Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 03:36
                                               maquettes couvertures : Marc GUILLAUMAIN
Le premier volet de mes écrits sont des textes et des poèmes compilés
entre juin 1986 & septembre 1988 , dédiés
 
                                                          à mes parents, mes sœurs,
                                                          à mes camarades, amis,
                                                          à Tinou, Isabelle, Karin et Gu
                                     
                                                                         ... et pour tous ceux
                                                  qui se reconnaîtront dans ces textes
 
Réflexions après la lecture d’ « Impressions »
  
C’est un garçon étrange qui est fait de la même matière que nous mais c’est pas arrangé pareil, alors ça ne donne pas la même chose dans la tête.
Quelle différence y-a-t’il entre un tas de pierres et une pyramide ? Aucune, puisque c’est des pierres pareil ; mais c’est pas arrangé pareil et même c’est pas arrangé du tout.
Pourquoi la pyramide referait le monde et le tas de pierres regarderait ?
C’est un garçon étrange mais j’aimerais pas le regarder trop longtemps au fond des yeux parce que c’est comme lorsqu’on regarde le ciel; c’est transparent mais ça s’arrête quelque part où l’on ira jamais. C’est un garçon étrange qui se sert des mots comme un peintre des couleurs, à part que ça donne des images dans la tête, des IMPRESSIONS, des sensations.
Il cueille des vrais mots en couleurs pas copiés, pas rabâchés, pas des mots serpillières tous cons, tous vides, seulement ceux qu’il a choisis sur le bord des routes normandes, oubliés comme des petites fleurs dédaignées.
S’il crie, c’est qu’il a mal aux autres, qu’on doit l’entendre avec le cœur et qu’il ne faut surtout pas qu’il se taise.
  
Allexy DUVERNAY
  
                

Partager cet article

Repost0

commentaires