Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 17:57

Comme je l’écrivais dans un texte sur les parents, je suis d’une génération qui à connu les débuts de l’informatique à usage public. Bien que n’ayant aucune notion sur le plan technique ( un clin d’œil à Yves qui m’empêche d’être chez crétin.fr ), c’est pour moi un formidable instrument de communication, d’échange et d’ouverture sur le monde. Je vois les enfants de maintenant gérer cet outil comme si de rien n’y était ( comme Obélix, ils sont tombés dedans quand ils étaient petits ), tant et si bien qu’ils trouvent normal que cela existe, et que l’on oublie souvent ceux qui ont amené ce que je qualifierais de singulier dans le monde « moderne » : le système Internet. Une révolution dans notre monde contemporain qui pour moi est la plus « démocratique » depuis les things des vikings.

En faisant une recherche sur Internet afin de trouver certains caractères arabes dont j’avais besoin, je suis tombé sur l’histoire de Hrant GABEYAN, un de ces pionniers de l’informatique, créateur du clavier arabe actuel. Celui-ci après m’avoir donné quelques renseignements m’a gentiment proposé la calligraphie du mot « bienvenue » que je cherchais. J’en ai profité pour lui demander si je pouvais aussi m’en servir pour la page d’accueil de mon blog, et c’est pourquoi je l’ai ajouté après les caractères runiques et latins ( celle-ci est de sa main – et légèrement retouchée – car je n’ai pas encore le clavier adéquat ).

undefined

A l’instar de ceux qui ont sauvé les recueils d’Averroès, la participation de Hrant GABEYAN à l’informatique aura permis de maintenir la sauvegarde de l’écriture arabe. Ce qui permet non seulement d’aider à la préservation d’une culture, mais aussi de contribuer à éviter l’uniformisation d’un monde qui, après avoir ( je l’espère ) échappé au matérialisme communisme, ne tombera pas dans le matérialisme capitaliste où tout le monde serait pareil, penserait pareil, parlerait pareil : un totalitarisme du politiquement correct qui a tendance à s’installer dans la majorité des esprits depuis plusieurs années.

. 
La création du clavier arabe actuel
 
L’arabe, une langue compliquée à composer, a sacrifié beaucoup de sa richesse pour satisfaire des nécessités industrielles, qui devenaient prioritaires. Les typographes et les utilisateurs étaient contraints de se plier désespérément aux conditions des fabricants de machines, qui étaient pris entre la disparition des appareils de composition mécanique et l’apparition des photocomposeuses.
La majorité des 29 lettres de l’alphabet arabe possédant 4 formes (initiale, médiale, finale et isolée) rendait irréalisable la tâche de les placer sur un clavier d’ordinateur ayant 45 touches, et il était pratiquement impossible de leur ajouter bien d’autres éléments encore, tels que: l’ensemble de lettres essentielles existant en dehors de l’alphabet, les accents, les chiffres, la ponctuation, … . En conséquence, l’arabe a été malheureusement négligé, à partir des années 60.
Chargé du développement commercial de la firme Linotype sur le Moyen-Orient, j’ai été confronté à ce problème majeur. J’ai commencé en 1965 à entreprendre des recherches pour établir des règles élémentaires, qui m’ont conduit à un projet sophistiqué, découvrant ainsi d’autres besoins typographiques et des styles ornementaux souhaitables. Finalement, je parvenais en 1967 à réaliser un système informatisé opérationnel et complet concernant l’arabe et d’autres langues utilisant la même écriture.
 
◘ Le logiciel de sélection de caractères de ce système, permettait à chaque frappe sur le clavier de produire l’une des 4 formes basiques de la lettre, plus un nombre illimité de formes ornementales de cette lettre, d’un usage perdu depuis la composition manuelle. En conséquence, est apparu un clavier d’un nouveau design, représentant les 29 lettres de l’alphabet sur 29 touches, capable de générer un minimum de 102 caractères et un maximum de plusieurs centaines.
 
◘ Disparues depuis la composition manuelle, quelques 350 ligatures principales étaient récupérées et pouvaient être automatiquement obtenues à partir de ce clavier. En frappant consécutivement 2 ou 3 touches, le logiciel reconnaît si ces 2 ou 3 lettres peuvent être ligaturées ou non.
 
◘ Tous les accents sont inclus, se situant à des niveaux différents, suivant la taille du caractère.
 
◘ D’autres détails élégants ont été incorporés tels que ‘les caractères dentés distincts’, le style ‘mekantara’, l’entremêlement, le mixage arabe/latin dans le même texte,… .
 
◘ L’arabe étant une écriture calligraphique et cursive ne peut avoir de trait d’union, si bien que l’on utilise des rallonges pour justifier les lignes. Dans ce nouveau système, des règles classiques ont été établies définissant ce qu’il est possible et souhaitable pour insérer cette rallonge.
 
◘ Pour la premiére fois, des lettres arabes ont été dessinées pour l’affichage des textes, émanant du clavier, sur un terminal afin de corriger et effectuer la mise en page.
 
◘ J’ai convaincu mes différents employeurs d’investir dans de nouvelles fontes de caractères et d’enrichir le répertoire des caractères arabes.
 
◘ J’ai formé le personnel de mes premiers clients au Moyen-Orient.
La fin des années 60, a vu le tout premier programme de composition informatisée fonctionnant sur des machines de composition mécanique. J’ai ensuite modifié les données afin de les adapter aux caractéristiques de toutes les photocomposeuses Linotype, jusqu’à la fin des années 70. J’ai élaboré un programme poussé pour le Digiset de la firme Klett Verlag de Stuttgart et ensuite pour la société Compugraphic du Massachusetts. D’autres entreprises ont suivi, et aujourd’hui des claviers plus ou moins similaires, activant ce système, sont proposés pour des ordinateurs à usage professionnel et personnel.
Ces performances ont radicalement changé le concept de la composition de l’arabe et ont été considérées comme une percée technologique majeure. Le développement de ce nouveau clavier a restauré toute l’esthétique et la grâce qui faisaient traditionnellement la beauté et la singularité de l’écriture arabe.
Cette création en temps opportun a permis non seulement à la typographie arabe de rester dans la course mais aussi de sauvegarder l’héritage.
 
Cette découverte importante pour le monde arabe, fera date dans l’histoire.
 
Hrant GABEYAN
 .
Pour information, explication et plus, prendre contact :
 
Hrant Gabeyan
Quartier du Puits
26760 Beaumont-lès-Valence
France
 
Tél. : 04.75.59.50.35
 
e-mail : hrant.gabeyan@libertysurf.fr
.
   

undefined

Partager cet article

Repost0

commentaires

Freya 17/01/2008 22:21

Je reviens sur ton blog avec plaisir. Et cet article est très intéressant, comme on dit je me coucherais moins bête ce soir.Amicalement

HAGUEN 30/01/2008 23:23

Merci de tes visites. Après deux semaines de crève et quelques problèmes techniques pour passer mes articles, je reprends le collier. Bonne lecture …Gilles