne ne peut-être hospitalisée, étant vieille, il est normal que cela se passe comme ça. Ben voyons, pourquoi pas.

 

 

Mais par contre, ils se gardent bien de ne plus les « suivre ». Ben oui mon con, tant que les personnes sont encore en vie mêmes malades, et qu’elles peuvent payer régulièrement, pourquoi les soigner pour ce qu'elles ont vraiment hein ? Pour eux, tant qu'il y a de la vie, y'a du pèze à se faire. Tout est bon dans les cochons de payants !

 

Quand on tombe sur des charlatans, en l'occurrence un médecin de Beaumont-Hague et un cardiologue de Cherbourg qui décèlent et confirment une hydrocéphalie à pression normale chez quelqu'un, et que l'on s'entend dire qu'il n'est pas possible de faire une dérivation, que c'est inopérable, on se pose des questions.

 

D'autant plus qu'après consultation prise auprès de la Professeure Emery au CHU de Caen, responsable du service de neurochirurgie, il s'avère qu'il n'est même pas question d'une quelconque hydrocéphalie.

 

Haguais, quoique vous en pensiez, si vous avez des doutes sur des symptômes qui persistent, je ne saurais que vous recommander d'aller consulter au CHU de Caen. Cela vous évitera beaucoup d'inquiétude, et vous aurez devant vous des médecins compétents.

Car le petit médecin généraliste de mes deux n’a pas le pouvoir d’un évêque du moyen-âge qui combattait les païens; le petit toubib de campagne, qui ne veut pas que ses décisions soient contestées, n’est qu’un simple trou du cul qui s’acharne à garder sa clientèle juste pour des considérations pécuniaires, malgré le devenir médical de ses patients; point barre.

 

 

Allez bonhomme; soigne les bronchites, les corps aux pieds, prends la tension, prescrit des médicaments, mais quand il s'agit de symptômes qui ont l'air plus sérieux, oriente tes patients vers des spécialistes compétents. Par pitié, aie un peu d’humilité et/ou un peu moins d’avarice quand tu as des patients que tu dois soigner.

Si tu ne sais pas ce qu’il en est, mets ton ego de côté et laisse donc tes confrères s’en occuper; ce n’est pas honteux. C’est même parfois une marque de grandeur que d’avoir un peu de réserve.

 

 

Les « Knock » ne sont pas morts … méfiez-vous braves gens; il y en a au-moins un qui sévit dans la Hague !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires