Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 00:34

F

 
Fascisme
 
En opposition au communisme où l’homme est nié, noyé dans la masse, en opposition au capitalisme où l’homme est exploité, en opposition au nazisme où la notion d’homme est bannie au profit du concept de la race « blanche », le fascisme, lui, élève l’homme car il fait passer l’être humain avant tout.*
Il l’élève dans le sens où l’élite, une fois au pouvoir doit aider le peuple à s’élever ; pour ceux qui le désirent bien sûr. Il est évident qu’il ne faut pas forcer ceux qui se complaisent dans la médiocrité… mais que ceux-ci ne viennent alors pas se plaindre, car dans ce cas, il y a fort à parier que le visage du fascisme prendra alors la forme que les dictionnaires ou les livres d’histoire veulent lui prêter.
Mais en attendant, il faudrait peut-être remettre les pendules à l’heure, et arrêter de faire l’amalgame entre fascisme, nazisme, extrême-droite, etc… On traite même les communistes de fascistes quand ils font de l’épuration ethnique. Il serait temps de parler des choses avec les mots qui leurs correspondent, sans les galvauder, et en appelant un chat : un chat.
 
 
*« Sous l’occupation italienne ( novembre 42 – septembre 43 ), les juifs bénéficient d’une protection ouverte. Les Italiens refusent d’appliquer les lois antijuives. Des milliers de juifs affluent alors à Nice, devenu un refuge.
… L’Italie tient à démontrer son indépendance par rapport à l’Allemagne, en adoptant une législation humaine ( les responsables italiens ne sont pas atteints d’un antisémitisme viscéral )… »
 
Extrait du « Guide Pratique de la Communauté Juive
Côte d’Azur, Corse, Principauté de Monaco »
édition 96 / 97.       Années 5756 / 57.
 
 
Femmes
 
J’aurais pu parler de leurs corps, de leurs caractères, du sentiment de respect et de vénération que je leur porte, mais je l’ai fait en d’autres textes.
A ceux qui n’ont pas compris le fabuleux pouvoir qu’elles ont sur les hommes, notamment celui de leur faire croire que c’est eux qui décident, et particulièrement à certains machos, j’aurais pu expliquer en détail leur démarche et leurs petits secrets, mais ce n’est pas ici mon propos ; et c’est tellement plus pittoresque de continuer à observer les comportements de ceux-ci jouer les matamores en se faisant mener par le bout du nez…
Non. Mon propos ici, moins plaisant, tendra plus à démontrer ( il en est encore malheureusement besoin ) leur situation déplorable dans la société française ou elles sont exploitées et hypocritement admises.
 
Le 8 mars est dédié à la journée de la femme. Une journée comme la journée de la croix-rouge, comme la journée de l’enfance, comme celle de la lutte contre les OGM, bientôt, pourquoi pas, la journée des effeuilleuses de marguerites, la journée des nains de jardin, etc… Une journée de plus pour se donner bonne conscience ; attention, réservez la vôtre, l’année n’est pas extensible !
 
A part cette journée, nos politiques ont trouvé la « parité ». Fumisterie, guignolade. VEIL, GIROUD et Cie… ces féministes de mes deux ne sont arrivées au pouvoir que pour imposer leurs noms sur des lois, aboutissement de leurs carrières uniquement basées sur leur engagement personnel.
 
Si les politiques voulaient vraiment œuvrer afin de replacer la femme à la légitime place qu’elle devrait avoir dans la société, il leur aurait suffit de faire appliquer depuis des années des lois comme « à travail égal, salaire égal ». Ne serait-ce que la seule reconnaissance et application de cette loi, permettrai à beaucoup de femmes de se retrouver tout naturellement sur un pied d'égalité.
Le pouvoir que les pseudo-défenderesses de la cause féminine citées ci-dessus avaient au sein des gouvernements aurait pu servir en cela, mais ce n’était pas leur préoccupation première…
Cette nouvelle invention qu’est la parité, n'est qu'un leurre. Elle ne vise qu’à imposer des femmes incompétentes, à la place d’hommes incompétents ; preuve en est, que si elles étaient aussi compétentes, alors pourquoi ne pas les avoir mises en poste avant ?
 
Les compétentes, elles, n’ont pas eu besoin de la parité pour s’imposer ; je pense entre-autres à des femmes comme Alexandra KOLLONTAÏ, Arlette LAGUILLER, Roselyne BACHELOT, ou dans d’autres domaines, Ellen Mc ARTHUR, Marguerite YOURCENAR, Mona AYOUB et Leila SHAHID.
 
M’est d’avis hélas, que toutes celles élues aux dernières élections ne le soient que par « remplissage paritaire », et n’aient pas la stature de celles que je viens de citer.
 
Quand je pense à la place privilégiée que la femme avait dans les sociétés dites primitives notamment dans les religions polythéistes, comme les Celtes où les femmes pouvaient remplir une des plus hautes fonctions de la société comme être druidesses, il est effrayant de voir la régression que les sociétés découlant des religions monothéistes ont fait subir aux femmes au fil des siècles. Cette régression à aboutit à casser la femme dans ce qu’elle avait de sacré.
Notre beau pays, si « évolué », devrait même prendre exemple sur un des pays les plus dénigrés à l’heure actuelle ; un des rares pays où la valeur de la femme est bien plus reconnue que chez nous : la Libye.
 
 
Folie
 
Où commence-t-elle ?
Où s’arrête-t-elle ?
 
 
Fonctionnaires
 
Le cliché des petits fonctionnaires décrits par CourtelineKafka n’est pas révolu. Dans l’administration, cette terre de paperasses où ils sévissent, ils oscillent pour la plupart entre servilité et médiocrité. Les autres, blasés, sont gagnés par le découragement sinon l’écœurement.
C’est le nivellement par le bas : « tu es un médiocre mais je te fais monter si tu me cires les pompes. »
A l’image de PAPON, ils ne sont jamais responsables : « c’est pas moi, c’est le chef ! je n’ai fait qu’obéir aux ordres ! »
C’est avec cet argument fallacieux que les flics du vélodrome d’hiver, les chauffeurs de trains qui emmenaient les déportés en camps de concentration s’en sont tirés. C’est trop facile !
 
On a toujours le choix.
 
Même celui de désobéir aux ordres : cela s’appelle la conscience.
 
 
Front National
 
( voir à Légalisme )
 

Partager cet article

Repost0

commentaires