Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 16:49

L'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est non seulement une connerie, mais aussi une vaste fumisterie.

D'ailleurs il a changé de nom, car à son ancien nom, Impôt Sur la Fortune, l'état y a ajouté "solidarité" pour faire croire aux "contribuables du bas" que cela rapporte quelque chose, et que les "riches" étaient par-là, solidaires ( par contrainte quand même ) des pauvres.

En fait, l'état prend à quelques riches - ce qui incite d'ailleurs certains à frauder - pour ne redistribuer avec condescendance, que quelques miettes.

 

Du moment que les pauvres ont le sentiment d'avoir ce petit pouvoir sur les riches, cela arrange l'état; les événements actuels le démontrent bien. Tout le monde redemande à cor et à cri le rétablissement sur l'ISF, comme si c'était la panacée, sans que personne ne se rende compte que cela ne fera pas baisser les impôts.

En fait, le système ne fait qu'inciter d'une part à une fuite des capitaux vers des paradis fiscaux, et d'autre part incite aussi à la fraude. Cela concerne des milliards d'euros qui sont investis à l'étranger, ou qui dorment dans des coffres, au lieu d'aider à l'économie française.

 

Si tout le monde payait ne serait-ce qu'un pourcentage exact d'impôts au prorata de ses gains, cela rapporterait bien plus au pays. Cela ajouté à une répression impitoyable pour ceux qui fraudent, qu'ils soient riches ou pauvres, sans exceptions. Pour faire simple, dans un mode normal, un type comme Jérôme Cahuzac ne serait plus de ce monde.

 

Les personnes qui paient l'ISF, sont des personnes qui ont gagné cet argent. Que cela soit un chef d'entreprise, un footballeur, un artiste ou un simple particulier, il est possesseur de ses biens. Et ils apportent quels qu'ils soient, par leur don ou autre, quelque chose au peuple; comme le plaisir, l'espoir, le rêve, la convivialité. Il n'y a que quelques esprits chagrins, mesquins et jaloux qui n'acceptent pas cet état de fait.

Pour ma part, si un footballeur gagne des millions, ce n'est sûrement pas grâce à moi. Je m'intéresse tellement au foot, que si tout le monde était comme moi, les joueurs seraient payés au smic. Mais s'ils gagnent des millions, tant mieux pour eux; ils apportent quelque chose aux autres.

 

En fait, l'ISF ne rapporte que 5 milliards à l'état. C'est peanuts au regard de ce que la France pourrait récupérer en foutant la paix aux "riches". C'est une carotte que l'on a agité pendant des années devant le peuple pour lui faire plaisir, et lui permet d'assouvir ses jalousies envers "ceux qui ont tout" et leur faire croire que cela leur rapporte quelque chose. Cela s'appelle diviser pour régner.

 

La fraude fiscale, elle, coûte chaque année à la France entre 60 à 80 milliards d'euros, et "Dans un livre publié en 2012, le grand reporter à La Croix Antoine Peillon chiffrait lui à 600 milliards le montant des avoirs français dissimulés à l'étranger, dont environ 250 milliards détenus par des particuliers et le reste par des entreprises". (cf. lefigaro.fr). lien

 

L'optimisation fiscale quand à elle, coûte au pays au-moins 18 milliards d'euros. (cf. lesechos.fr). Lien

 

C'est là-dessus qu'un gouvernement honnête devrait se pencher et sévir. Mais cela n'arrange pas nos dirigeants qui préfèrent faire le jeu du capitalisme apatride, des copains-coquins à Macron. Alors français, pensez bien que vos 5 milliards récupérés de l'ISF, ne sont que de la poudre aux yeux destinée à vous faire oublier qu'il n'y a aucune volonté du gouvernement à faire payer les fraudeurs.

 

Et par ailleurs, comme je l'ai déjà écrit : "Un patron peut partir, rien qu'avec ses indemnités, il peut vivre quelques centaines d'années. Quand un ouvrier part, rien qu'avec les indemnités, il ne peut vivre, avec un peu de chance, que quelques centaines ... de jours."

Et c'est cela qui est insupportable. C'est sur les inégalités que doit se porter le combat. Et pour cela, il faut changer de système.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires