Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 20:41
Malgré le désarroi de Nadine Trintignant qui découvre depuis quelques mois les arcanes de la justice Française, Bertrand Cantat a été libéré. Comme la pub des gagnants au loto, le doigt de la justice s’est encore pointé sur un meurtrier afin de libérer celui-ci : « C'est le jeu ma pauvre Nadine ! »
Malheureusement, Michel Lajoye lui, n’a pas encore bénéficié de tant de mansuétude. Comme beaucoup en France qui sont victimes d’injustices, l’affaire Lajoye va finir par devenir un cas d’école tant il est vrai que son incarcération n’est même plus un exemple ; c’est une vraie chasse aux sorcières, un acharnement juridico-politique.
.

Lajoye-Cantat-copie-3.jpg

.
Comme le relatait le CEPE ( Comité d’Entraide aux Prisonniers Européens ) dans un communiqué du 16 octobre 2007 :
 
Bertrand Cantat dehors,
Michel Lajoye dedans...
 
A quelques jours de distance on vient d'assister à deux évènements qui dénotent une personnalisation des peines et du traitement judiciaire en contradiction avec les principes de notre droit, d'égalité et de légalité.
 
Bertrand Cantat condamné ( légèrement ) à 8 ans de détention pour le meurtre de sa compagne vient d'être remis en liberté au bout de 4 ans sous le régime de la conditionnelle en raison de sa bonne conduite et de sa « volonté manifeste de réinsertion ».
Cette libération est d'autant plus surprenante quand on sait que la mère de Marie Trintignant s'est opposée à cette remise en liberté, et que Cantat a l'obligation de suivre une thérapie liée à son état psychologique, ce qui semble en contradiction avec ses liens étroits et maintenus avec le monde du show-bizness.
 
Michel Lajoye ( lourdement ) condamné à perpétuité avec une peine incompressible de 18 ans et qui a normalement accompli son temps depuis prés de 2 ans, a fait l'objet en juin 2007 d'une décision de justice lui octroyant un régime de semi-liberté, mais demeure toujours en détention au bout de 20 ans ( 7000 jours derrière les barreaux ) suite à une argutie du parquet.
 
On comprend d'autant moins quand on sait que Michel Lajoye, lui, n'a pas une goutte de sang sur les mains, qu'aucune partie civile ne s'oppose à sa libération et que son insertion professionnelle dans une entreprise est tout ce qu'il y a de plus banale et avérée.
En fait, notre compatriote fait partie de ces condamnés, jugés plus par ce qu'ils sont que pour ce qu'ils ont fait. Victime d'une sorte de « lettre de cachet » qui ne veut pas dire son nom, Michel Lajoye vient d'entrer dans la catégorie des prisonniers politiques que l'état français ne reconnaît pas, mais auxquels il réserve toute sa haine et sa mesquinerie.
 
contact@cepe-liberte.com 
" La répression ne nous plie pas, elle nous multiplie "
 

Partager cet article

Repost0

commentaires