Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 12:18
 
 
 

The RUNAWAYS

 Cherry Bomb 

Queens Of Noise 

 

C’est après la dissolution du groupe que Joan Jett trouvera la consécration avec « I love rock’ n’ roll » une reprise du groupe The Arrows.

Voir ci-contre

 I love rock’n’roll

 
 
 
 

Boris

VIAN

 

 Fais-moi mal Johnny

 La complainte du progrès

 
 
 
 

Jean

FERRAT

 

Ben oui, je sais : Jean FERRAT (!?)

Et alors ...

... j’y peux rien s’il a fait là un des plus beaux hommages à Boris VIAN !

  Pauvre Boris

 
 
 
     
 

Peggy

LEE

 Fever

 
 
 

Mon amie la rose

 

Natacha

ATLAS

 

Une magnifique interprétation du tube de Françoise HARDY …

 

 
 
 
… et quand on parle de la louve :

 

Françoise HARDY 

Le temps de l'amour

 

 
 
 
 Et comme l’une ne va pas sans l’autre …

Jacques

DUTRONC

Mais je n’ai pas trouvé mes préférées:

« La ballade du bon et des méchants »

 et

« Merde in France »

Et moi et moi et moi

 

 
 
 
 
 Attention : paroles à ne pas laisser entre toutes les oreilles !
 

Boby

LAPOINTE

  Comprend qui peut

Framboise

 

 
 
 
 

 

Grand

corps

malade

Rencontres

 

 
 
 
 

 

Rolling

STONES

Angie

 

 
 
 

Edith

PIAF

 

  A quoi ça sert l’amour

Milord

 

 Le fanion de la légion

Voir ci-contre au sujet de la chanson :
 
Le fanion de la Légion
Le Fanion de la Légion est une chanson française écrite en 1936 par Raymond Asso (un ancien légionnaire), sur une musique de Marguerite Monnot et chantée par Marie Dubas. Elle a ensuite été reprise Édith Piaf en 1937.
Cette chanson ressemble, dans son origine et son interprétation au fameux Mon légionnaire du même compositeur, Asso, qui était aussi l'amant de Piaf à la fin des années 30.
Néanmoins, si dans Mon légionnaire la Légion étrangère est dépeinte au travers des yeux romantiques d'une femme idéalisant son amant au képi blanc, dans Le fanion de la Légion, c'est l'Institution qui est le sujet central.
La chanson glorifie le fanion de l'unité, défendu par trente légionnaires dans un fortin perdu du Sahara.
Paradoxalement, la Légion n'a jamais adopté cette chanson qui lui était dédiée alors qu'elle a fait sienne une autre chanson popularisée par Piaf, Non, je ne regrette rien.
 
( Source Wikipédia )
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires