Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 00:53
Fin de règne
pour les
*
CHIRACsescu
*
Elu par erreur, réélu par peur,
menteur et voleur,
CHIRAC tire sa révérence.
 
 
Voici le bilan succinct de 12 ans de pouvoir dont … 5 ans de cohabitation.
*
( Sources diverses, dont wikipédia )
 
« Il intègre en 1951 l'Institut d'études politiques de Paris dont il est diplômé en 1954. Durant cette période, brièvement, il milite dans la mouvance du Parti communiste avec notamment le futur éditeur Christian Bourgois. Il vend L'Humanité rue de Vaugirard, et participe au moins à une réunion de cellule communiste comme il l'a raconté. Il signe en 1950 l'Appel de Stockholm, contre l'armement nucléaire, d'inspiration communiste … »
 « À l'automne 1954, il est reçu à l'ENA, avant d'être classé huitième à l'École de la Cavalerie (i.e. les blindés) de Saumur. On lui refuse cependant le grade d'officier en raison de son passé communisant et il faut l'intervention des relations de la famille de Bernadette (le général Kœnig) pour l'obtenir. Il en ressort sous-lieutenant de cavalerie. »
*
( non, rien à voir avec le film de Claude Berri
« Le Pistonné », sorti en 1970 )
 *  

« Le 16 mars 1956, il épouse Bernadette, malgré les doutes de la famille de celle-ci face au jeune homme issu d'une famille de paysans. Les parents de Bernadette refusent de consacrer le mariage dans la basilique Sainte-Clotilde, privilège des familles de la haute société du faubourg Saint-Germain. La cérémonie a lieu dans la chapelle Las Cases, simple annexe de ladite église, réservée alors au catéchisme et aux cérémonies à la va-vite. Il a avec elle deux filles, Laurence (1958) et Claude (1962). »

*

( toujours à la va-vite ? 10 minutes douche comprise ? )

* 

« Jacques Chirac explique qu'il n'est devenu gaulliste qu'en 1958, et qu'en 1947, il a pris sa carte du Rassemblement du peuple français « sans savoir ce [qu'il] faisait ».

*

( ce ne sera pas la dernière fois ! )

  * 

« Jacques Chirac est l'un des rares de son camp à voter pour l'abrogation de la peine de mort, contre l'avis de la majorité des français. »

*

( et on se dit en « démocratie » … )

  * 

« Le journaliste Éric Zemmour a rapporté que Jacques Chirac aurait eu une entrevue secrète avec Jean-Marie Le Pen entre les deux tours, ce qu'il a toujours nié. En fait, il y aurait eu deux rencontres selon Franz-Olivier Giesbert. La première se serait déroulée un mois avant le premier tour par l'intermédiaire d'un ami commun, le général Pierre de Bénouville. Il s'agissait d'une prise de contact afin de que les deux hommes puissent se jauger. Une seconde rencontre aurait eu lieu entre les deux tours. Cette fois, Charles Pasqua est l'intermédiaire qui organise l'entrevue chez un ami armateur. Cette fois-ci, Chirac a pris sa décision et fait preuve d'une "inflexible intransigeance" à la grande stupéfaction de Jean-Marie Le Pen. Opposant une fin de non recevoir, Chirac aurait demandé au chef du Front National de ne pas lancer le moindre appel en sa faveur. Lors de son allocution du 1er mai 1988, Jean-Marie Le Pen ne pouvait plus que déclarer : « Pas une voix pour Mitterrand ! » laissant ses électeurs libres de choisir entre le vote blanc et le bulletin Chirac. Depuis cette date, Jean-Marie Le Pen nourrit une rancune pour Jacques Chirac. »

  * 

( c’est cela combattre l’extrémisme ...

ne pas s'entendre avec !? )

( Voir plus bas sa déclaration « face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible » )

   * 

Jacques Chirac et George W. Bush

Les "amis des pauvres" toujours copains comme cochon !
 
S’il n’a pas voulu suivre les américains lors du deuxième conflit dans le golfe, ce n’est pas par morale, mais surtout que la capacité de l’armée française n’était pas assez conséquente – et ne l’est toujours pas – pour un nouvel engagement d’une telle ampleur.
*
« Dès juillet 1995, une de ses toutes premières décisions est d'effectuer une ultime campagne d'essais nucléaires avant la signature du TICE, afin de permettre au CEA de développer son programme Simulation. Cette décision, arrivée au moment du cinquantenaire des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, provoque un tollé, en particulier en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Japon, aux États-Unis et dans les milieux écologistes, sans qu'il cède : la campagne d'essais a lieu. »
*

( on est loin de l’appel de Stockholm … )

   *

« … C'est à cette époque qu'éclatent les affaires politico-financières au sujet du RPR et de la mairie de Paris (dont l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris ). …. Jacques Chirac était alors le président du RPR. Il était également maire de Paris lors des faits de l'affaire des faux électeurs du Ve arrondissement. Une enquête a lieu dans le cadre du financement de voyages en avion à caractère privé de l'ancien maire. Bertrand Delanoë, nouveau maire de Paris, ignorant ces premières accusations, rend public durant la campagne présidentielle de 2002 un rapport détaillant les 2,13 millions d'euros (soit 700 euros par jour) dépensés en « frais de bouche » par Jacques Chirac et sa femme entre 1987 et 1995 ; un non-lieu pour prescription est prononcé par le juge d'instruction Philippe Courroye en 2003. »
« Depuis les années 1990, le nom de Jacques Chirac est régulièrement évoqué dans huit affaires judiciaires impliquant notamment la Mairie de Paris. La plupart de ces affaires ont été jugées ou classées sans suite sans qu'il soit inquiété. Sa fonction présidentielle le tient pour l'instant à l'abri des poursuites judiciaires restantes. »
*

( Super menteur et super voleur )

*
« À l'initiative d'un député socialiste, Arnaud Montebourg, trente députés (dix-neuf PS, quatre Verts, quatre radicaux, deux PCF et un MDC) déposent une motion demandant la traduction de Jacques Chirac devant la Haute cour. La motion est rejetée. Dans une décision du 22 janvier 1999, le Conseil constitutionnel, présidé alors par Roland Dumas, confirme au président son immunité telle qu'elle est définie dans la constitution. »
*
( quand je dits que la France n’est pas un état de droit ! )

   * 

« Le 24 septembre 2000 la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans est adoptée par un référendum marqué par une abstention record. (30.19% de participation, 73.21% de oui 26.80% de non) »

*
( vive la prochaine abstention de 2007 ! )

   *

« S'appuyant sur la jeune garde des députés RPR, il favorise la formation progressive d'un nouveau parti qui doit voir la fusion du RPR, de l'UDF et de Démocratie Libérale : l'Union pour une majorité présidentielle. Les futurs éléments de ce nouveau parti (que l'UDF, dirigée par François Bayrou, refuse de rejoindre) développent les thèmes de la sécurité et de la baisse des impôts. »
*
( paroles, paroles … )
 

 *
( élections 2002 ) « Jacques Chirac, arrivé en tête avec 19,88 % (le plus faible score pour un président sortant) se voit opposé à Jean-Marie Le Pen. Souvent décrit comme un antiraciste viscéral, assuré de l'emporter, il décide de refuser de débattre avec son adversaire, déclarant que « face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible ». Les deux hommes se détestent notoirement. Il laisse la gauche et la jeunesse manifester en appelant à voter pour lui (le slogan de ses opposants les plus farouches est « Votez escroc, pas facho »), et il est élu avec un score sans commune mesure : 82,21 %. »
*
( Les Français baissent la culotte et pleurent pendant
5 ans : beaucoup n’avaient pas pris l’option vaseline ! )
 

 
« Lors du défilé militaire du 14 juillet 2002, Maxime Brunerie, un jeune militant d'extrême droite, tente d'assassiner Jacques Chirac. »
*
( j’ai déjà écrit là-dessus … voir à « libres propos » )
   *  
« À partir de la fin du mois d'octobre 2005, suite à la mort de deux jeunes à Clichy-sous-Bois électrocutés en se réfugiant dans un transformateur EDF, puis à des déclarations du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, les actes de violence se multiplient les nuits suivantes, les médias finissant par parler d'émeutes, se propageant dans de nombreuses banlieues en France (des milliers de voitures brûlées, des entreprises et bâtiments publics détruits, etc.). Le 8 novembre, Jacques Chirac décrète en Conseil des ministres l'état d'urgence (qui sera levé environ 2 mois plus tard, le 4 janvier 2006), les préfets pouvant déclarer le couvre-feu dans toute ou partie du territoire. »
*
( ça, c’est la facture sociale. )
   *  
« Dominique de Villepin décide, au début de l'année 2006, de lancer un nouveau contrat de travail similaire, pour les jeunes, baptisé Contrat première embauche (CPE). La mobilisation syndicale et étudiante contre ce projet en particulier, et contre la dite loi pour l'égalité des chances plus généralement, se met lentement en place mais finit par prendre des proportions très importantes, et le Premier ministre est mis en difficulté. Jacques Chirac prend plusieurs fois la parole pour le soutenir, mais n'intervient pas avant le 31 mars, où, dans une allocution devant 21 millions de téléspectateurs, il annonce la promulgation de la loi qui contenait le CPE mais demande de ne pas appliquer cette mesure en attendant une nouvelle loi sur le sujet, confiant le dossier à l'UMP, ce qui fait dire à un proche de Nicolas Sarkozy : « en réalité, le CPE est bel et bien suspendu, mais on ne le dit pas pour ne pas vexer Villepin ». La presse se montre très critique sur ces demi-mesures et le 10 avril, le Premier ministre annonce le remplacement rapide du CPE par une autre loi. »
*
( et qui c’est qui commande ? La rue ! )
   *  
« Lors de ses vœux du 31 décembre 2006, Jacques Chirac annonce la décision du gouvernement de Dominique de Villepin de mettre en place un droit au logement opposable dans les toutes prochaines semaines. »
*
( 11 ans après sa première élection et 3 mois avant de partir ; c’est comme la journée de l’abolition de l’esclavage, l’aide aux sans logis, la découverte des soldats étrangers venant des colonies et autres jeux de manche ; ça ne coûte rien ... après lui le déluge. )
   *  
« Le 11 mars 2007 il annonce lors d'un discours télévisé qu'il ne se présentera pas aux élections présidentielles de 2007 et que par conséquent il ne briguera pas de troisième mandat : « Je ne solliciterai pas vos suffrages pour un nouveau mandat », ajoutant : « Au terme du mandat que vous m'avez confié, le temps sera venu pour moi de vous servir autrement ».
*
( Surtout pas ! Oublie-nous ! N’insiste pas … je ne suis pas sûr que le prochain tireur soit aussi nul que Brunerie ! )
   *

« Dans leur livre Les frères invisibles, les journalistes Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre ont révélé que Jacques Chirac a été initié dans la loge maçonnique Alpina. »

*
( Là, aucun commentaire ...

 non mais, vous voulez m’envoyer en prison ? ) *

 * 

« Le couple Chirac fait l'acquisition, le 3 mars 1969, du château de Bity, situé à Sarran en Corrèze. Un mois jour pour jour après cet achat, les façades et les toitures du château et des deux pavillons situés sur le domaine sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 3 avril 1969. »
 *
Voir le diaporama ci-dessous à ce sujet :
*

http://photomaniak.com/upload/out.php/i36035_ChteaudeBity.pps

*
( étonnant, non ? )
*
 
 
Et dire que l’on risque d’en reprendre pour un mandat avec son ancien pote !
 
" Tout devient possible "
 
Oui, t'as raison, c’est bien ce qui nous inquiète …
 

*     *     *    

Et ?
 
Hein, ah oui, Bernadette !
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
Non, c’est bon ...
Je ne vais pas tirer sur l’ambulance !
*

Partager cet article

Repost0

commentaires