Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 20:03

En ces jours endeuillés par la perte de ses soldats, non seulement la France continue d'envoyer des troupes pour combattre le terrorisme en Afghanistan, mais par ailleurs, cautionne et subventionne les foyers islamistes en France avec la bénédiction ... de notre propre gouvernement !

.
Candidat SARKOZY 2007

« Il était certainement utile qu'on les envoie, dans la mesure où il y avait un combat contre le terrorisme. Mais la présence à long terme des troupes françaises à cet endroit du monde ne me semble pas décisive. »
.
« ... le président de la République a pris la décision de rapatrier nos forces spéciales et un certain nombre d'éléments. C'est une politique que je poursuivrais. »

Président SARKOZY 2008


« Est-ce que l'on peut se permettre, nous, l'Alliance, les alliés, de perdre en Afghanistan ? La réponse est non. Parce qu'en Afghanistan se joue une partie de la lutte contre le terrorisme mondial, donc on doit gagner. Est-ce que la France veut partir, la réponse est non. »

 

 

 
Quand la France montre ses petits poings

Comment des soldats français peuvent-ils encore tolérer ce genre de revirements ? N'oubliez pas soldats, que si votre idéal vous pousse à servir la France, si vous vous sentez liés par cet idéal, celui-ci ne vous engage pas à vous laisser égorger pour les caprices épidermiques d'un complexé aux talonnettes, tout chef des armées qu'il soie.

 

Erreurs de commandement, arrivée tardive des renforts, absence de reconnaissance aérienne du secteur, manque de professionnalisme des recrues, tout concourrait à faire de cette opération une de ces tragiques pantalonnades qui parsèment la présence française à l'étranger.

En 2007, Ronald NEUMANN, l'ambassadeur américain à Kaboul déclarait :

«Nous n'allons pas juste contenir les talibans, mais les affronter de façon très agressive ».
Déclaration prétentieuse au vu des pertes américaines de plus en plus élevées depuis des années. La leçon du Vietnam ne leur a décidément pas suffit : Les politiques américains comme français ainsi que les généraux de tous bords, en sont toujours aux déclarations à la con, soulignant leur suffisance.

Quelques jours après l'embuscade qui a coûté la vie à 10 soldats de l'ISAF (Force internationale d'assistance à la sécurité) d'origine française, le général français Michel STOLLSTEINER, commandant de l'ISAF des environs de Kaboul, a déclaré :
« Nous avons péché par excès de confiance ».

C'est une honte : voici un type qui n'a apparemment rien compris aux règles de base, à savoir qu'il ne faut jamais ni surestimer ni sous-estimer l'ennemi. Et c'est ce genre de sinistres incapables qui envoient au casse pipe des jeunes à peine entraînés. à l'instar des 200 000 soldats français massacrés au chemin des dames, victimes de l'obstination et de l'incompétence du général NIVELLE en 1917 ainsi que des politiques de l'époque, nos soldats aujourd'hui continuent de se faire massacrer sans préparation, sous les ordres d'autres sales cons dangereux, généraux et politiques, ces bâtards d'incompétents engendrés par la démo-crassie, qui sont incapables de faire face à la situation autrement que par une fuite en avant, prisonniers qu'ils sont de leur inféodation servile aux américains.

   

Jean-Louis GEORGELIN chef d'état-major des armées reconnaît que les forces françaises doivent "sans doute améliorer" leur mobilité tactique et "renforcer" leurs moyens d'observation et de renseignement. "La guerre insurrectionnelle est d'abord une guerre de renseignement".

 

Ce sont quand même des préceptes qui prévalent depuis la nuit des temps, de SUN TZU à CLAUSEWITZ, et que semblent découvrir nos brillants stratèges. Trop tard.

Depuis 2001, date de la soi-disant éradication des Talibans, jamais ceux-ci n'ont été plus forts. Et malgré l'envoi constant en hommes et en matériel, en 2008, les Talibans ont repris près de la moitié du pays.

Comme disait CLEMENCEAU :
« La guerre est une affaire bien trop sérieuse pour être confiée aux militaires ».
Malheureusement, elle est devenue aussi trop sérieuse pour les civils, notamment pour les incapables qui nous dirigent.

 

La politique schizophrène du gouvernement français l'amène à engager des troupes en Afghanistan dans un combat perdu d'avance, alors qu'il encourage en même temps, sur son propre sol, les sunnites salafistes en aidant à leur développement, créant comme à Toulon, des ghettos qui seront les bases de futurs Kosovos. A ce rythme, sans (vouloir) le savoir, il perd déjà une guerre qui n'est officiellement pas commencée. 

 

Crédits photo   Maqbool  AP

Par ailleurs, le même GEORGELIN, déclarait dans une interview  :

« Il est normal que ce drame suscite autant d'émotion. Mais c'est aussi parce qu'il nous rappelle que le fait d'envoyer des militaires à l'étranger comporte des risques et qu'il faut les assumer »
, déclare M. Georgelin. « Lorsqu'un combat est amorcé, il faut le mener jusqu'au bout », ajoute-t-il, jugeant que le crédit de la France, comme membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu, serait "sérieusement affecté" par un retrait d'Afghanistan.

Alors c'est par fierté bien (?) placée que l'on laisse les soldats au front, comme les Américains au Vietnam à l'époque. Pour ne pas avoir honte d'un retrait ?

14/18, 39/45, mais mes pauvres gars, mes pauvres petits coqs, vous n'avez jamais gagné de guerres à part celle d'Algérie que les politiques ont laissée après coup. Vous feriez mieux de regarder ce qui se prépare en France, car quand cela va vous tomber dessus vous allez encore pleurer, vous serez alors la risée des livres d'histoire, et il nous faudra revoir la carte de géographie de la France. 

C'est toujours le même général Jean-Louis GEORGELIN, qui estimait le mardi 24 juin 2008 que les critiques acerbes formulées contre le Livre blanc sur la défense par « Surcouf », un groupe d'officiers anonymes, étaient « une piqûre de moustique ».

Il en est des « piqûres de moustiques » comme des « quarterons d'officiers en retraite » : à vouloir les mépriser, cela vous tombe dessus parfois sans prendre garde et l'on s'en mord les doigts.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dave Hilman 24/09/2008 17:49

entierement d'accord avec ton article.on traine les meme incompetents depuis 70! ( 1870 hein! :D)

HAGUEN 24/09/2008 18:20


Hélas ! Et ce n'est pas parti pour s'arranger. Dommage pour nos biffins.