Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 20:11

R

 
Racisme
 
Le mot racisme me semble d'une étymologie douteuse. L'analogie qui en à été faite au cours des siècles est étonnante.
Prenons le cas du mot antinucléaire. Il est évident que cela veut dire être contre le nucléaire. Car être anti quelque chose, c'est être contre. O.K. ? Bien. Donc être antiraciste, c'est être contre le racisme qui sous-tend qu'il y en ai. C'est donc nier les races.
C'est donc nier que des groupes humains présentent des caractéristiques communes inhérentes à leurs communautés.
Messieurs Le PEN et Harlem DESIR n'ont pas le même credo, mais leur finalité est la même. Le premier se bat pour la race blanche car il est blanc, le second se bat pour le métissage car il est métis. Ils veulent des masses à leur image, et veulent nous les imposer. Désolé. Personnellement, je me réserve le droit d'aimer ou de ne pas aimer qui je veux. Je suis « raciste » car j'aime les races. J'aime leurs particularités, leurs différences physiques, culturelles et religieuses ; c'est justement ces différences qui permettent les échanges. Je n'ai pas envie que tout le monde se ressemble, pense la même chose, aie la même tête. Il y a inégalité des races sur certaines particularités - sinon les différences ne ressortiraient pas - mais il n'y a pas de supériorité d'une race sur une autre ou sur les autres. L'essentiel est en l'homme ; et c'est en cela que le fascisme y trouve toute sa signification.
 
 
Régionalisme
 
L'Europe des régions est la priorité.
Le régionalisme* redonnera à l'individu, la reconnaissance de sa culture, de sa langue, de sa terre, le respect de ses traditions, de ses valeurs, en le libérant du poids oppressant du système jacobin qui le sclérose ( pour exemple, le « problème basque » ne sera plus un problème, quand l'on aura supprimé les notions de régions basque française et basque espagnole, et que l'on parlera de la seule région basque ), et ainsi les régions auront droit de regard sur leur propre devenir.
L'Europe doit se construire, non avec la représentation vieillotte des patries, mais avec la mosaïque des régions qui composent les pays Européens. En cas extrême de conflit avec d'autres continents, celles-ci ne se sentiront pas assistées, mais responsables et solidaires les unes des autres de part la relation à la terre qu'elles défendent, et du seul pouvoir qui les dirige.
 
* Pour ceux qui comme moi ont vu ne serait-ce que des extraits de l'émission, s'il vous plaît, ne prenez pas exemple du fatigué du bulbe qui est rentré dans le « loft 2 ». C'est ce genre de type qui te fait reculer la notion de régionalisme de 20 ans.
 
 
Religions
 
Base de tous les maux depuis des siècles, les religions monothéistes découlant de la religion judéo-chrétienne ont supplanté les religions polythéistes ; et l'on ne peut à ce jour que constater que les guerres entre communautés, entre pays, sont le fait principal des religions monothéistes. Celles-ci ont avili l'homme en lui inculquant la peur de la mort, la honte du sexe, et l'abaissement devant un dieu. Pour rappel, ce sont les chrétiens qui ont exterminé mes ancêtres, Celtes et Saxons, imposant le monothéisme en Europe.
 
Juifs, chrétiens, musulmans, ces religions monothéistes ont besoin d'un dieu pour se donner bonne conscience : il suffit à leurs pratiquants de faire n'importe quelle saloperie pour se confesser ensuite, ou de faire une prière pour se faire pardonner ... jusqu'à la fois suivante.
Je n'ai pas besoin de demander pardon à un dieu si je fais des erreurs : je fais simplement en sorte de ne pas en faire. Comme j'agis en fonction de ma conscience, mes actes sont assez réfléchis pour que je les assume pleinement sans avoir le prétexte d'un dieu pour les justifier, ou pour me les faire pardonner.
 
Ceci dit, la religion musulmane étant la deuxième religion en France, à ce titre, je ne vois pas pourquoi elle n'est pas reconnue en tant que telle ; pourquoi n'y a-t-il pas de mosquées au prorata de la population musulmane qui compose le pays au même titre qu'il y a des églises et des synagogues ?
 
Les Français font une phobie - alimentée par les médias et certains politiques - du péril « extrémiste » ; mais il en est de même pour n'importe quelle religion.
 
D'ailleurs, il ne faut pas oublier que quand les musulmans ont occupé une partie de l'Espagne du VIIIème au XIVème siècle, il a régné entre toutes les communautés - chrétiennes, juives et musulmanes - pendant cette période de 600 ans, une harmonie qui a disparu quand la chrétienté a repris le pouvoir en 1492, et, pour ne pas changer, a refoutu le bordel.
 
L'empereur Hadrien avait lui aussi réalisé cette harmonie avec fermeté et grandeur.
Les différentes communautés religieuses avaient toutes droit de cité en restant strictement dans le cadre de leur pratiques. Si elles s'en écartaient, portant en cela préjudice aux autres, à l'ordre public, elles étaient ... sanctionnées ( j'aime cet euphémisme ).
 
  
Résistance
 
Dans la série « je fous la merde » :
 
Lucie AUBRAC, parlez-nous des circonstances de l'arrestation de Jean MOULIN ...
 
 
Respect
 
Comme l'écrit Marguerite Yourcenar dans ses « mémoires d'Hadrien » en parlant des chrétiens :
« toute tolérance accordée aux fanatiques leur fait croire immédiatement à de la sympathie pour leur cause »
Il en est de même pour toutes les religions, différentes causes, et aussi des humains en général dans la vie de tous les jours. Certains prennent la tolérance ou le respect de l'autre pour de la faiblesse.
C'est pourquoi je prône le système de la carotte et du bâton ; c'est un bon concept pour faire réintégrer dans le chemin de l'humilité ceux qui auraient des tentations d'insolence envers ceux dont le respect de l'humain serait mal interprété.
 
 
Révolution
 
Seul moyen de venir à bout du système.
 
MALRAUX à aussi dit :*
« Celui qui n'a pas été révolutionnaire à 20 ans est un jean-foutre ».
Bon, il a aussi dit des conneries hein ?
Personnellement, je pense que celui qui a été révolutionnaire à 20 ans et qui ne l'est plus, celui-là, est un jean-foutre.
 
* voir à Pessimisme. Mais je ne sais pas si c'était le même jour.
 
 
Rire
 
Certains pensent que l'on ne peut pas rire de tout. Pourquoi ? Si c'est le cas, alors on ne peut rire de rien.
Les maladies, les accidents, m'ont enlevé des amis à tout jamais. Il est évident que certaines choses se rapportant à ces problèmes ne me font non seulement pas rire, mais certaines campagnes télévisées notamment contre la leucémie où le sujet est traité sérieusement me sont même insupportables. Mais sur terre, certains ne sont pas concernés par ces sujets et je comprends que ceux-ci peuvent en rire. A contrario, certains problèmes qui peuvent toucher ces personnes peuvent me faire rire car je les prendrais plus avec légèreté, étant même conscient de la gravité du sujet, ce qui ne m'empêche pas de m'en préoccuper par ailleurs.
Après un sketch sur la mucoviscidose, un comique célèbre Patrick TIMSIT  - dont j'aime beaucoup les sketches, ben oui c'est comme çà - à cru bon de revenir en arrière, de s'excuser, et même de fonder une association pour effacer ce qu'il avait déclaré, se reniant lui-même. Non bonhomme ! Si l'on va par-là, alors, la porte est ouverte à tout : il y aura toujours quelqu'un quelque part, pour se plaindre de ce que quelqu'un d'autre aura dit en rigolant sur lui, sur son ethnie, sur son apparence, sur la couleur de sa voiture, sur l'âge de son chat ou le nez de sa concierge ; sur n'importe quoi ! Non. Il faut en prendre et en laisser sinon on se retrouverait vite tous au garde-à-vous à ne plus rire du tout.
 
Ben alors ce serait pas drôle hein ! ?
 

Partager cet article

Repost0

commentaires