Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 22:50
 
- A ceux qui se reconnaîtront, parce qu’ils savent… -
 
 
3537. Quelque part sur la terre :
 
« Là, regardez ! »
 
Le petit groupe d’humains arrêta sa progression. Epuisés, ils virent à quelques centaines de mètres, au milieu de l’étendue désertique qui s’offrait à leurs yeux, un dôme que soutenait une grosse colonne de ferraille de cinq à six mètres de haut. Quand ils se furent rapprochés ils s’aperçurent que la colonne entrait dans la terre, ou plutôt, que celle-ci l’avait recouverte.
 
« Allez chercher le vieil homme » dit celui qui semblait être le chef de la troupe.
 
Deux enfants coururent vers la charrette bâchée qui fermait l’étrange convoi. Ils avaient le corps difforme. La mutation s’était produite à la génération d’après ce que les gens à présent ont appelé le grand soleil, une sorte de cataclysme dont on ne sait plus s’il était naturel ou d’origine scientifique, qui se produisit en 2715. Leur maladie avait d’abord commencé par une malformation des membres et du visage ; et maintenant, depuis quelques années, des taches étaient apparues, formant des croûtes. Ils réveillèrent celui qu’ils appelaient le vieil homme. Celui-ci retira le bandeau qui lui recouvrait les yeux comme beaucoup dans la troupe mettaient pour dormir, car ils n’étaient pas habitués à la constante lumière du jour. En effet, depuis les dix dernières années, il n’avait plus jamais fait nuit sur terre. Ils remontèrent tous trois le convoi, les enfants s’agrippant aux lambeaux de vêtements du vieil homme.
Une fois arrivés devant le chef, celui-ci sans un mot lui montra du doigt l’étrange construction.
Le vieil homme se frotta les yeux et poussa une exclamation :
 
« Le coffre, le coffre ! » cria-t-il plus qu’il ne le demanda.
 
On apporta une grosse malle en aluminium, poussiéreuse et sale. Il l’ouvrit et en retira un gros livre. Feuilletant fébrilement les pages, il s’arrêta devant une photo représentant un immense édifice. La pointe de la construction tout en fer, se terminait par le dôme qu’ils avaient devant les yeux. Sous la photo, une inscription : La tour Eiffel. H 300 m. Paris.
 
Ils s’arrêtèrent quelques heures pour se reposer. Autour du vieil homme, le groupe s’était rassemblé pour écouter les histoires d’avant le grand soleil. Les enfants s’étaient assis devant, immobiles. Sur leurs visages difformes aux taches brunâtres, seuls les yeux avaient conservé un semblant de vie. Le vieil homme parla.
 
« Mon père m’avait raconté une étrange histoire se passant quelques années avant le cataclysme. J’avais alors une dizaine d’années, mais elle me marqua profondément, car beaucoup en parlaient à l’époque. On disait que dans les années 80, des êtres exceptionnels s’étaient rencontrés. Oh pas dans le sens où ils étaient connus, importants sur les plans philosophiques ou scientifiques, non. Mais exceptionnels de par leur valeur, leur éthique. Ils avaient ce que peu de leurs contemporains avaient alors : ils portaient en eux la liberté. La liberté, ce dépassement de soit, l’élévation spirituelle au-dessus de cet univers matérialisme où s’abandonnaient les masses anesthésiées, engluées dans une vie insipide.
D’horizons socialement différents, ils avaient entre-eux un point commun de parenté, ou d’amitié. Dans leurs discussions, il y avait une telle osmose, qu’ils se comprenaient parfois à demi mots, d’un regard, d’un geste. Une telle « communion » entre ces êtres forçait l’admiration de leur entourage. Rien ne laissait supposer alors, aux regards des gens qui les entouraient, ce qui allait se passer.
Car ils disparurent tous, plus ou moins discrètement, suivant qu’ils avaient un travail, des occupations plus ou moins publiques. Il y eut en tout une vingtaine de disparitions le même jour. Quelques temps après, non loin du site de Stonehenge, les corps des disparus furent retrouvés. C’était le 22 juin 2090, le lendemain du solstice d’été. Pendant la nuit, une vive lumière aperçue quelques instants par les gens des villages proches avaient intrigué ceux-ci. C’est le lendemain qu’ils découvrirent les corps. Ils étaient tous morts, mais sur leurs visages se reflétait une expression de calme, de sérénité et de plénitude.
Je ne sais plus pourquoi, mais certains des anciens d’alors les ont appelés : les élus. »
 
Le vieil homme s’arrêta de parler, et à travers la poussière grise leva les yeux vers un soleil jamais recouvert par la nuit.
 
 
3537. Quelque part dans l’espace temps :
 
«  Cela fait paraît-il plus de mille années terrestres que nous sommes partis. Mais qu’importe ici le temps ! »
 
Ils étaient tous là ; Karin qui venait de parler se retourna vers le groupe. Il y avait Renaud, Sabine, Francis, Martine, et quelques autres ; tous de la même race. Les vingt de Stonehenge : les élus.
Oui, qu’importait le temps dans cette dimension. Ils attendaient que cela soit fini « en bas » pour y jeter à nouveau les bases d’une évolution plus saine. Ils se regardèrent, et se trouvèrent beaux. Beaux comme… des Dieux.
 * 
*       *       *       *       *

Partager cet article

Repost0

commentaires