Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 00:17
« Vous en avez assez, hein ? Vous en avez assez de cette bande de racailles ?
Hé bien on va vous en débarrasser. »
Nicolas Sarkozy
 
Le problème, c’est que le pouvoir et ses laquais,
se débarrassent de tout le monde depuis des années.

AFP / JOEL SAGET

 

 

Le 27 octobre 2005 poursuivis par des policiers, trois adolescents s'étaient réfugiés dans un transformateur EDF. Deux d'entre eux, Zyed Benna 15 ans, et Bouna Traoré 16 ans, sont morts électrocutés.
Les versions officielles n’ont pas cessé d’évoluer sur leur mort dans les semaines qui ont suivi. Dans la marche silencieuse qui s’en suivi, des jeunes qui défilaient portaient des T-Shirts blancs sur lesquels était écrit en lettres noires : « Mort pour rien ».
 
Morts pour rien, combien le sont dans
notre belle démo-crassie ?
 
« Le 7 mai 1994 était organisée à l'appel du GUD et des JNR une manifestation pour protester contre le faste outrancier des commémorations du débarquement américain. C'était aussi l'occasion de rappeler tous les morts causés par les guerres impérialistes Yankees à travers le monde depuis 50 ans. Aujourd'hui plus que jamais nous devons continuer la lutte contre cet ennemi qui a décidé de mettre l'Europe à sa botte.
Alors qu'il se rendait à cette manifestation, Sébastien Deyzieu, militant nationaliste de 22 ans, fut pris en chasse par des policiers en civil sur les ordres de Pasqua et de son laquais Massoni. La poursuite s'acheva sur les toits d'un immeuble de la rue des Chartreux où les policiers, impitoyables, l'acculèrent à la chute. Un peu plus tard notre camarade décédait … »
-
 
-
Julien au-moins, sera mort pour son idéal.

Tous les ans, les nationalistes se souviennent ...

Le pouvoir et les médias appellent ça, des bavures.
Un mot qui finit par devenir banal, anodin, tellement il y en a de plus en plus.
-

à qui la voiture … flic ou voyou ?

 
Le samedi 23 juin 2007, Nelson Gazelle, un jeune de 14 ans qui traversait au passage protégé a été fauché par un policier. Ce dernier a grillé un feu rouge à un carrefour, percutant l’adolescent. Selon les témoignages la voiture de patrouille a brûlé un feu rouge sans actionner son avertisseur sonore.
-
L'enquête a démontré que l' intervention de la patrouille de police « ne pouvait pas être inséré dans un mécanisme d'urgence ». Malgré ( selon certains ) que le conducteur aie allumé son gyrophare, celui-ci allait selon les résultats actuels de l’enquête, à plus de 70 km/h : « monsieur le policier » était en retard pour une garde.
 
Mais dans un pays où il vaut mieux être truand ou flic
que d’être un honnête citoyen,
placé sous contrôle judiciaire, il est ressorti libre !
 
Déjà, en novembre de l’année dernière, un policier avait tué un supporteur du PSG, Julien Quemener, 24 ans, et blessé un autre, Mounir Douchaer, 26 ans.
L’assassin euh le policier ( ? ) a été entendu comme témoin assisté par un juge d'instruction parisien et remis en liberté. Car il était en … légitime défense.
Vous savez, « Le droit pour une personne d’utiliser la violence pour riposter à une attaque injuste, sous réserve que la riposte soit dans une certaine mesure proportionnelle à l’attaque. » Qui aurait sous-entendu que Julien et Mounir étaient armés. Ce qui n’était pas le cas. 
-

undefined

 
© PLACIDE - Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur
 
Ce sal … euh, policier donc, devait comparaître pour autre chose cette année en correctionnelle à Paris. Il était poursuivi pour escroquerie et pour « dénonciation d'infractions imaginaires ».
 
Car selon un extrait du site RTL du 01/12/06 :
-
 
« Il a affirmé en 2004 qu'il avait été victime d'un enlèvement, d'une séquestration et d'un viol. Une histoire complètement fausse inventée pour cacher une escroquerie. Premier épisode en 2001 : Antoine Granomort n'était alors qu'un simple adjoint de sécurité. A l'époque selon ses propres aveux, il participe à une arnaque pour extorquer plus de 5.000 euros à des acheteurs de drogue. Trois ans plus tard, devenu policier de la DOPC, il est ratrappé par son passé. Retrouvés par ses victimes, ces dernières lui demandent pas moins de15.000 euros sous peine de représailles.
 
Une dette que tente alors de régler le fonctionnaire de police. Antoine Granomort n'hésite pas à voler la carte bleue de son beau-père et à retirer en plusieurs fois quelques 13.200 euros. Pour maquiller le tout, il invente une histoire hallucinante et affirme avoir été séquestré et violé. Un enlèvement avec une demande de rançon de 15.000 euros. Une fable que les enquêteurs ont rapidement mise à mal. L'affaire vaut à Antoine Granomort une convocation devant le tribunal correctionnel en mars prochain. Il encourt cinq ans de prison et une lourde amende. Pour l'instant le policier n'a pas été suspendu, mais il passera en conseil de discipline à l'issue du jugement. »
 
Mais hélas, un extrait du FIGARO.fr d’avril 2007 nous annonçait …
 
Antoine Granomort restera policier
 
Le fonctionnaire qui avait tué un supporteur du PSG en novembre dernier a été condamné mardi pour escroquerie, mais ne sera pas radié par sa hiérarchie.
                      
Le policier Antoine Granomort, qui avait tué un supporteur du PSG, a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Paris à cinq mois d'emprisonnement avec sursis pour une escroquerie et pour avoir faussement affirmé avoir été victime d'un enlèvement.
 
La 17e chambre du tribunal n'a en revanche pas prononcé d'interdiction définitive d'exercice de la fonction de policier, comme l'avait pourtant réclamé lors du procès la procureure de la République de Paris, Béatrice Vautherin.
 
Antoine Granomort devrait prochainement passer en conseil de discipline auprès de sa hiérarchie, mais la direction de la police n'ira pas au-delà des sanctions judiciaires, selon des informations recueillies par Le Figaro.
 
Pour ce qui est de l’assassinat ( ah c’est pas facile ) la mort de Julien Quemener, que dalle !
 
Il y a quelques temps, le président de la république et les policiers plaignaient la mort d’un des leurs au cours d’une opération près de Lyon, dans la nuit de samedi 23 à dimanche 24 juin 2007.
Le policier en question, chef d'escadron, âgé de 38 ans, deuxième adjoint au commandant du Groupement de gendarmerie du Rhône ( excusez du peu ) faisait partie des Pieds Nickelés qui avaient été condamnés dans l'affaire des paillotes brûlées en Corse en 1999. 
-
Celui-ci, quand il commandait le G.P.S. ( Groupement de Pelotons de Sécurité ), avec le grade de capitaine, avait été condamné en 2002 à deux ans de prison, dont six mois ferme pour avoir, avec quatre autres gendarmes, mis le feu à la paillote Chez Francis, sur une plage du golfe d'Ajaccio. Il avait même, cet imbécile, été brûlé dans l’opération en question, et hospitalisé. Et c’est ce type que l’on retrouve cinq ans après, officier supérieur avec le grade de chef d’escadron, en train de jouer les cow-boys, en entraînant ses propres hommes à l’abattoir.
-
 
Certaines sources précisent que « le principal suspect a été mis en examen lundi pour homicide volontaire sur un militaire. La circonstance aggravante précisant que la victime est un militaire de la gendarmerie fait qu'il risque la perpétuité. » Ah bon ? Les circonstances aggravantes valent apparemment plus pour certains que pour d’autres.
 

undefined
© PLACIDE - Reproduction interdite sans autorisation de l'
auteur

 
On entend par ailleurs que « La mort de cet officier supérieur, saint-cyrien, marié et père de quatre enfants, a causé une vive émotion chez ses collègues » etc, etc…
Je parie que toutes les « bavures policières », elles aussi auraient aimé grandir, se marier, avoir des enfants. Et peut-être qui sait, vouloir aussi devenir policiers … il paraît qu’il y en a des bien ! Malheureusement, les exceptions qui autrefois confirmaient la règle, deviennent la règle.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires