Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 17:42

La casse du pays bat son plein. La marionnette Macron mise en place par le capitalisme apatride a bien rempli son office. Avec seulement un quart de français inscrits sur les listes électorales votant pour lui au deuxième tour, le système vicié de notre démo-crassie a insidieusement « légitimé » le fait qu’un gosse immature s’installe à l’Elysée.

Divers scandales reliés aux membres du gouvernement Macron émaillent notre actualité : abus de confiance, escroqueries, prises illégales d'intérêts, soupçons de favoritisme, problèmes fiscaux, conflit d'intérêts, accusations de viols etc... Ainsi les informations judiciaires et les mises en examen se succèdent. Ces pourritures mises en place par une minorité d’électeurs sont bien aux manettes du pouvoir et prétendent nous gouverner.

Le fait est que dès le premier tour, Macron ayant été crédité de 9 783 058 voix, cela revient à constater qu’à peine un cinquième des français voulaient le voir en place. Certainement les mêmes français qui se virent cocufiés par le référendum de Maastricht en 2005.

Ces gouvernants en place s’accommodent sans état d'âme de cette sous représentation citoyenne. En manipulant les sensibilités politiques, tantôt à droite, tantôt à gauche, ils distribuent quelques miettes pour les uns ou les autres en faisant l’illusion d'assurer une forme de gouvernance pour le peuple.

 

« Les hommes forts créent les périodes de paix.

Les périodes de paix créent les hommes faibles.

Les hommes faibles créent les temps difficiles. »

 

Ibn Khaldoun (1)

Les responsables ne sont pas seulement ceux qui ont voté pour Macron, c’est aussi tous ces électeurs, ces “idiots utiles” qui ont cautionné et légalisé ce système dévoyé.

CES élus, de quelques bords qu’ils soient (du Renouveau National à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale), ont délibérément cautionné ce système pour en arriver là. Ils sont d'autant plus responsables de cette situation qu’ils y participent avec entrain par leurs engagements et leurs atermoiements à de piteux débats politiciens, sans conséquences importantes pour la vie de notre Nation. Les véritables choix politiques sont élaborés par une technocratie aux ordres des mondialistes.

Les Nupes font leur Nupet’s show à l’assemblée, et le peuple crédule en a pour son bulletin de vote. Ici un pathétique petit con de la NUPES qui vient à l’assemblée en manches de chemise relevées, refuse de serrer la main à un RN ; il ferait presque passer cela pour un authentique acte révolutionnaire. Cette petite frappe qui a accepté le principe de la démo-crassie n’assume même pas son rôle de larbin du système. Ou encore cette députée de La France Insoumise (tiens, encore ?) qui s’oblige à twitter en faveur de la communauté juive afin de masquer l’antisémitisme lattant de LFI et cela en bavant sur le RN. Son ignorance de l’histoire lui fait faire des conneries.

J’écrivais il y a des années que certains pseudos-révolutionnaires aux mentalités mercantiles s’étaient rapprochés du Front National pour des « raisons pécuniaires ». Oui, les guillemets, c’est pour éviter de parler de prostitution. Ceux-ci, en se présentant à présent pour Renouveau National, ont de fait légalisé leur servitude.

J’écrivais alors : « Le Front National est loin d’être un parti fasciste. C’est un parti légaliste, bourgeois, raciste, à l’image de ses représentants, qui ne visent le pouvoir que pour le pouvoir. Le Front National est la roue de secours du carrosse de la démo-crassie, la soupape de sécurité du système dont celui-ci se sert pour jouer les vierges effarouchées lors des périodes électorales. Si le Front n’était pas là, il y a longtemps que le peuple serait descendu dans la rue. » Il en est de même à présent pour le Renouveau National qui prend la place laissée vide des Républicains lors des présidentielles et aussi de la NUPES, parti de recomposition qui veut remplacer une vieille gauche moribonde, mais toujours disposée à jouer comme tous ces partis fantoches au jeu des chaises musicales d‘une « cohabitation forcée ».

Quoi qu’il arrive, ils se soutiendront toujours les uns envers les autres pour ne jamais perdre leurs prébendes. L’horrible routine de la démo-crassie avec ses automatismes reprend le dessus : injustices, inégalités, passes droits et copinages sont toujours d’actualité.

Le pays est malade de cette demo-crassie. Le cirque auquel se livrent députés et sénateurs est du niveau d’une république bananière. Tout ce temps est perdu entre réunionites et autres commissions Théodule pour finalement accoucher de lois qui sont pour la plupart inappliquées ou sans lendemain.

 

 

*     *     *     *     *

En perte de vitesse depuis des années, la diplomatie française, rimant avec hypocrisie et veulerie, a fini grâce à Macron par se ridiculiser et perdre toute crédibilité sur le plan international. Trump s’est bien foutu de sa gueule en le prenant pour le gamin qu’il est. Joe Biden, le pédophile sénile l’oblige à acheter son gaz naturel liquéfié,(2) en poussant l’Ukraine dans une guerre meurtrière pour nos frères d’Europe. Les brésiliens et Poutine le méprisent autant l’un que l’autre. Un ministre turc a qualifié le comportement de Macron d’hystérique. Pour se «la péter», il n’a rien trouvé de mieux que de divulguer ses conversations avec le président russe en bafouant en cela une des règles essentielles en diplomatie. Sur le plan personnel, le monde entier se gausse de ses « relations sexuelles » depuis son premier mandat, au sein du gouvernement, entouré de ses mignons à l’instar d’Henri III.

   

« Malheur au pays dont le roi est un enfant et dont les princes ont mangé dès le matin »

Qohelet - l’« Ecclésiaste »

   

Tel un pied de nez à la France, Macron avait d’ailleurs affiché assez tôt aux yeux du monde ses penchants, notamment lors de la fête de la musique 2018, exhibant à l’Elysée des danseurs LGBTQ jouant les fofolles. De quoi faire rager les homosexuels qui n’ont rien de commun avec ces turpitudes excentriques.

L’Elysée, mélange de freaks (3) et de cour des miracles mâtinée d’Idiocracy (4), avait donné à cette occasion aux yeux du monde, l’image du grotesque et du mauvais goût. La cancel culture et la vague de wokisme qui en découle s’est mise à déferler en France et a atteint les cerveaux malades de minorités aigries. Ces mouvements renvoient aux heures sombres de la libération, dénonçant paroles et écrits datant parfois de dizaines d’années, et pointant du doigt certaines personnes non-politiquement correctes (5). Ces nouveaux Torquemadas venus d’extrême gauche se sont emparés d’une écologie moribonde et l’ont transformée en outil de combat glissant vers un islamo-gauchisme électoraliste. Par ce biais une minorité de minorités prend le dessus, et on assiste à une déculturation du peuple français menée tambour battant à coups de provocations, tant dans la culture que dans l’éducation.

Le « Pays des lumières » n’a plus d’autre prétention que d’éclairer le monde en tenant la chandelle d’une société occidentale en totale décomposition. La France de Macron est en marche et donne le ton de sa mandature.

*     *     *     *     *

L’homme providentiel doit être banni. Il faudra mettre en place un nouveau système s’inspirant des pasdarans (gardiens de la révolution) en Iran, ou d’une «jamahiriya» (l’état des masses) de la Libye de Kadhafi, qui instaureront une véritable démocratie directe. Les élus doivent être responsables et comptables de leurs actions devant le peuple, sur leurs têtes ou sur leurs fortunes.

Il faut mettre aux postes de responsabilités des sachants et favoriser la création de corporations afin de sortir du schéma des travailleurs sous-représentés par des syndicats subventionnés, liés aux pouvoir et de fait entravés, qui ne représentent seulement que 10 % des travailleurs.

Il faut empêcher les esclavagistes modernes, promoteurs du mondialisme, de faire entrer dans les mentalités des populations européennes, vivant de quelques charités sociales, le concept d’une société d’assistés nécessitant leurs remplacement par des vagues de migrants dociles et moins coûteux.

Que l’on ne se méprenne pas, je ne suis pas pour ceux qui ne veulent pas travailler, je suis simplement pour une meilleure répartition des rémunérations, incluant après un blocage des prix, un salaire universel qui permettra aux citoyens de vivre décemment et non pas de survivre comme on le déplore actuellement.

