Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 22:18
Suite à un envoi de Marcel MAGON concernant le fils TAPIE, je me suis penché sur la situation des proches des nouveaux copains-coquins qui composent le gouvernement.
C'est pourquoi dans le jeu des cinq familles, je demande :
 
Dans la famille TAPIE, je demande le fils de la raclure :
 
Celui-ci marchant dans les pas de son père, ne pouvait faire autrement. On a même l’impression que c’est un passage obligé pour avoir le label d’escroc de service. 
 
St--phane-Tapie--Sipa-.jpg

Stéphane Tapie (Sipa)

 
NOUVELOBS.COM | 15.11.2007 |
 
 Quand l'Elysée arrange les affaires du fils Tapie 


Il avait accumulé 88.853 euros de loyers impayés. Après l'intervention de Claude Guéant, il voit sa dette allégée et son expulsion annulée.


L'Elysée est intervenu, à la demande de Bernard Tapie, pour régler les problèmes de loyers impayés de son fils Stéphane, afin que ce dernier ne soit pas expulsé et voit sa dette révisée, apprend-on dans Le Canard enchaîné de mercredi 14 novembre.
Selon l'hebdomadaire, Stéphane Tapie, qui vit à Neuilly dans un appartement de 220 m² appartenant à la Caisse des dépôts, avait accumulé 88.853 euros d'impayés, soit près de deux ans de loyers. Après plusieurs décision de justice, "le préfet des Hauts-de-Seine signe, dans les premiers jours d'octobre, un arrêt d'expulsion. Miracle: il n'a pas besoin de faire donner la troupe", affirme Le Canard enchaîné.
 
Claude Guéant
 
"Car à point nommé papa Nanard fait appel à ses relations", relate l'hebdomadaire qui précise que "c'est Claude Guéant, secrétaire général de la présidence qui s'acquitte de la noble tâche". Quelques jours plus tard, la dette, amputée de 15.000 euros, est échelonnée sur six mois. "L'ancien député des Bouches-du-Rhône a ainsi contracté une dette… morale vis-à-vis de Sarko", note Le Canard qui note que "Tapie père joue les entremetteurs entre radicaux de gauche et radicaux valoisiens".
 
Souvenirs, souvenirs …
certains se rappellent sûrement ces propos :
   

 

Dans la famille SARKOZY,

je demande le chauffard :

 
La comparution de Jean Sarkozy fixée au 4 décembre
 
Le frère de la victime était un militant UMP !
 
Le fils cadet de Nicolas Sarkozy, Jean, sera jugé le 4 décembre pour « délit de fuite » par le tribunal correctionnel de Paris, à condition que le plaignant, M'Hamed Bellouti, verse d'ici le 12 novembre une consignation de 850 € à l'appui de sa plainte. Jean Sarkozy n'était pas présent à l'audience mardi matin.
 
Le 10 octobre 2005, M'Hamed Bellouti s'est fait emboutir sa voiture place de la Concorde par un scooter qui a pris la fuite. Il a eu le temps de noter l'immatriculation et contacte son assureur qui écrit au propriétaire du scooter en janvier 2006.
En février 2006, la victime présumée porte plainte, qui sera égarée un mois plus tard. Cependant l'assureur a gardé une trace du document et fera connaître l'identité du conducteur du scooter à M. Bellouti. Le frère de ce dernier, militant UMP, se rendra même au QG de campagne de Nicolas Sarkozy où il sera reçu par une secrétaire. Mais sans résultat.
 
M'Hamed Bellouti décide alors de porter l'affaire au pénal, persuadé que Jean Sarkozy est « protégé » par la police et soucieux de faire valoir ses droits en démocratie. Il est d'autant plus choqué que la police en janvier 2007 retrouve en l'espace de 10 jours et grâce à des analyses ADN, le scooter volé de Jean Sarkozy.
« Quand on lui vole son scooter il y a du zèle, quand il percute ma voiture, il n'y a plus de zèle », s'offusque M. Bellouti. « Je n'ai jamais pu obtenir l'Etat civil complet de Jean Sarkozy », a également fait valoir son avocat, Me Christophe Launay, mardi. « Je crois que son père s'appelle Nicolas », a ironisé Me Thierry Herzog, l'avocat de Jean Sarkozy avant de produire une photocopie de son passeport.
 
