Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:07
 
 
 
Une lotus seven
déchire le matin blême ;
plaque immatriculée
KAR 120 C.
 
Coup de tonnerre,
coups de poing sur un bureau laqué,
les mâchoires se serrent
un agent vient de démissionner.
 
Une fiche à peine classée
un appartement enfumé,
mais quel agent enlevé ?
John DRAKE, rarement nommé ?
 
Prisonnier au Village entouré de rôdeurs,
d'une élite elle-même captive de ses peurs ;
peurs de ne pas avoir de renseignements,
de ne pouvoir cerner cet agent.
 
Imaginaire ou réalité, à la fin,
le numéro 6 est le numéro 1.
Retour en mini-moke à la case départ,
jeux de miroirs liquidant nos espoirs.
 
Allégorie de l'individu face au pouvoir ;
broyés par nos sociétés dites civilisées,
combien sommes-nous de N°6 ignorés
dont certains attendent le grand soir ?
 
C'était un petit village
aux confins du pays de Galles,
aux limites de notre imaginaire,
d'inconsciences moutonnières.
 
 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:06

"L"

 
 
J'aimerais pouvoir, un week-end complet,
partir avec elle, la retrouver ;
retrouver la chaleur de ses mots,
sentir à nouveau la douceur de sa peau.
 
Loin de la grande ville sans âme
nous partirions dans un petit hôtel isolé,
niché dans un petit coin de campagne,
pour y retrouver calme et sérénité.
 
Nous accorder deux jours entiers
en tête-à-tête d'une amoureuse amitié.
Retrouver nos conversations, ses rires,
partager nos goûts, lire, nous enivrer de plaisirs.
 
Elle humerai mon corps, en disposerait,
comme un territoire qui lui appartiendrait ;
contrée à ses envies abandonnée,
à la douceur de nos étreintes passionnées.
 
Notre liaison abritée
un week-end complet,
dans un petit hôtel isolé ;
j'aimerais tant la retrouver.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:05
 
Le feu crépite dans l'âtre
où les bûches se consument joyeusement.
Autour de la cheminée et dans la pièce,
les branches de gui pendent à côté des couronnes de houx
qui ont été ornées de rubans rouges.
Les camarades devisent par petits groupes,
débattent sur la situation du monde.
La tour de yul a été dressée sur la table
et une bougie en éclaire l'intérieur ;
au milieu de la nuit, elle sera placée au-dessus
symbolisant en cela le retour de la vie.
D'autres bougies allumées,
l'une rouge pour les amis absents,
mais par le coeur présents,
les autres bleue et verte,
pour nos amis à venir et ceux disparus ;
au plus profond de l'hiver,
c'est le soleil qui renaît
à travers la lumière
de ces bougies allumées.
Au fil de la soirée, je regarde ces visages ;
nous n'avons pas tous les mêmes idées,
mais nos sens battent au rythme de l'amitié,
au rythme de cette tradition païenne
perdurant à travers les âges.
Et quand l'on se remémore les combats passés,
le souvenir de nos camarades disparus flotte à nos cotés,
dans nos coeurs, dans nos tripes, et dans nos pensées ;
car la nuit où est plongée le monde dans lequel nous vivons,
ne peut que nous donner l'espoir d'un nouveau soleil à venir.
Et l'on fait ripaille en hommage à Dionysos, dieu de la fête et du vin,
les carnets de chants circulant de main en main.
Les mets les plus variés ornent la table
embaumant de leur fumet la grande salle ;
ici, du saumon, de l'oie ; plus loin, du porc et du sanglier
disposés entre les bouteilles de bière et de vin.
Le cheval à huit pattes d'Odin, Sleipnir,
parcourra les douze nuits sacrées à venir,
prolongement de ce lendemain de solstice.
De part le monde, il y a de cela des années,
d'autres personnes réunies en pareille harmonie
autour d'une même table, en une semblable nuit,
festoyaient la veille ou je suis né.
 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:02
 
 
Carole
une douce
rousse
qui plane
à la frimousse
de femme-enfant
au charme envoûtant
qui m'enflamme
me pousse
en douce
de son regard
désarmant
chaque soir
sans espoir
vers le néant
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:01
à Louise et Martin
 
 
Je suis né comme mes soeurs il y a bien longtemps, né comme naissent les enfants depuis la nuit des temps, d'un père et d'une mère aimants.
Je suis né une époque sans télévision, sans téléphone ni Internet, né un endroit où il faisait bon vivre, un temps où il y avait encore de la terre à la campagne, né un beau matin d'hiver normand.
Si l'on ne sait pas pourquoi nous sommes sur terre, nous n'avons pas assez d'une vie pour remercier nos parents de nous avoir mis au monde et élevés. Et malgré l'insouciance juvénile et l'ignorance des problèmes d'adultes ou tout semble naturellement dû à certains, élevés sans que nous nous rendions compte parfois des sacrifices réalisés. Ainsi passe la vie, ainsi passe l'adolescence ; on ouvre des yeux d'adultes des années plus tard en regardant en arrière, et l'on se rend compte du trajet parcouru.
Un père, une mère.
A l'aune de quoi peut-on mesurer combien ceux-ci peuvent apporter dans une vie d'homme ou de femme ?
On leur doit chaque jour qui se lève, notre éducation et nos envies, dont résulte une grande partie de ce que nous sommes, des amis que nous avons, la somme de nos actes, la construction d'une existence.
Ils nous apportent le cadeau de la vie, et nous accompagnent sinon physiquement, néanmoins par la pensée et par l'esprit tout au long de celle-ci, qu'elle soit jalonnée de bons ou de mauvais moments.
Et l'on trouve cela tellement normal que l'on en oublie qu'un jour cela puisse finir, qu'ils ne soient plus là comme auparavant leurs propres parents, ou que l'on puisse partir sans leur avoir dit à temps, parfois par pudeur, comme à certains amis perdus trop tôt, combien on les aime...   Parents, je vous aime !
 
 

 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 21:00

.

 Fichier hébergé par Archive-Host.com

.

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 18:32
 
 
 
  
 Haïkus 
 
 
 
 
après notre nuit
les étoiles ne brillaient
plus comme avant
 
 
 *       *       *
 
le lac scintille
et projette le reflet
d’une lune nacrée
 
 *       *       *
 
  
lampes allumées
il fait encore très bon
finir la veillée
 
 
 
 *       *       *
 
bougies allumées
accompagnent les amis
au bout de la nuit
 
 
 *       *       *
 
un baiser volé
surprend la jeune femme ;
et gifle le sot
 
 
 
 *       *       *
 
les pages blanches
remplies au fil du crayon
le chat noir, lui, dort
 
 
 *       *       *
 
 
je cherche les mots
le chat noir sur mes genoux
à quoi pense-t-il ?
 
 
 
 *       *       *
 
appareil photo
Svarting tire la langue
je saisis l’instant
 
 
 *       *       *
 
 
en ce jour d’été
le champ de blé est vidé
le grenier rempli
 
 
 *       *       *
 
 
dans la flaque d’eau
bien après la tempête
réfléchit le ciel
 
 
 *       *       *
 
 
fourche oubliée
dans le champ de blé vidé
fermiers fatigués
 
 
 *       *       *
 
 
des êtres humains
grouillent en bas sur terre
là-haut, des yeux voient
 
 
 *       *       *
 
 
le froid de l’hiver
quand tu es partie au loin
sur moi est tombé
 
 
 *       *       *
 
 
le chat de Geluck
en trois cases dessiné
tel un haïku, vit
 
 
 *       *       *
 
 
un asiatique,
devant les jeux d’un enfant
s’étonne et rit
 
 
 *       *       *
 
 
le chat sautille
de part en part comme un fou ;
mouche envolée
 
 
 *       *       *
 
 
elle porte sur moi
dans le bus qui s’éloigne
son regard triste
 
 
 *       *       *
 
 
surpris par un bruit
il baille et s’étire ;
le chat se rendort
 
 
 *       *       *
 
 
je me réveille
autour de moi, mes trois chats
me fixent sans bruit
 
 
 *       *       *
 
 
lové contre moi
le chat serre ses griffes
de contentement
 
 
 *       *       *
 
 
à l’arrêt du bus
masse compacte, transie,
la foule attend
 
 
 *       *       *
 
 
les heures passent
je termine mon roman
la bougie faiblit
 
 
 
 
 
 
  
 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 01:30

A

Américains
   
« Si les Américains n’étaient pas venus… » combien de fois n’ai-je pas entendu cette complainte. Alors si on va par-là… « Si des Français comme Lafayette n’avait pas été les aider pour accéder à l’indépendance, ils n’existeraient pas non plus en tant que tels, alors ! » et « si ma tante en avait… » Ce n’est pas parce que quelqu’un nous aide un jour, que l’on doit lui être redevable pour le restant de sa vie( surtout s’il le fait comme les Américains par intérêt )et particulièrement si c’est le dernier des salauds.
Justement, qui peut dire ou nous en serions ? L’Europe ( la nôtre hein ! ) serait sûrement déjà édifiée depuis des lustres. Certains pensent que nous serions sous le joug de la culture allemande. Belle affaire : elle est au moins Européenne. A présent en tout cas, nous sommes sous la domination de l’inculture américaine qui broie l’histoire des hommes, et des idées et nous les renvoie sous forme de steak haché, de coca-cola et de MichaëlJaksonisation des esprits. Le danger de mondialisation que nous autres dénonçons depuis plus de trente années prend aujourd’hui forme. Ce libéralisme a même contaminé, des anciens « fachos » comme messieurs MADELIN et LONGUET à ceux du M.S.I. ( Mouvement Social Italien ), en passant à présent par certains Nationaux révolutionnaires français… enfin, qui se prétendaient tels.
 
 
Amitié
 
Un des sentiments les plus forts et les plus importants avec les liens familiaux. En amitié on ne se doit rien, on a rien à attendre de l’autre… on le vit. C’est une question de feeling ; l’amitié se goûte comme autant de moments de joie qui se renouvellent à chaque fois.
 
 
Amour
  
à écrire avec un grand A
( comme Passion avec un grand P ).
Il est dommage que dans la langue française, comme le faisait remarquer René BARJAVEL dans « la nuit des temps », que l’on aie pas assez de mots pour différencier l’amour des personnes, des objets.
 
 
Ane
  
( voir à BARDOT )
 
 
Animaux
 
Dans l’absolu, l’espèce humaine a moins de droit de cité sur terre que les animaux, car ceux-ci ne menacent pas la nature comme le fait l’être humain.
Pour moi, la vie d’un seul de mes chats vaut bien plus que celles de dix salauds comme Bernard Tapie ; ceci pour vous mettre dans l’ambiance.
 
Les droits des animaux devraient être calqués sur les « droits de l’homme » ( puisque ceux-ci existent ), ce qui permettrait de procéder aux recherches ( sur les maladies, les produits de beauté, etc. ) qui touchent les humains sur les humains eux-mêmes. Logique non ? D’ailleurs la compatibilité étant la même, les dites recherches aboutiraient plus vite.
 
 
Anticonformisme
  
A fond ! comme…
 
- Jean-Pierre MOCKY
- Jean-Edern HALLIER
 
 
Architectes
 
- Albert SPEER
- Ieoh Ming PEI
- Jean NOUVEL
- Riccardo BOFFIL
 
 
Armes
  
Il suffit qu’il y ait un meurtre par-ci, un massacre par-là, pour que certains se mettent à pousser des cris d’orfraie contre la détention d’armes, comme si le danger venait des particuliers qui en détenaient de façon légale. Il est bien évident que les mafieux qui se servent d’armes pour leurs délits, ne vont pas les déclarer à la préfecture. Alors le fait de supprimer les armes aux honnêtes gens est une aberration.
Le danger vient de l’être humain, pas de l’objet. Une fourchette, un journal plié, peuvent faire office d’armes. Et si même en France, on arrivait à éradiquer jusqu'au moindre revolver et qu’il y ait une recrudescence de meurtres à la fourchette de table, on continuerait à voir les mêmes débiles mentaux qui demanderaient encore au gouvernement de supprimer les dites fourchettes.
Au lieu de prendre les citoyens pour des demeurés, les autorités feraient mieux de responsabiliser les Français comme le fait le gouvernement Suisse de ses ressortissants, pays ou lequel la détention d’armes de guerre est la plus élevée en proportion des habitants - car la plupart d’entre eux font leur service militaire, service national qui est échelonné sur plusieurs années – et est singulièrement un des pays les plus pacifiques d’Europe.
 
  
Aryens
  
Comme le dit mon camarade Francis BONNET :
« Nous sommes bons Aryens mais prêts à tout ! »
 
Je l’ai aussi entendu avec satisfaction démontrer à certains, que les Iraniens sont issus des peuplades Indo-européennes et, bien que musulmans, ne sont donc pas arabes… mais croyez-moi, c’est du boulot !
 
 
Attentats
 
L’actualité, courant plus vite que mes doigts sur le clavier, m’oblige à inclure cette interprétation alors que je mets la dernière main à ce livre.
 
En effet, un idiot du village ayant rebondit de parti en parti dans la mouvance d’extrême droite*, à trouvé intelligent de tirer sur CHIRAC. On aurait pas fait mieux pour donner de l’importance à ce dernier.
Sarkozy et ses potes, les Renseignements Généraux et Cie. doivent se frotter les mains.
 
Mais la ficelle est tellement grosse que mêmes certains de mes amis de droite comme de gauche, et même ceux qui ne font pas de politique trouvent cela tellement ridicule que cette action en devient pathétique. Tirer à la 22 long rifle sur CHIRAC, c’est comme si on balançait des bananes au pape.
 
Enfin, qu’importe.
Pour les médias, « on a tiré sur le président ». Vous vous rendez compte ! ?
Pour ce qui est du gouvernement, celui-ci a un bon prétexte pour taper sur l’extrême droite - enfin ce qui en reste - ce qui va permettre aux flics d’avoir les coudées franches en matière de répression.
 
Le parti qui sera dissous se reformera, si ce n’est déjà fait, ce qui l’obligera à rechercher un autre nom et un autre logo ( cela fera perdre du temps dans le nettoyage des 22 LR : y sont forts les flics ! ).
 
César a été tué par son fils, Henri IV par Ravaillac, les nazis avaient l’incendiaire du reichstag ; il y a de ces petits faits-divers qui font les grands tournants de l’histoire.
CHIRAC, lui, ne mérite sûrement pas qu’il soit tué. A petit président, petit assassin en culottes courtes, sûrement manipulé, pour un petit attentat certainement falsifié.
Mais bon, on a que les assassins que l’on mérite hein.
MITTERRAND ( dont on s’est aperçu après sa mort qu’il avait baisé tout le monde, surtout ses amis… mais bon, pour bien « baiser » quelqu’un c’est mieux d’avoir des sentiments non ? ) a commencé sa carrière avec un faux attentat dans les jardins de l’observatoire, et CHIRAC termine la sienne sur un attentat bidon.
N’ayant pas la stature d’un MITTERRAND, et n’ayant laissé à la postérité aucune réalisation architecturale, il faudra attendre un autre événement plus sérieux pour éviter à CHIRAC l’oubli dans les poubelles de l’histoire.
 
* Le fait que le « terroriste » dont j’ai déjà oublié le nom et qui a envoyé une lettre d’excuses à CHIRAC aie été au GUD, au PNFE, au MNR, à Unité Radicale, et je ne sais où encore, ne peut signifier que deux choses : ou cela relève d’un manque évident de personnalité ( c’est un euphémisme pour dire que c’est un abruti ), ou il est fliqué. Dans les deux cas de figure c’est pain béni pour les RG.
 
*   *   *
 
Le clivage droite/gauche ne veut déjà presque rien dire, tant les uns et les autres sombrent dans le système économique actuel de mondialisation. Le futur combat sera-t-il entre mondialistes et anti-mondialistes déclarés, ou sera-t-il le fait de milliers de kamikazes « indépendants » ( exemple DURN ) contre des masses abruties et désarmées par le vide de la pensée et de l’entendement des structures politiques actuelles, qui préfèrent faire croire au peuple que ces suicidaires « ne sont que des fous ». Formule simpliste, mais qui fonctionne à font sur les personnes qui préfèrent s’en remettre aux décisions du gouvernement quel qu’il soit sous prétexte qu’ils ont voté, et qu’ils ont rempli leur devoir de citoyens.
Ne pas réfléchir (1) leur permet de s’en laver les mains, et de ne pas vouloir un jour se rendre compte eux-mêmes que s’ils ont des cons au pouvoir, c’est parcequ’eux-mêmes ont voté comme des cons :
« Oh on a voté pour des messieurs… s’ils sont au pouvoir, c’est qu’ils savent ce qu’ils font ! » 
Non. S’ils sont au pouvoir c’est par ce qu’ils vous ont fait croire qu’ils pouvaient faire quelque chose. Toute la fumisterie de la démocratie est là !
 
Il est hélas ( ? ) à parier ( ou à espérer ? ) que les injustices de plus en plus avérées, les clivages sociaux qui s’agrandissent, conduisant parfois au découragement de militants, de citoyens, d’un tas de gens qui ne pourront que s’exprimer individuellement que dans ce genre d’actes sacrificiels, se développera de plus en plus.
Je ne parle pas du guignol qui a essayé ( ? ! ) (2) de tirer sur CHIRAC, mais de types désespérés comme Richard DURN dont, sinon l’affaire, mais surtout ses motivations, ont été passées sous silence. Combien sont ils de Richard DURN en sommeil, que nous croisons dans nos vies de tous les jours, à l’exemple planétaire des kamikazes des tours américaines ?
 
 
(1) ce sont les mêmes qui disent :
« c’est vrai pasque je l’ai vu à la télé » ou « c’est vrai pasque je l’ai lu dans le journal ».
quelle misère !
 
(2) petit aparté :
celui qui a tiré sur CHIRAC étant à Unité Radicale, on supprime ce parti. Celui ( DURN ) qui a tiré et tué une dizaine de conseillers municipaux était militant des verts et militant aux droits de l’homme ; on a pas pour autant supprimé ces deux organisations. En fait, on a sanctionné l’incapacité du tireur à se servir d’une arme… Ah, là là ! On va encore dire que je fais du mauvais esprit…
 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 01:13

B

 
 
Bardot
 
¤ Animal : issu d’un croisement d’un cheval et d’une ânesse.
 
¤ Femme : ancienne actrice défendant depuis quelques années la cause des animaux. Signe particulier, a une préférence pour les ânes castrés... sans doute pour cela qu’elle a épousé un responsable du Front National.
  
 
Bas
 
Un des éléments de séduction de la gent féminine qui, hélas, à tendance à tomber en désuétude depuis quelques années.
Il reste encore heureusement nombre de femmes qui, par envie personnelle et/ou simplement par séduction, continuent d’en porter au grand dam de certaines féministes, et pour le plus grand plaisir de mes semblables ( pas vrai Gu ?! * ) pour qui la classe et la sensualité ne sont pas de vains mots.
 
* c’était un message personnel.
 
  
Bourgeois 
 
Dans les pays « développés », la plupart des gens aujourd’hui ayant leur confort, le concept de bourgeoisie relève plus maintenant d’un état d’être - mental - que d’un état de fait. Je connais des personnes qui auraient été qualifiées de bourgeois au siècle dernier, mais qui sont plus « révolutionnaires » qu’un beauf tout aussi aisé qui fait de la léche à son patron.
Je porte à la connaissance du lecteur, la théorie des mouches d’un de nos camarades :
 
« Mettez des mouches dans un grand bocal, fermez-le et regardez-les tourner jusqu’à l’épuisement et la mort. Voilà résumée la vie d’un bourgeois.
Prenez un autre bocal, mais plus petit celui-là ; placez-le à côté du premier bocal, mettez-y d’autres mouches, et fermez-le. Voilà résumée la vie de ce que l’on appelle les prolétaires.
Le grand bocal est l’objet de la lutte des classes.
Qu’est-ce qui différencie le bourgeois du prolétaire ? Rien, si ce n’est que le second aimerait être à la place du premier. Sinon, même mentalité basée sur l’argent, la prétention, l’égoïsme, même foi dans la matière… »
 
Nous autres fascistes, voulons casser les bocaux ; faire ouvrir les yeux aux uns et aux autres sur leur propre égoïsme et leur hypocrisie, afin qu’ils puissent poser un autre regard sur les autres et sur le monde qui les entoure.
 
  
Bourse
 
Arrêtez ! voilà maintenant que l’on commence à réclamer le soutien de l’état ( traduisez, notre argent ) pour sauver Vivendi. On recommence les conneries du Crédit Lyonnais qui ont coûté au contribuable, cette vache à lait taillable et corvéable à souhait, des milliers de francs par citoyen. Une fois de plus il faudrait porter secours à ces salauds de capitalistes et à ces pourris de petits porteurs qui viennent pleurer quand ils perdent les ronds qu’ils ont spéculé. Je précise que je ne parle pas ici de placements, mais de spéculations.
 
A quand, selon l’expression de mon camarade Michel VINCIGUERRA, la « grande fessée », ce prochain crack boursier à l’échelon mondial tant espéré par nous autres, qui fera disparaître cette forme de matérialisme – cet autre mur de Berlin – et verra renaître d’autres configurations de société basées sur des formes plus pures ?
 
En 1929, il ne faisait pas bon se balader sur les trottoirs, avec tous ces banquiers qui se jetaient par les fenêtres. De nos jours, ils sont tellement plus pourris et ont tellement peu de respect d’eux-mêmes que ce genre de situation a peu de chance de se reproduire à une aussi grande échelle. Hélas.
  
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 01:08

C

 
Capitalisme & Communisme
 
« Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Et le communisme ? c'est le contraire ».
Cette boutade est encore tragiquement d'actualité.
 
Les communistes ont toujours raté leurs révolutions : 150 millions de morts à travers le monde en 70 ans pour en arriver au point où ils en sont aujourd'hui en témoignent. Ils ont volé et déporté les paysans qui avaient survécu à la famine en U.R.S.S. notamment en 1923, et plus tard en Chine sous Mao.
D'ailleurs, le fait d'être à la fois paysan et communiste dans nos pays Européens qui ne sont pas soumis à ce régime me semble tellement aberrant, que je pense que cela relève sinon de la psychiatrie, tout au moins de la stupidité qui frise la niaiserie.
 
Industrialisation à outrance, nomenklatura, exploitation des travailleurs, la dialectique Marxiste n'a rien à envier au capitalisme. Communisme et capitalisme sont les deux têtes d'un monstre bicéphale qui a pour nom matérialisme.
 
Capitalistes et communistes se sont toujours bien entendus sur le dos des travailleurs. Au début des années soixante, la France n'a pas voulu miser sur le développement de la machine outil. Sous la pression des syndicats, notamment marxistes, les patrons ont embauché une main-d'oeuvre étrangère au lieu d'investir dans la machine outil. Car une machine, cela ne prend pas de carte, cela ne fait pas grève, pas intéressant ça, pour les cocos. Mais par ailleurs, une machine, c'est cher, pas intéressant ça, pour les capitalistes.
 
Mais, miracle ! La main d'oeuvre immigrée était là : pas chère, docile, malléable et corvéable à souhait. Alors tout le monde s'est mis d'accord sur leur dos : les patrons faisaient des économies, et les cocos avaient des troupes pour les grèves ; tout le monde était content. Résultat quelques années après : salaires dévalorisés, grèves dans les usines, etc... et un pays paralysé.
 
Pour éviter un tel état de fait, il fallait remplacer l'homme par la machine, taxer les dites machines, et reverser l'argent ainsi gagné au peuple.
 
( voir à Travail )
 
  
Casques bleus
  
Les casques bleus sont envoyés à travers le monde la plupart du temps pour empêcher les armées de se battre. Erreur monumentale !
Selon l'adage qui dit qu'il vaut mieux une bonne guerre qu'une mauvaise paix, les casques bleus en empêchant les armées de se battre entre elles, font alors se retourner celles-ci contre les populations civiles. Les casques bleus sont responsables (1) de par leur inertie du massacre de milliers de civils.
 
Dans les reportages, on montre surtout certains de leurs actes « héroïques », surtout humanitaires, en passant presque toujours sous silence leurs motivations pécuniaires ( primes ), leurs engagements ( pas toujours volontaires ), leurs découragements, leurs écoeurements. (2)
 
On les à envoyés pour rien, pendant des années se faire abattre à travers le monde, notamment à Sarajevo, laissant les populations civiles se faire massacrer sans pouvoir faire quelque chose.
  
(1) Je persiste et signe.
 
(2) Sans parler des actes de barbarie dont certains se sont rendus responsables, notamment quelques paras belges en Somalie.
  
 
Chanteurs 
 
- BJORK
- Edith PIAF
- Patty SMITH
- Jacques BREL
- Elvis PRESLEY
- Gene VINCENT
- Boby LAPOINTE
- Jerry Lee LEWIS
- Jacques HIGELIN
- William SHELLER
- Philippe LEOTARD
- Hubert-Félix THIEFAINE
 
  
Chats
  
Intelligence, sensualité, indépendance, sont les caractéristiques de cet animal à la fois adulé et décrié depuis des siècles.
 
 
Cigares
 
Un des éléments du bien-être surtout s’ils viennent de chez Fidel Castro.
 
 
Cinéma
 
« Le cinéma c’est la vie »; jamais un slogan n’a été si juste. A l’instar de mes préférences littéraires, musicales ou autres contenues dans ce livre ( dont les listes ne sont déjà pas exhaustives ), l’éventail de mes préférences en matière de cinéma est très étendu, allant des réalisateurs comme Leni Riefenstahl à Terry Gilliam en passant par Jean-Pierre Melville et Henri Georges Clouzot, Alfred Hitchcock, Akira Kurosawa ; des acteurs, de Lon chaney à Christopher walken, en passant par Jean Gabin, Daniel AUTEUIL, ou Richard Anconina. Art complet, alliant récits, musique, photographie, acteurs, puisant à la fois dans l’imaginaire ou dans la réalité des hommes, le cinéma est bien à l’image de la vie, des vies, que l’on devrait savourer avec délectation comme on déguste les dialogues de Michel Audiard.
 
 
Colonialisme
 
La colonisation a fait un tort considérable à certains pays d’Europe car elle à été mal pensée et mal conçue.
Il n’est pas étonnant de voir un noir d’Afrique se rebeller envers ses colonisateurs quand il se rend compte avec un miroir qu’il n’a pas la même morphologie que ses pseudo-ancêtres les Gaulois. C’est le jour où il se rend compte de cette différence, que germe en lui un sentiment de nationalisme, qui le conduit légitimement à l’indépendance.
Il est attristant de voir encore certains franchouillards considérer leur pays comme le nombril du monde, de même les pseudo-humanistes qui sont les premiers à se battre pour les droits de l’homme, mais ont méprisé le droit des peuples.
 
Il est absurde de voir comment ont été traités les habitants des colonies françaises, notamment pendant les deux dernières « guerres mondiales ».
La prétention franchouillarde ne connaît pas de bornes. Voilà un pays qui passe son temps à perdre ses guerres et à appeler à la rescousse les autochtones des pays colonisés ( Harkis, tirailleurs Sénégalais, Indochinois ) pour lui venir en aide. Quand je vois certains de ces français qui pensent que la race blanche est supérieure aux autres… je serais à leur place, j’aurais alors honte d’avoir vu mon pays avoir eu besoin des races « dites inférieures » pour l’aider pendant les guerres de 14/18 et de 39/45.
Ce n’est pas pour rien que le coq est l’emblème national ; mais en y regardant bien, je me demande si ce n’est pas un chapon.
 
 
Colt
 
« Dieu a créé les hommes et Samuel COLT les a rendus égaux » ( Proverbe américain).
En France, on a la « loi »; et de la façon dont elle est appliquée, c’est pour ça qu’on est dans la merde.
 
 
Compositeurs
 
- Carl ORFF
- Giuseppe VERDI
- Richard WAGNER
- George GERSHWIN
- Piotr Ilitch TCHAÏKOVSKI
 
 
Concentration
 
( camps de ) :
 
En 1900, 118 000 Européens et 43 000 Noirs ou métis étaient emprisonnés dans les camps de concentration anglais en Afrique du Sud pendant la deuxième guerre des Boers.
20 000 sont morts dans ces camps ( source QUID 98 ) qui étaient sous la responsabilité de… Baden-Powell; vous savez, le mec sympa qui a fondé le scoutisme sept ans après ?
 
« Réinventés » par le communiste Lavrenti Pavlovitch BERIA, chef de la police politique (N.K.V.D.) et Ministre de l’intérieur sous STALINE, le système à été ensuite repris par les nazis.
Pour rappel, outre les Juifs, il ne faut quand même pas oublier que les premiers enfermés dans ces camps étaient des opposants Allemands, des Tsiganes, des Slaves, etc… La commune horreur, elle, était là.
La même horreur que l’on retrouve dans les camps de concentration instaurés en France par les « alliés » après guerre pour y enfermer les Allemands, et dont il faudra bien dénoncer aussi un jour les atrocités.
 
 
Corrida
 
Il y a certains aspects dans la corrida que j’aime assez bien, notamment l’esthétisme, le corps à corps. Mais les dés sont pipés. Le taureau, lui, n’a pas demandé à être dans l’arène. C’est le toréador* qui veut se battre. Alors c’est bien joli de faire le beau « en habit de lumière » ; mais si c’est pour se faire aider par des servants quand on se chie dessus parce que l’on vient de se faire encorner, alors ce n’est pas la peine d’entrer dans l’arène.
Quand le taureau est en difficulté, personne n’envoie trois ou quatre de ses congénères pour attaquer le toréador.
Alors j’y adhérerais totalement quand le toréador et le taureau seront seuls dans l’arène, du début à la fin du combat. Il est gros à parier qu’il y aura alors beaucoup moins de toréadors ce jour-là.
 
* Certains puristes feront remarquer que le terme de torero est plus récent.
 
 
Couturier
 
- Azzedine ALAÏA
 
 
Cynisme
 
A cultiver pour éviter de se laisser aller à descendre dans la rue et à tirer sur tout ce qui bouge.
 
 
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 00:53

D

 
Dalaï-lama
 
Chef spirituel du bouddhisme tibétain, une des figures les plus emblématiques et « respectables » ( si tant est que l’on doive les respecter plus que d’autres ) du monde religieux ; se met à faire de la pub pour Apple et pose pour des magazines féminins … connard, va !
Se commettre ainsi au niveau des humains.
 
 
Débarquement de Normandie
 
Invasion de l’Europe par les Américains sous prétexte que celle-ci était en proie à de petits différents internes.
 
Résultats funestes : remboursement du plan MARSHALL, Mc DONALD et COCA-COLA.
 
 
Démagogie
 
Ou,
comment baiser les Français qui continuent à voter, en les faisant croire à la démo-crassie.
 
 
Démo-crassie
 
J’ai du mal à l’écrire autrement.
 
Il y a quelque chose qui me chiffonne dans la montée de l’extrême-droite, de Jörg HAIDER en Autriche.* C’est la réaction de nos gouvernements européens. Ceux-ci sont des fanas de légalité, de droits, de respect des votes, mais apparemment seulement quand ils gagnent ou que cela serve leurs intérêts. Ils nient la « démocratie » quand celle-ci ne les arrange pas. Incroyable çà, non ?
De ce fait, ils se retrouvent dans la situation des pays totalitaires ; avec toutefois quelque chose qui fait défaut à nos dirigeants « démocrates »… la franchise. Dans un pays totalitaire, les choses ont au-moins le mérite d’être claires et nettes. On apprécie ou pas. Le problème dans une « démocratie », c’est que l’on fait croire ce que l’on veut au peuple. Si, – un exemple parmi tant d’autres hélas – les responsables de l’attentat contre le Rainbow Warrior n’avaient pas été pris, personne n’aurait jamais su que le gouvernement français était derrière tout cela. Et quand l’on commence à regarder de plus près derrière tous les chantages, les détournements de fonds, les assassinats encore non-élucidés ou déguisés en suicides, la « démocratie » française fini peu à peu par montrer son vrai visage totalitaire.
 
* Il en est de même pour les élections qui viennent de se passer en France, au moment où je termine ce livre ( mai 2002 ). Les « Libéraux-Socialo-Républicains » acceptent la « démocratie » quand ils gagnent, et bavent dessus quand ils perdent. Ils trouvent anormal que LE PEN fasse plus de 17%. Pourquoi ? Ceux qui ont voté pour lui ont fait comme eux. Si vous ne voulez pas qu’ils s’expriment alors supprimez les élections.
Non les gars, assurez ! Vous avez un système de merde, vous vous en servez, alors ne venez pas vous plaindre. N’oubliez pas qu’HITLER est arrivé par la voie électorale ; par le même genre de système que vous défendez.
 
( voir à Vote )
 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 00:48

E

 
Ecrivains
 
- Boris VIAN
- Jules VERNE
- Jean MABIRE
- Henri VERNES
- Pierre GRIPARI
- René BARJAVEL
- Dominique VENNER
- Guy de MAUPASSANT
- Pierre DRIEU-la-ROCHELLE
- Kimitake HIRAOKA dit Yukio MISHIMA
- Louis-Ferdinand Destouches dit CéLINE
 
 
Education
 
La télévision, lucarne magique reflétant de plus en plus la misère intellectuelle de masses hypnotisées, nous réserve de plus en plus de surprises sur la médiocrité humaine. Où l’on apprend sur un reportage sur l’espace, qu’un professeur a enseigné à ses élèves que la France avait une base spatiale sur Pluton !!! ( sans doute un Raëlien ). Où l’on découvre dans un jeu télévisé où participaient des bacheliers tout récemment sortis de leurs chères études, que certains ne savaient pas que le Niagara était un fleuve, ni que Yves SAINT-LAURENT avait quitté la haute couture en ce début d’année 2002; cela avec quand même quatre propositions de réponses.
C’est la finalité de l’éducation « post-soixante-huitarde », où l’on a depuis des années baissé le niveau de connaissances, et de par-là celui des examens, afin que nos chères têtes « plus tellement blondes » puissent apprendre sans trop se fatiguer les neurones.
S’il y avait un trophée à décerner, telle la cerise sur le gâteau de l’abrutissement ambiant, il reviendrait à ce directeur d’un lycée de Toulon, qui, ayant participé à ce jeu et ayant tellement peu brillé en cet exercice, en fait, il a été nul à chier ) qu’en revenant au sein de son établissement les élèves l’ont surnommé « monsieur 10 000 francs ».
 
Ayant personnellement arrêté mes études après l'obtention d’un C.A.P. de tourneur, je suis autodidacte… et heureux de l’être quand je vois le niveau d’inculture des bacheliers actuels, et de leurs professeurs.
 
 
Europe
 
La nôtre, pas celle de Maastricht.
Une Europe d’abord politique, sociale, et fraternelle avant d’être économique.
Une Europe qui devrait faire contrepoids avec l’Amérique, remplaçant en cela l’U.R.S.S. … dont par ailleurs, le renouveau n’est peut-être pas si loin !
 
 
Eurovision
 
Je n’ai jamais compris pourquoi Israël était représenté à cette manifestation.
Il est vrai que je n’ai jamais été bon en géographie. Mais au fait, c’est peut-être de la géopolitique ! ?
 
 
Evolution
 
« Depuis des siècles, les humains s'aiment et se battent entre-eux pour les mêmes raisons: l'argent, l'honneur, l'eau, le feu, la terre, le pouvoir, etc... mais en regard de l'animal, l'être humain n'a pas évolué. Il ne s'arrête plus pour regarder une fleur, pour écouter ses semblables, pour parler d'amour. L'homme s'est simplement adapté - physiquement - à la nature; il ne vit plus... avec elle ! »
 extrait du recueil « Le vieil Européen »
 
 
Exhumations
 
Novembre : fête des morts.
 
Chez Ivo LIVI ( Yves MONTAND pour ceux qui ne sont pas au courant ), recherche de paternité : il a fallu faire des tests d’ADN ( acide désoxyribonucléique ) ; comme si la tête d’Aurore DROSSARD n’était pas assez ressemblante… la pauvre !
 
Chez Maurice PAPON (1), autre recherche de paternité, autre test d’ADN ( Association De Nazis ) :
On l’a exhumé des poubelles de l’histoire, et on a retrouvé des traces de collaboration de plusieurs sortes dans son ADN.
D’une part, collaboration avec les nazis pendant la guerre, mais aussi avec les juifs pendant la création de l’état d’Israël ; ce qui fait de lui un des pères fondateurs de cet état… quelle ironie !
PAPON qui jouait les « nouveaux juifs errants » ( d’un monastère l’autre, pour ne pas paraphraser Céline ), PAPON, cette vieille dépouille à l’image d’une Vème république qui n’en finit pas de crever.
Mais qu’est-ce qu’il s’emmerde cette vieille ganache ?
Il n’avait qu’à prendre les devants et faire comme les flics (2) et l’église : s’excuser au nom des préfets, au nom de la profession, etc… !
 
Et vous juifs qui avez soi-disant de la mémoire, vous souvenez-vous de vos milices du Bétar qui défilaient en 1936 à Berlin avec les nazis ? Et de vos frères qui étaient Kapos dans les camps ?
  
 
 
Vous juifs d’aujourd’hui, qui applaudissez aux massacres des palestiniens, mais qui bavez sur PAPON aux abords du tribunal ; vous qui avez été tête basse à l’abattoir, pendant que vos frères se battaient pour leur survie, la tête haute au ghetto de Varsovie ; vous salissez la mémoire de ceux-ci.
Alors allez cracher votre venin ailleurs que sur notre vieille Europe.
 
 
(1) Pour ce qui est de PAPON, il va peut-être falloir arrêter les conneries de savoir s’il faut ou pas le faire sortir de prison vu son état de santé. Pauvre chéri ! Lui, ne s’est jamais préoccupé de savoir s’il envoyait dans les camps de concentration, des personnes valides ou non, âgées ou non, sous le seul prétexte qu’elles étaient juives. Au moins, lui, sait pourquoi il est en taule. Ce n’est pas parce qu’il a été Gaulliste après guerre et « résistant », que ce n’était pas un grand salaud.
 
(2) Comme par exemple ceux de la rafle du 16 juillet 1942 au Vélodrome d’hiver qui n’ont jamais été condamnés pour avoir arrêté 12 980 juifs dont 4000 enfants.
 
 

Partager cet article

Repost0