Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 18:32
 
 
 
  
 Haïkus 
 
 
 
 
après notre nuit
les étoiles ne brillaient
plus comme avant
 
 
 *       *       *
 
le lac scintille
et projette le reflet
d’une lune nacrée
 
 *       *       *
 
  
lampes allumées
il fait encore très bon
finir la veillée
 
 
 
 *       *       *
 
bougies allumées
accompagnent les amis
au bout de la nuit
 
 
 *       *       *
 
un baiser volé
surprend la jeune femme ;
et gifle le sot
 
 
 
 *       *       *
 
les pages blanches
remplies au fil du crayon
le chat noir, lui, dort
 
 
 *       *       *
 
 
je cherche les mots
le chat noir sur mes genoux
à quoi pense-t-il ?
 
 
 
 *       *       *
 
appareil photo
Svarting tire la langue
je saisis l’instant
 
 
 *       *       *
 
 
en ce jour d’été
le champ de blé est vidé
le grenier rempli
 
 
 *       *       *
 
 
dans la flaque d’eau
bien après la tempête
réfléchit le ciel
 
 
 *       *       *
 
 
fourche oubliée
dans le champ de blé vidé
fermiers fatigués
 
 
 *       *       *
 
 
des êtres humains
grouillent en bas sur terre
là-haut, des yeux voient
 
 
 *       *       *
 
 
le froid de l’hiver
quand tu es partie au loin
sur moi est tombé
 
 
 *       *       *
 
 
le chat de Geluck
en trois cases dessiné
tel un haïku, vit
 
 
 *       *       *
 
 
un asiatique,
devant les jeux d’un enfant
s’étonne et rit
 
 
 *       *       *
 
 
le chat sautille
de part en part comme un fou ;
mouche envolée
 
 
 *       *       *
 
 
elle porte sur moi
dans le bus qui s’éloigne
son regard triste
 
 
 *       *       *
 
 
surpris par un bruit
il baille et s’étire ;
le chat se rendort
 
 
 *       *       *
 
 
je me réveille
autour de moi, mes trois chats
me fixent sans bruit
 
 
 *       *       *
 
 
lové contre moi
le chat serre ses griffes
de contentement
 
 
 *       *       *
 
 
à l’arrêt du bus
masse compacte, transie,
la foule attend
 
 
 *       *       *
 
 
les heures passent
je termine mon roman
la bougie faiblit
 
 
 
 
 
 
  
 
 
Repost 0