Car le système actuel avec ses miettes distribuées (CMU, ACS, RSA, etc.) fait que les gens ne vivent pas, mais survivent. Cela favorise la mainmise sur la majorité des citoyens d’un état dominateur, le travail au noir, les débordements, les incivilités et toutes sortes d’activités illégales, qui sont ainsi légitimées par cette course à la survie. Ce système actuel n’arrange que les mondialistes aidés par des pseudos syndicats et des partis fantoches. Ces maîtres de l’économie attendent de nos masses exploitables, l’acceptation de salaires à bas coûts, notamment par l’aide d’une forte migration extra européenne; c’est le remplacement annoncé des “petits blancs” prisonniers d’un État dit providence. Ce sont nos bien pensants de gauche, nos patrons voyous au service du grand capital et la franc-maçonnerie qui se félicitent de cet état de fait, et appellent à cette immigration criminelle pour notre civilisation ; le grand remplacement se met inexorablement en place (En Marche !). Mélenchon est bien en ce sens un professionnel du grand écart : après ses débuts de trotskiste dans les années 70 au sein de l’UNEF, Mélenchon, la girouette politicarde, a bouffé à tous les râteliers depuis près de 50 ans. Fils et petit-fils de franc-maçons, franc-maçon lui-même au Grand Orient de France, le millionnaire anticapitaliste a appelé à voter en 1992 pour le traité de Maastricht.

Bien sûr que le concept du «grand remplacement» ne dérange pas les communistes et autres Nupes. Et pour cause. Car sous prétexte de citoyenneté et de mixité sociale, ceux-ci ont besoin de troupes syndicales et de masses votantes, d’où le projet de loi de droit de vote des étrangers présenté par … le mouvement renaissance de Macron ? Vous l’avez vue la quenelle, là ?

 

 

L’après Covid a commencé à aller en ce sens, et cet état de fait sera possible avec l’afflux de migrants fuyant la misère, les changements de climat, et … la demande actuelle de travailleurs pour qui des centaines de milliers de postes sont à pourvoir (6).

En deux ans le pays a été mis à bas, et à peine l’espoir d’une reprise leur apparaissant comme salutaire, voici que le prétexte de la guerre en Ukraine met à mal les espoirs que certains ingénus mettaient en cette reprise.

Pendant LE Covid et sa désastreuse gestion, certains espéraient revenir à l’ancien temps. Avaient-ils déjà oublié la répression des gilets jaunes ? Il fallait déjà être fou pour penser à retourner dans ce monde. Il est vrai que le pays est devenu un asile à ciel ouvert. Quand on voit ce que le monde est devenu, avec son cortège de violences où les relations humaines se sont dégradées, le désespoir gagne immanquablement une majorité de citoyens.

 

Exit les loisirs (Covid oblige), l’argent facile (le pognon de dingue) est tombé du ciel. Non pas sur le personnel soignant qui est et sera toujours en manque de moyens, non pas sur les enseignants, non pas sur les pompiers, mais dans l’escarcelle de nos multinationales comme Air France et Renault (voir les supers profits de Total 5,7 milliards, comme des entreprises du CAC 40).

 

Nombre de psychiatres et psychologues ont tiré la sonnette d’alarme pendant la pandémie sur la santé mentale des français. A présent, les « citoyens » sont appelés à pratiquer la dénonciation concernant à la fois, les points de vente de drogue, les rodéos urbains et autres incivilités. La police a commencé à barricader les commissariats en laissant la population se démerder seule. Pour Éric Dupond-Moretti, le « sentiment d'insécurité » est un « fantasme ». En attendant, les gens meurent en silence ; ce sont le gouvernement et les institutions qui sont les responsables de cet état de fait.

 

La politique d'intégration et d'assimilation de millions d’immigrés en Amérique, le fameux melting-pot qui ne se voulait qu’harmonie entre les peuples, n’est qu’un mythe qui a fait long feu. Cette politique n’a accouché que d’une « communauté de communautés » menant à un multiculturalisme de défense.

Depuis la « libération », la France calque sa « culture » sur l’Amérique avec 20 années de retard. On aurait pu alors se rendre compte que nous avions de la marge et que les erreurs constatées au fil des années auraient pu nous servir d’autant de leçons sur un tas de problèmes, à l’instar des milliers d’éoliennes qui pourrissent sur le sol américain. Eh bien non ! On persiste dans ce genre de délires à grands coups de subventions.

Nous sommes passés en un demi-siècle d’un pays de production, à un pays de consommation. Le pays n’avance pas et l’actualité de tous les jours n’amène que déceptions, attentisme, et fatalisme.

Beaucoup de français sont devenus des guignols ! Des guignols dont le système se sert pour abaisser le niveau intellectuel. Les animalistes et autres pseudo écologistes devenus d’une stupidité confondante, ont vidé de sa substance le juste combat auprès la nature.

Les professeurs et les policiers n’ont plus aucune autorité et sont méprisés, le personnel de santé est à bout, les ouvriers sont exploités, et tous ont un point commun : ils sont sous-payés. La gabegie frappe tous les milieux. Beaucoup d’étudiants sont en burn-out et toute une génération a perdu ses repères.

Le pays est gangrené par les racailles des cités et le gouvernement qui est incapable d’y faire face veut donner des leçons de savoir faire au monde entier. Qu’en sera-t-il quand (ne serait-ce que 10 000) des intégristes islamistes armés se soulèveront pour réclamer un nouveau Kosovo ?

 

*     *     *     *     *

 

Depuis des années nous nous sommes endormis en nous prenant pour le nombril du monde et ces imbéciles d’européistes/MaastriChiens qui méprisent la Russie depuis la chute du mur de Berlin, s’étonnent à présent que notre Russie européenne bascule en faveur de la Chine. Au classement PIB (produit intérieur brut) dans la liste des pays les plus riches du monde, la France à reculé au septième rang et est classée à la vingt-huitième place par habitant. A suivre servilement la politique américaine nous perdons sur tous les tableaux (politiques, militaires, économiques, diplomatiques). Le Mali aura été le énième conflit où nous nous sommes fourvoyés.

Et pour ce qui est des algériens, ceux-ci ont tellement bien compris le concept de la shoah et les aides pécuniaires qui vont avec, qu'ils ont repris à leur compte les affres du colonialisme avec effet rétroactif. Le chouinage de la pseudo-colonisation bat son plein. L’Algérie, qui a été créée par la France, a cru bon de se séparer de celle-ci avec pertes et fracas. L’incompétence de ce peuple dirigé par des généraux corrompus, son incapacité à garder et à faire prospérer ses importantes ressources naturelles, ont conduit à la déprédation actuelle du pays. Ceux qui ont chassé les méchants colons, viennent à présent coloniser la France avec tous les problèmes culturels et sociaux que cela entraîne; il en est de même pour les autres pays du Maghreb et les pays d’Afrique subsaharienne.

 

 

Il y a à manger pour tout le monde sur notre planète ; mais pour cela la France doit non seulement mettre un frein aux menaçantes migrations massives, mais aussi développer la coopération avec notamment les pays africains, sans velléités d’ingérence. Les dirigeants africains ne doivent pas être cornaqués par les coteries franc-maçonnes.

En cela, il faut écouter des hommes comme Kemi Seba et mettre au pas les pseudo-humanistes qui sont les premiers à se battre pour les droits de l’homme, tout en méprisant le droit des peuples et la défense de leurs cultures. Car dans de nombreux pays, la démo-crassie française a accouché d’un cortège d’élites corrompues infiltrées dans les pouvoirs politiques, économiques et culturels.

 

Des sanctions sur le gaz russe ? Quelle blague. Le premier bénéficiaire du gaz russe est … l’Ukraine !

L’Ukraine qui continue d’en recevoir de la Russie, tout en reprochant à l’Europe d’acheter le gaz et le pétrole qui passent par son territoire (7). Les paquets de sanctions contre la Russie nous reviennent tels des boomerangs à la figure. Les coûts économiques, ce sont les français qui vont en faire les frais. Macron les a déjà prévenus : Il faudra « accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs ». Non ; ce que nous paierons, c’est le résultat de l’incompétence du chef de l'État. Les français vont payer très cher le prix de cette incurie. « Nous assistons à une grande bascule, nous vivons la fin de l'abondance, la fin de l’insouciance » ; Macron, lui, vit dans l’abondance avec ses électeurs pour la plupart des nantis qui restent complètement insoucieux du sort funeste apporté au reste des français. Remerciez Macron “petits” français, vous n’avez pas fini de morfler. Mais préparez-vous, avant que l’on touche le fond, au grand nettoyage, seule solution qui pourra venir à bout de cet état de déliquescence.

Pour ce qui est des sanctions contre la Russie, on allait voir ce qu’on allait voir. Ben on a vu ; on est en train de s’en prendre plein la gueule et ce n’est pas fini.

Les sanctions de 2014 envers la Russie n’avaient fait que renforcer celle-ci notamment en relançant son agriculture, au détriment des agriculteurs français. Et cela recommence ; on constate à nouveau que ce sont les français qui vont, comme les Peuples d’Europe, en subir les conséquences.

 

La mode franchouillarde s’est mise à l’heure de l’Ukraine en suivant Macron, qui tel le joueur de flûte de Hamelin sous la direction de Zelensky, le clown devenu chef d’orchestre, entraîne l’Europe vers au-mieux un marasme sans précédent, au pire vers une guerre.

 

 

L’ignorance des français va de pair avec leur compassion imprégnée par les médias. Comment résister à Zelensky, qui, telle une mendigote roumaine au feu rouge avec des « séééél plé !!!! » déchirants, joue sur la corde sensible de la bonne conscience des citoyens qui ne savaient sûrement pas avant février où situer l’Ukraine sur une carte. Ils se foutaient bien du fait que les gouvernements ukrainiens ont depuis 2014 rejeté les accords de Minsk et bombardé sans cesse les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, dans la région du Donbass. La paix est ainsi impossible à s’imposer pour le grand souhait des USA qui ont toujours eu une aversion pour une Europe unie, une Europe libre et souveraine.

Comment reprocher aussi cette ignorance des français qui ne comprennent rien à rien, alors que même certains des nôtres ont cédé aux sirènes de la désinformation ukrainienne. Ce sont des perdreaux de l’année qui n’ont pas de connaissances suffisantes en histoire et en géopolitique.

 

C’est fini le temps où nos Kamarades combattaient légitimement le communisme sur le front russe. Le monde s’est « inversé ». Les nazis actuels de l’Ukraine américanisée, ceux de Pravy Sektor et d’Azov, sont les nouveaux « nazis » dont parlait déjà Claude Rank dans son livre « Guerre à la paix » édité en 1963 :

 

 

« Qui êtes vous donc pour parler du nazisme ? reprit l’allemand, d’une voix vibrante de mépris. Qui vous a donné le droit, même, de salir ce qu’a été le nazisme ? Le vrai ! […] Vous êtes des clowns illuminés, uniquement pétris de haine imbécile, des ratés de l’anarchie, des grotesques qui ne parvenez qu’à faire croire que le nazisme n’était formé, à votre image, que de grotesques ! Le nazisme à la sauce anglo-saxonne sombre immanquablement dans la pitrerie ! […] le nazisme a peut-être commis de sales erreurs, mais il nous a donné, à nous au moins l’enthousiasme et le prestige. Il a redressé un drapeau que Weimar avait traîné dans la boue, il a fait trembler le monde et il nous a fait vibrer. Mais il représentait l’Allemagne et nous étions Allemands. […] Et une chose est sûre : si le nazisme a fait trembler le monde, vous, vous le faites rigoler ! […] Nous étions des vaincus, c’était de bonne guerre. Mais nous nous sentions malgré ça des hommes, des vrais. Le nazisme s’écroulait, mais nous demeurions l’honneur, en dépit des forcenés des camps de concentration et des assassins. […] Voulez-vous que je vous dise qui vous êtes : des crétins qui n’ont rien compris, qui n’en ont pas assez bavé pour comprendre. Nous, nous avons pensé après la défaite : nous sommes moralement morts mais nous avons lutté, nous avons tout donné et ça prouve que nous étions sincères. Nous avons été trompés, nous nous sommes autosuggestionnés, on n’a pas su, pas voulu, pas pu nous faire comprendre ? Qu’importe ! Nous étions sincères. […] Vous, vous êtes des pantins hurlants et bornés sans preuves derrière vous. Vous n’êtes que hurlements gratuits. Des roquets. Et je vous le dits : vous salissez ce qu’il y a eu de bien, dans le nazisme. […] Le nazisme s’est écroulé et il est mort. Alors, vive l’Europe ! A travers des millions de cadavres inutiles, ç’a tout de même été notre idéal et ça le reste. »

Et par ailleurs, que l’on cesse de baver béatement sur qui que ce soit arbore des runes à la seule vue de celles-ci. Les runes depuis des millénaires ont une symbolique bien propre ; elles sont païennes, et il est logique qu’elles soient appropriées dans toutes sortes d’unités combattantes, même dans le cas d’Azov puisque c’est celle du loup qui symbolise le combat. Ils ne sont pas les dépositaires uniques de ces symboles. On peut retrouver les mêmes en face, dans d’autres groupes païens, fascistes, voire même dans le logo des pacifistes.

Et le fait que ces « nazis » soient dans un gouvernement dirigé par un président aux origines juives n’est quand même pas incompatible. Car ce mariage de la carpe et du lapin, n’est pas sans rappeler les sionistes du Bétar qui défilaient à Berlin en 1936, suite à l’accord Haavara qui avait été conclu entre l’agence juive et les nazis.

Le boutefeu Bernard-Henri Lévy compte les points, et en rit encore ; lui qui, après avoir défendu Israël contre les palestiniens, mis le bordel en Libye avec tout ce que cela a entraîné en Europe et au Mali, se frotte les mains avec l’affaire Ukrainienne, et essaie encore - une fois de plus - de nous entraîner dans une guerre fratricide.

 

 

« Ce n'est pas pour sauver le capitalisme que nous combattons en Russie... C'est pour une révolution à nous. ... Si l'Europe redevenait l'Europe des banquiers, des grosses bourgeoisies corrompues, nous préférerions le communisme pour tout gagner et tout détruire. Nous préférons que tout explose plutôt que de voir cette pourriture resplendissante. L'Europe se bat en Russie parce qu'elle [c'est-à-dire l'Europe fasciste] est socialiste. Ce qui nous intéresse le plus dans la guerre, c'est la révolution à suivre. La guerre ne peut se terminer sans le triomphe de la révolution socialiste. »

Léon Degrelle (1906 - 1994)

Qui expliquera à un militant dans vingt ans, quand la France aura été colonisée comme le disait Poutine par ses propres colonies, pourquoi on se battait en Ukraine contre nos propres frères européens ?

*     *     *     *     *

Il y a une responsabilité à mettre à jour : celle des français qui acceptent les élections présidentielles, législatives, et européennes actuelles, cautionnant de fait ce système. Mais beaucoup de citoyens sont fatigués de cette pseudo-démocratie. Il faut en finir, et développer une approche ethno-différentialiste de la société, afin que chacun puisse y vivre en harmonie. Il faut en finir avec le jacobinisme.

Je ne considère pas le système actuel comme légitime envers le peuple. Et cela n’a rien à voir avec le fait que le Président ne soit élu que par une minorité d’électeurs inscrits ; c’est le machiavélisme institutionnalisé qui fait que nous ne sommes pas dans un état de droit.

 

 

Et le vote utile n’existe pas quand on combat le système ; il faut partir du principe que nous sommes seuls. Et devant les injustices étatisées, la justice individuelle et collective doit prévaloir sur la loi.

 

 

 

Or, il faut que le système soit poussé à bout dans sa fuite en avant. Il faut que le chaos et la confusion s’amplifient pour pouvoir changer de système. Il nous faut attendre et compter les points. Il faut arrêter de voter et se recentrer sur nous-mêmes, créer des communautés en ayant quand même à l’idée qu’il nous faudra un jour pouvoir se défendre, et avoir à l’esprit que le concept de guerre civile n’est pas une notion abstraite, mais qu’il faudra à un moment donné prendre en compte cette option.

Nous n’avons que faire des mouvements sociaux stériles. La révolte des jaunes a été noyautée et pourrie par des flics déguisés en manifestants, les blackblocs gauchisants avec la complicité de l’état a justifié la brutale répression, avant d’être récupérée par les syndicats et finalement étouffée. L’asservissement de la population s’est fait par la violence et la propagande. Le gouvernement se cache derrière sa prétendue légitimité conférée par les élections.

 

Goebbels, le ministre de la propagande de « tonton » (8), disait qu’un mensonge répété cinq fois reste un mensonge, mais répété cent fois, il devient une "vérité". La novlangue Macronienne, le contrôle des médias et de l’Internet font partie de l’équilibrisme macronien du « en même temps ».

Nous autres nationaux et nationalistes sommes victimes de la censure. Qu’importe. Cela renforce notre mépris et notre détermination envers les institutions.

Si la pauvreté était le prétexte à toute violence, alors les « pauvres français » qui pensent comme nous, auront toute légitimé à prendre les armes, non seulement pour mettre fin à tout ce marasme, mais pour leur survie.

Pour cela il faut se battre contre la démo-crassie avec nos propres lois en se servant des leurs, et en leur rappelant que : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Petit rappel de l’article 35 de la Constitution du 24 juin 1793 tirée de leur déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Les premières mesures à prendre seront d’écarter du pouvoir, et de faire en sorte qu’ils ne puissent plus y revenir, tous les « professionnels de la profession », selon la formule consacrée, toutes ces sangsues de politicards qui se nourrissent du sang du peuple. Le peuple a besoin de clarté et de vérité. Il en faudra des «WikiLeaks» afin de mettre en ligne toutes les archives classées secret d’état pour donner un bon coup de pied dans les poubelles de notre belle démo-crassie.

La révolution qui vient ne sera pas la pseudo révolte petite-bourgeoise de 1968 où les militants d’extrême-gauche se félicitaient alors d’avoir un service d’ordre qui avait protégé « une armurerie se trouvant sur le parcours du cortège (et que personne ne pense d’ailleurs à fracturer) » (9). Non, notre révolution ne sera ni belle, ni propre. C’est son départ et son aboutissement qui le seront. Peut-être.

 

 

Il faudra éradiquer les juges rouges, les procureurs qui encombrent les tribunaux en acceptant les plaintes contre les chants de coqs et autres futilités, traquer les pédophiles dans tous les milieux.

Certains d’entre-nous rêvent de ce grand soir. Mais quand cela arrivera, combien seront au rendez-vous de l’histoire ? Celui qui sera malade, celui dont la bobonne aura empêché de sortir, ou celui dont le patron aura refusé des congés, n’y seront pas. Nous les comptons déjà.

 

La citation d’Ibn Khaldoun au début de cet article, nous rappelle que le fascisme se doit aussi avoir à l’esprit, dans un monde en constante évolution, le concept de révolution permanente. Le fascisme se doit être à l’écoute constante du peuple.

 

*     *     *     *     *

 

(1) Statue ibn Khaldoun entrée de La Casbah de Bejaia - Algérie

(2) Le gaz naturel liquéfié est principalement issu du gaz de schiste, obtenu par fracturation de roches. Les écolos américains vont avoir bien du boulot.

(3) La monstrueuse parade film réalisé de Tod Browning.

(4) Idiocracy film réalisé par Mike Judge. Comédie satirique, l’histoire vous emmène en mars 2505, ou l’on assiste aux conséquences finales de la démo-crassie, ce magnifique nivellement par le bas. Pour certains passages, nous sommes déjà dedans jusqu’au cou.

(5) Le phénomène n’est pas nouveau, et avait déjà été énoncé il y a quelques années par un Kamarade qui avait formulé le concept de la façon suivante : « pour les gauchistes et les pseudo-démocrates, la façon de faire face à un ennemi se fait en trois phases : calomnier - diffamer - supprimer. »

(6) Notamment dans la restauration française ; suite à quoi l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie a fait venir de Tunisie la fameuse main-d’œuvre saisonnière manquante.

(7) Article de Vincent Hervouet «L'Ukraine, aussi, bénéficie économiquement du gaz russe» europe1.fr.

(8) Adolph Hitler pour ceux qui ne se sont intéressés à la politique qu’après Mitterrand.

(9) Pierre Rousset « 1968 : un « moment global », l’engagement d’une génération militante ».

 

Partager cet article
Repost0

commentaires