M'Hamed Bellouti demande le remboursement des 260 € de dégâts et 4 000 € de dommages et intérêts pour préjudice moral.
 

© Associated Press

 

Dans la famille DATI,

je demande les dealers :

 
Alors que Le Parisien révèlait vendredi que l'un des onze frères et soeurs de Rachida Dati sera jugé mardi en appel pour trafic de stupéfiant, on apprend qu'un autre de ses frères fait l'objet d'une procédure judiciaire. Agé de 35 ans environ, Omar Dati a été placé sous contrôle judiciaire en juin 2005 après avoir été interpellé dans le cadre d'un trafic de cannabis dans la région chalonnaise. La date de l'audience devant le tribunal correctionnel n'a pas encore été fixée.
Selon Le Parisien, son frère Jamal Dati, 35 ans, avait été condamné à six mois de prison avec sursis pour trafic de drogue, par le tribunal de grande instance de Verdun, dans la Meuse. L'homme est un récidiviste et le procureur général jugeait la peine faible. Il a donc fait appel pour obtenir une aggravation. L'audience aura lieu mardi prochain devant la cour d'appel de Nancy, en Meurthe-et-Moselle.
 
Promesse électorale
 
Il y a six ans, Jamal Dati avait déjà écopé de trois ans de prison, dont 18 mois ferme pour trafic de stupéfiant à Chalon-sur-Saône, fief de la famille Dati. Courant 2006, il est de nouveau arrêté pour commerce illicite de drogue, près de Verdun où il vit. A ce moment là, toujours selon Le Parisien, il a alors tenté de joindre sa sœur au ministère de l'Intérieur où elle travaillait avec Nicolas Sarkozy. L'entourage de l'actuel garde des Sceaux réfute que l'affaire lui ait été signalée. "La ministre n'a pas de contact particulier avec ce frère ni d'information particulière sur son dossier", explique-t-il. Et de conclure d'un "de toute manière, Jamal Dati est et reste un justiciable comme les autres".
 
Jamal Dati pourrait être l'un des premiers concernés par le projet de loi contre la récidive. Adopté la semaine dernière par le Sénat, le texte instaure des peines plancher et écarte dans certains cas l'excuse de minorité pour les 16-18 ans, conformément à une promesse électorale de Nicolas Sarkozy.
D'après un magistrat anonyme cité par le journal, "si l'on appliquait à la lettre le projet Sarkozy-Dati sur les multirécidivistes, Jamal Dati devrait être condamné lourdement".
 

LCI.fr

 
Si certains comme Rachida DATI a au moins la décence ( du moins en donne-t-elle l’apparence ) de ne pas interférer dans les décisions de justice, montrant en cela l’exemple ( et c’est tout à son honneur ), ce n’est apparemment pas le cas dans la famille SARKOZY. Mais le frère de Hamed Bellouti étant militant UMP, celui-ci aura eu au-moins le plaisir de découvrir le fonctionnement du parti dont il était militant.
Apparemment, Rachida DATI est meilleure pour le nettoyage, que Nicolas SARKOZY pour enrayer la racaille.
 
Par ailleurs dans l’actualité théâtrale, Sophie TAPIE, la fille de l’autre, devrait jouer sur les planches un rôle dans la pièce « Oscar », créée par Pierre Mondy et Louis de Funès, portée à l’écran par Edouard Molinaro en 1967. Il s’agit dans l’histoire, d’un riche promoteur, de détournements de fonds et de fraudes fiscales. Nul doute que la fille de Tapie sera à l’aise dans ce rôle, ayant été à bonne école depuis sa naissance.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires