Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 14:53
Politique 
.
Une affiche publicitaire présentant le dernier Courrier INTERNATIONAL a été censurée par la régie publicitaire de la RATP. L’affiche de la Une qui titrait entres autres
« Vu de Madrid : Sarkozy, ce grand malade », faisait référence à des articles d’El Pais du 21 février, qui contenaient les considérations suivantes :  

« L'infirmité dont souffre Sarkozy n'a pas la gravité du cancer de la prostate de Mitterrand, mais elle affecte cet organe vital qu'est l'ego, et qui souffre d'une hypertrophie probablement irréversible ».
 

undefined

.
.Cinéma
.
La partie la plus critique du discours de Mathieu Amalric ( CESAR 2008 du Meilleur acteur pour son rôle dans Le scaphandre et le papillon ) n'a pas été lue lors de la cérémonie. Celui-ci s’étonne dans un courriel à l’AFP et aux Cahiers du Cinéma :
 
« Je n’en reviens pas. Je ne savais pas que c’était si simple que ça, la censure ».
 
Bienvenue au club !
 
Voici ci-dessous le courriel et le texte intégral du message envoyé aux Cahiers du Cinéma.
 
Message électronique de Mathieu Amalric :
 
De Panama je t’envoie le texte que j’avais envoyé au dernier moment aux Césars au cas où. Et comme le cas où est arrivé, il a été lu, paraît-il très bien, par De Caunes mais.... pas jusqu’au bout.
Je n’en reviens pas. Je ne savais pas que c’était si simple que ça, la censure.
  undefined
Message de Mathieu Amalric
lu par Antoine De Caunes
à la cérémonie des César
 
Antoine, tu le lis avec hésitation et bafouillements
 
Oui bon ben... euh... alors là on frôle le n’importe quoi :
Lindon ; trois fois nommé, zéro compression
Darroussin ; deux fois... nada
Michel ; quatre fois comme acteur... résultat blanc
Et le pompon, Jean Pierre Marielle. Sept fois nommé !!! Et jamais la fève, même pas pour les Galettes.
Chapeau ! ... De Panama, d’où je vous fait un vrai faux-Bon...D.
L’autre vilain de Lonsdale aussi il paraît.
Enfin, mouais, mais... non ce qui fait plaisir, c’est que le Scaphandre, c’est bien la preuve qu’un acteur n’existe qu’à travers, qu’en regard de ses partenaires. Parce que qui voit-on à l’image, qui fait prendre vie au Jean-Do de fiction ?
C’est Chesnais, c’est Ecoffey, Arestrup, Watkins. Ce sont Marie-José, Olatz, Consigny penchées vers lui, vers moi, vers vous, tendres, drôles et attentives. C’est Marina en Vierge Marie, c’est Emmanuelle Seigner qui joue pas la Sainte et qui du coup donne corps, chair et souffrance à Bauby. Ta fille aussi, Emma qui carrément provoque le miracle. Et c’était Jean-Pierre Cassel, doublement.
Le Papillon c’est la preuve que, quand il y a un réalisateur, les techniciens sont des roseaux pensants. Que tout se mélange, que sur un plateau tout est dans tout, qu’on peut être, (ce joli mot), une équipe PAS technique... parce que franchement qui c’est l’Acteur quand c’est Berto, le caméraman qui fait, qui EST le regard. C’est LUI qui, par les mouvements de sa caméra crée les mouvements de la pensée de Jean-Do.
Oui, quand il y a un réalisateur... Julian.
Je pense fort à une autre équipe. Celle, médicale, de l’Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer où on a tourné et où Bauby a passé un an et demi. Le vrai et le faux, la réalité et la fiction... on ne savait plus. D’ailleurs c’est drôle, je me souviens. Le décor de la chambre, pour avoir plus d’espace, était reconstituée dans une grande salle au rez de chaussée de l’Hôpital, la salle des fêtes. Avec au dessus de la porte, une enseigne en grosses lettres rouges : CINEMA.
Ça ne s’invente pas.
 
ET LÀ DE CAUNES S’ARRÊTE
 
Mais la salle de cinéma. Oui, la SALLE de cinéma, elle, doit pouvoir continuer à s’inventer.
Insupportable "trompe l’œil" des multiplexes. Les chiffres comme seule ligne d’horizon. Aveuglement, brouillage, gavage, lavage. Et quelle solitude. Vous avez déjà parlé à quelqu’un dans un multiplexe ? Pas moi. D’ailleurs c’est impossible, ce qui compte c’est le flux. "Circulez s’il vous plaît, y’a rien à voir" . Au suivant ! bande de Brel.
Alors que le travail souterrain, patient, divers, dédié au public, aux écoles, aux rencontres que font et on envie de faire tellement d’exploitants de salle se voit de plus en plus nié aujourd’hui.
La Question humaine n’aurait par exemple jamais fait autant d’entrées sans le travail de curiosité des exploitants de province et de l’ACRIF.
Ce tissu de salles, que le monde entier nous envie, est notre cœur, nos poumons.
Sinon...
Sinon on va tous finir devant nos "home cinéma" à se tripoter la nouille...
Bons baisers de Panama...
Mathieu
 .

undefined
Le scaphandre et le papillon
.

Forums
 .
A plus petite échelle, sur les forums de Libération.fr on n’aime pas non plus que l’on s’attaque … à ses lecteurs ( ? ) ou à la démo-crassie ?
 
On peut voir ça sur les forums :
 
 
Vaseline       au secours, on nous enc...!
Juste un petit "poème" : Tandis que nous polémiquons sur un fait ridicule, Le Pouvoir qui ricane, bien profond nous enc....! Pardonnez-moi la grossièreté, mais je n'ai pas pu résister à la tentation...(le Président me pardonnera, j'en suis con-vaincu...) 
Mercredi 27 Février 2008 - 11:26
 
 
Et quand l’on ( votre serviteur ) veut réagir sur ce qui suit :
 
 
casanova mathieu
sarko chut
sarko chut sinon tu vas chuter;je t'ai voté,je m'en repends,je promets de ne plus faire une bêtise pareille;le mieux serait qu'il parte ; Mardi 26 Février 2008 - 22:12
 
 
avec le discours suivant :
 
 
T’as pas honte Mathieu ?
 
Ce sont des tarés congénitaux, des personnes comme toi qui ne sont pas capables d’analyser les situations, les candidats, et qui viennent chouiner quand la France, par leur faute, est dans la merde !? C’est trop tard coco, t’as collaboré ! Et le fait que tu viennes pleurer après, on s’en fout ! Il faut qu’il reste le SARKO, que des mecs comme-toi boivent le calice jusqu’à la lie. La démo-crassie justement joue sur la bêtise, la médiocrité et l’ignorance moutonnière des gens comme toi pour se maintenir … et tu viens de nous en donner la preuve.
Mais rassures-toi, tant que la démo-crassie aura de tels moutons comme toi, elle aura encore de beaux jours devant elle. Profite !
 
 

undefined

undefined
















 



Ben on ne veut pas le voir. Ca ne passe pas ! Sans doute le politiquement correct qui prend le pas sur le BIGARrement incorrect.
Bon, il est vrai qu’ils préviennent que ce serait publié après la validation de leurs censeurs ( pardon ) modérateurs.



En 1973 à sa création, la doctrine du journal Libération était : « Peuple, prend la parole et garde-la » ; il est vrai qu’il y a 35 ans. Il y en a qui vieillissent mal. Aujourd’hui c’est « Lecteurs, réagissez nous censurerons ».

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires