Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : AMERZONE
  • : Ce blog réunit mes écrits depuis des années sur divers sujets : actualité, politique, fascisme, religion, sexe, amitié, sous forme de pamphlets, d' articles, de nouvelles et de poèmes. Il est mis à jour régulièrement. Bon voyage dans mon univers !
  • Contact

Ecrits divers

undefined

undefined

Rechercher

Fonds musicaux

Information

9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 12:00
Partager cet article
Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 11:57

Après trois semaines sans Internet et deux jours à traverser la France, avec pour seuls compagnons proches les mots de Fatou Diome, Vladimir Volkoff et John Grisham, je suis rentré la semaine dernière pour un confinement citoyen.

Pendant le retour, j’ai vu des gens se tenir à distance « réglementaire » les uns des autres, et dont un bon tiers portait des masques. Des policiers et gendarmes corrects et professionnels, des agents de la SNCF aimables et serviables. On ne peut que les en remercier, car ils sont là au contact des usagers excédés suite à la perturbation d’un trafic géré par des ronds de cuir qui eux, sont planqués dans les bureaux. Car pour générer un tel bordel comme il se doit, il en faut de cette engeance de larbins. En effet, il est aberrant de limiter les transports si ce n’est plus que pour une raison d’économie que de santé. Pour la bonne raison que si 2000 personnes font le même trajet, en prenant exemple sur le train, au lieu de les répartir sur plusieurs rames, ces personnes vont se retrouver ensemble, les unes sur les autres dans des transports restreints. Par ailleurs, ne pas assurer les correspondances implique que les gens se retrouvent à piétiner dans les gares.

Mais cela coûte moins cher; l’état privilégiant donc la rentabilité, et ses intérêts au détriment de la santé des concitoyens.

 

Arrivé à Toulon, à part le confinement, rien n’avait changé. Le pitre indéboulonnable était toujours en place à la mairie, et les flics avaient toujours du mal à faire régner l’ordre dans la zone où j’habite.

La pandémie du coronavirus qui a débuté le 17 novembre 2019 dans la ville de Wuhan en Chine, s’est propagée dans le monde entier. Le gouvernement chinois avait alors mis en œuvre des procédures de quarantaine et de confinement dans plusieurs villes, mesures qui ont concerné … des dizaines de millions d’habitants, et L'OMS a annoncé l'état d'urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier.

 

 

En France, non, rien à faire, le gouvernement s’en foutait royalement. L’ampleur de cette crise que nous traversons n’est due qu’à son incompétence. Le Covid-19 s’est installé dans le pays car l’état n’a pas pris des mesures en temps voulu quand la crise s’est déclarée.

L’incapacité de nos dirigeants, les mensonges de Macron, les voix discordantes de sa Si-bébête Ndiaye, celle de l’esclavagiste Muriel Pénicaud qui veut obliger certains français comme ceux du BTP à se remettre au travail, celle de cette garce de Buzyn qui s’est barrée de son poste pendant la crise, les revirements et les messages anxiogènes, bref toute cette cacophonie qui a émaillé cette affaire de bout en bout n’a pas arrangé la situation quand à tranquilliser les français.

 

 

On s’est appuyés sur les méthodes mises en place par les autorités italiennes, avec un mois de retard. Méthodes déjà mises en place par les autorités italiennes calquées sur les autorités chinoises avec déjà un mois de retard. Ce qui fait que nous avons deux mois de réaction tardive sur cette crise sanitaire.

En France, trois foyers principaux sont à l’origine de cette propagation de l’épidémie :

- Le rassemblement évangélique tenu du 17 au 21 février 2020 à Mulhouse « a réuni de 2000 à 2500 personnes du 17 au 21 février « ayant peut-être contaminé plus d'un millier de fidèles selon des journalistes de Radio France, la presque totalité des personnes présentes selon des médecins, pourrait avoir amplifié la propagation du virus en France. Les premiers symptômes étant apparus quelques jours après cette rencontre chez nombre d'entre eux ainsi que, par la suite, chez leurs familles, amis, voisins... Les épidémiologistes parlent du « premier événement de super-propagation ».

 

- Le match de foot du 26 février. 3000 supporters italiens sont venus à cette occasion à Décines, une ville de 27 000 habitants à 15 km de Lyon pour voir le match Lyon / Juventus Turin et ce malgré l’inquiétude exprimée par trois députés de La République en marche qui en demandaient l’interdiction en raison de l'épidémie.

Olivier Véran, le ministre de la santé n’en a pas tenu compte, arguant du fait qu’il n’y avait pas de cas à Turin – ce qui était faux alors que trois cas avaient été signalés – et que la ville se situait à 200 kms des zones à risques. Comme si aucun tifosi de ces zones n’allait pas allait voir le match.^^

Décision d’autant plus incompréhensible, puisque Olivier Véran avait lui-même déclenché le plan de réaction à la pandémie de coronavirus, trois jours avant le match, le 23 février. Et cela faisait déjà … un mois, depuis le 24 février, que les trois premiers cas étaient officiellement recensés en France.

 

- Par ailleurs, 16 militaires de la base de Creil dans l’Oise qui ont participé au rapatriement des 193 premiers Français de Wuhan le 31 janvier vers Istres, n’auraient été ni testés, ni confinés à leur retour de Chine.

« Selon les informations du journal Le Parisien, il semblerait que le « patient zéro » de l'Oise ait été identifié : il s'agirait d'un membre de la mission militaire qui s'est rendue à Wuhan, en Chine ( le foyer de l'épidémie au Covid-19 ), pour rapatrier des citoyens français et européens. Cette personne aurait ensuite contaminé un patient hospitalisé à Amiens, ainsi qu'un proche qui a contaminé à son tour un enseignant de 61 ans, décédé … ». Malgré les dénégations du ministère de la Santé, le virus n'est pas entré en France avec les militaires de la base aérienne de Creil ayant participé au rapatriement. Ce n'est pas là qu'il faut chercher le patient zéro.

Oui, peut-être; mais alors qu’en est-il de la détection de plusieurs cas sur la base militaire de Creil ?

Sarkozy a eu sa petite guerre en Libye, Hollande en Syrie, et la France de Macron se plante au Mali. Alors le petit guerrier frustré qu’il est, se prend pour un général de campagne. Et voici que le résident de l’Élysée qui martèle plusieurs fois dans son discours que nous sommes en guerre ( pour quelqu’un qui n’a jamais fait son service militaire et qui parade en blindé militaire sur les Champs-Elysées, il y a sûrement là, matière à analyse ), impose la fermeture des bars et restaurants.

 

 

Par contre, il n’est pas foutu le lendemain de glisser un bulletin de vote sans passer quelques instants – photos obligent – au milieu d’électeurs en donnant des conseils à des français qu’il méprise. Jouant les rassembleurs, il parle « d’union sacrée » alors qu’il est un des premiers responsables de cet état de fait.

Et vas-y que je te joue les grands sages en fustigeant au passage le comportement désinvolte de certains français regroupés dans des lieux publics. Trop fort le mec; n’ayant pas pris les mesures nécessaires au moment où il le fallait, voici qu’il fait retomber ses erreurs sur les français.

Le 05 mars, était décrétée l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu fermé. Ben oui hein, 4500 personnes côte à côte, c’est pas pareil hein !? ^^

Le Premier ministre Édouard Philippe annonce à compter du 14 mars à minuit et jusqu'à nouvel ordre, la fermeture de tous les lieux publics considérés comme non-indispensables. Les exceptions sont les pharmacies, les banques, les magasins alimentaires, les stations-essences, les bureaux de tabac. Ben oui, les bureaux de tabac ! Car si l’état se préoccupe de votre santé, il vous invite à crever d’autres façons, mais à SON choix. La police interdit les fleuristes d’ouvrir … mais pas les vendeurs de tabac ! Ouppps ! ! ! C’est pourquoi, aussi dans le même ordre d’idées, que selon le Canard enchaîné, « le ministère de l’Intérieur a indiqué le 18 mars aux préfets des zones de défense que faire respecter le confinement dans les quartiers n’était « pas une priorité ». »

« Dans la cité des Oliviers à Marseille, la police verbalise les dealers et acheteurs de drogue pour non-respect du confinement, mais pas pour vente et usage de stupéfiants. […] comme dans de nombreux autres quartiers, le trafic persiste. Seulement, comme le montre un reportage de l’AFP, les policiers qui attrapent dealers et acheteurs ne les verbalisent pas pour ce méfait, mais uniquement pour le non-respect des règles de confinement.

 

 

« Ce n’est pas une opération anti-drogue »

Ainsi, sur les images, on aperçoit un fonctionnaire dresser un procès-verbal à plusieurs vendeurs et consommateurs leur expliquant qu’il recevront l’amende de 135 euros à leur domicile. Et le préfet de police des Bouches-du-Rhône Emmanuel Barbe de justifier cette aberration : « Ce n’est pas une opération anti-drogue, c’est une opération contre le non-respect du confinement, et si au passage nous rendons plus compliqué le trafic de drogue, ça ne sera pas plus mal », se félicite-t-il au micro de l’AFP. »   valeursactuelles.com

« Coronavirus ou pas, le trafic de drogue continue à la cité des Oliviers à Marseille: mais mercredi, acheteurs et vendeurs ont trouvé en guise de comité d'accueil des policiers venus les verbaliser pour... des infractions aux règles de confinement.

«Le - plan stup - des Oliviers A, c'est un chiffre d'affaires de 70.000 euros par jour en temps normal, un des points les plus actifs de Marseille», explique le commissaire Patrick Longuet, chef de la division Nord à Marseille

[…]

Mercredi, vers 16H00, une trentaine de policiers de la BAC et de la BST (brigade spécialisée de terrain) ont encerclé la cité. Objectif: vérifier la stricte application du confinement, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Dans leur viseur: vendeurs et acheteurs de stupéfiants.

[…]

D'ailleurs aucun produit n'est saisi, même si un jeune vendeur a en poche la liste des substances disponibles au lieu d'une attestation de déplacement dérogatoire. »

AFP/La Croix

 

Ben oui hein, à 70 000 euros/jour, il vaut mieux qu’ils continuent leur business.

Cela permettra surtout aux flics de toucher leur part de pots de vin, pour ceux qui en croquent.

 

 

« Des dealers du quartier de l’Almont à Melun font leur pub dans une vidéo publiée sur Snapchat. (DR) Alors que le personnel soignant fait face à une grave pénurie de matériel de protection comme des masques ou des surblouses, des dealers bien équipés se sont permis de publier une vidéo publicitaire pour leur trafic de drogue. »

Et les français attendent encore tout d’un état incapable depuis deux ans, de mettre en œuvre quoi que ce soit dans divers domaines. Entre la crise des gilets jaunes, son entêtement à mettre en place un plan de retraites, les problèmes dans les hôpitaux, son hypocrisie en matière d’immigration, etc…

Les mesures incohérentes prises par celui-ci depuis son avènement au pouvoir depuis deux ans, ne font que renforcer jour après jour ce sentiment d’incapacité et d’incompétence dans tous les domaines … enfin; pour ceux qui ne sont pas dupes.

Et ce genre de tarés ne sont au courant, et ne sont au fait de l’actualité que quand ils votent. Là y’en a du monde. Là, y’en a des trous du cul qui sont capables de laisser le droit à un type de déclencher une guerre nucléaire alors que ce même type est incapable de prévoir une crise sanitaire après avoir mentit sur ses « promesses » de campagne.  

 

Mais il est vrai que cela n’étonne pas les francaouis épris de démo-crassie – et surtout qui ne veulent pas passer pour des cons après avoir voté pour un tel gouvernement –, qui attendent comme des moutons que celui-ci vienne à leur aide, cela aussi, sans trop les déranger dans leurs petites vies.

Idem pour ce qui est des élections. L’abstention aux municipales est du fait du coronavirus; c’est dit. Ce n’est pas du fait que les français sont de plus en plus écœurés par les institutions; nooooon. Ce n’est pas parce que les français ne sont pas assez intelligents pour voter par procuration; nooooon. Ce n’est pas que certains maires devant l’ampleur de leur tâche et les problèmes inhérents à celle-ci sont tellement dégoutés au point de ne pas vouloir se représenter, nooooon. Le virus, le virus, vous dis-je !

Alors il va falloir revoter ... d’autant plus que LREM s’est pris une raclée.

 

Décidément, les français ne méritent pas leur démo-crassie. Ils ne méritent même pas une dictature. Ils ne méritent que ce à quoi ils sont destinés : la médiocrité ambiante à laquelle ils se sont habitués quotidiennement.

 

Nous sommes dans un monde où les mots ne veulent plus rien dire. Un journaliste de TF1 parle des français qui suivent la « tradition » des italiens qui applaudissent les médecins qui font leur travail. La « tradition » en question date … d’une semaine avant. Je rappelle la définition du mot tradition : « Doctrine, pratique transmise de siècle en siècle, originellement par la parole ou l'exemple. Ensemble de notions relatives au passé, transmises de génération en génération. »

S’il y a bien une constance dans la mentalité française, c’est bien la lâcheté d’un peuple qui, là oui on peut bien parler de tradition, est prompt à dénoncer son voisinage. Certains répugnants vont jusqu’à mettre des messages sur les pare-brise des véhicules des personnels soignants, afin de les enjoindre d’aller « vivre ailleurs », pour ne pas risquer de contaminer les vils anonymes que sont ces salauds de délateurs. Sans compter les agressions d’infirmières.

 

 

Entre les fausses nouvelles alimentant les peurs des français et l’inconstance de notre gouvernement, les arnaques se multiplient notamment sur Internet. Faut-il pour la énième fois redire qu’il n’y a pas besoin d’acheter des attestions de déplacement ? Et que non, il n’y a pas de décontamination de logements prévus, ni vaccins, ni dépistages, ni aliments, ni purificateurs d’air, ni lampes, ni huiles essentielles, ni médicaments vendus sur Internet, ni quoi que ce soit de pseudo remèdes miracles pour venir à bout du Covid-19. Rien. Nada. Que dalle.

Non, il n’y a pas de démarchages d’aucune sorte, qu’elles quelles soient. Accepter quoi que ce soit par Internet a par ailleurs développé la cyberdélinquance. Certains y vendent aussi des masques de type FFP2 périmés depuis longtemps. De plus, les vols de matériel médical comme les masques, les gels hydroalcooliques, les caducées se multiplient.

Un gouvernement digne de ce nom ne devrait pas laisser passer de telles saloperies, et devrait faire en sorte que ce genre de vilenies n’ait plus cours, en traquant sans merci les auteurs. Oui, un peuple ça s’éduque, ça s’élève ; dans tous les sens du terme. Enfin pour des gouvernements considérés comme des « dictatures éclairées ». Mais cela ne risque pas d’arriver dans notre démo-crassie de béni-oui-oui.  

 

Tous ces salopards qui exploitent la misère humaine et la bêtise ambiante générée par les gouvernements successifs, profitent de la lâcheté de ces derniers. C’est pourquoi les zones de non-droit ne le sont plus que jamais.

 

Edouard Philippe se plaignait du manque de discipline des français. Ben oui, mon con; tu ne connais pas la mentalité du peuple français ? Pourtant le minot qui te sert de président les a qualifiés il y a quelque temps de « gaulois réfractaires ».

Mais t’as raison bonhomme, certains s’étonnent des mesures draconiennes prises en Italie. Oui, n’en déplaise à certains antifas de tous poils, plus de 20 ans de fascisme en Italie sur un peuple réputé « frivole » a quand même laissé des traces de respect, d’unité, et de responsabilité envers les autres. Cela s’appelle le civisme.

Un reportage aux abords de la fontaine de trévise en fin d’après-midi, les rues vides de monde, montrait un couple qui s’étonnait de ne trouver rien d’ouvert; un couple … évidemment … de français. Depuis le début de cette épidémie, il se trouve encore des tarés de congénitaux pour encore se rendre dans les zones contaminées.

 

Le 05 mars, était décrétée l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu fermé. Ben oui hein, 4500 personnes côte à côte, c’est pas pareil hein !? ^^

Les caisses de l’état étaient encore vides il y a quelques mois, au point de laisser à vau-l’eau les services publics, notamment les personnels hospitaliers. Pour l’état, il n’y avait alors pas d’autre solution que de faire les poches aux retraités. Et voici maintenant que Macron promet monts et merveilles aux docteurs, infirmières, etc.; et qui, après les avoirs méprisés, loue à présent leurs aptitudes et leur trouve avec sa condescendance coutumière, des qualités qu’il semble leur découvrir en les caressant dans le sens du poil. Promis juré, l’argent coulera à flots une fois l’épidémie passée, une fois que vous vous serez crevés à la tâche, une fois que l’on pensera à nouveau … que l’on ait plus besoin d’eux. ^^

 

 

Macron promettait il y a quelque temps 15 millions de masques. Médecins, personnels soignants, ouvriers, caissières, personne n’en a vu la couleur. Il en est de même pour ce qui est des tests et des respirateurs. Où sont-ils ? Pas grave; cette histoire de masques est d’ailleurs une aberration. Un jour ceux-ci ne servent à rien, un autre jour ils ne sont efficaces que pour ceux qui sont malades, et on en a besoin, mais uniquement de type FFP2 pour le personnel soignant.

Dans tous les cas, il aura fallu attendre fin mars pour que le gouvernement français commande plus d’un milliard de masques à la chine. Il était temps.

Macron écoute la communauté scientifique qui est « plus prudente » envers la chloroquine prescrite par le professeur Raoult et l’efficacité de son protocole. Pour paraphraser une pub : « Heinnnn j’hésite ! Non Manu, c’est pas ça une hésitation ». A cheval donné on ne regarde pas les dents.

« Voici ce qu’il faut retenir de ces nouveaux travaux menés à Marseille.

80 patients

Au total, 80 malades confirmés du Covid-19 et entrés à l’hôpital entre le 3 et le 21 mars ont participé à ces essais, contre 20 lors des premiers tests menés durant la première quinzaine de mars. Ces patients, âgés de 18 à 88 ans, ont pris du Plaquénil, un médicament à base d’hydroxychloroquine, associé à de l’azithromycine. Cette formule combinée est l’un des cinq traitements qui sont testés dans le cadre de l’essai clinique européen Discovery, dont les premiers résultats ne sont pas attendus avant deux semaines. En parallèle, un autre essai clinique, baptisé « Solidarity », va bientôt débuter sous l'égide de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Selon l’équipe du professeur Raoult, 78 de ces patients ont connu une « amélioration clinique » rapide de leur état de santé et ont pu quitter les soins intensifs au bout de cinq jours. Un seul, âgé de 86 ans, est décédé et un autre, de 74 ans, est toujours dans un état très grave.

« On meurt moins à Marseille qu’ailleurs », a asséné vendredi soir sur LCI Eric Chabrière, épidémiologiste à l’IHU Méditerranée. Ce collaborateur du Pr Raoult a tout de même reconnu qu’il faudra en « analyser » les raisons précises, avant que l’échange ne se tende avec les autres médecins invités en plateau.

Disparition de charge virale en quelques jours

Autre conclusion des travaux menés à Marseille: 83 % des patients ont connu une diminution de leur charge virale (obtenue à partir de l’examen des sécrétions nasales) en sept jours, et 93 % au bout de huit jours. »

AFP/Gerard Julien Le Parisien

 

Car le pire, c’est qu’il n’y aura pas d’avant et d'après le coronavirus, comme il n’y a pas eu d’avant et d’après Charlie. On retombera dans l’apathie moutonnière d’un peuple qui a ravalé sa fierté, bien content d’en avoir réchappé individuellement.

Tous les personnels soignants, infirmières, professeurs, aides-soignants, ainsi que les policiers, les éboueurs, les postiers, les caissières, tous les agents des services publics ainsi que les maraîchers, cultivateurs, épiciers, tous ceux qui œuvrent dehors tous les jours pour le bien commun, sont applaudis tous les soirs vers 20 heures. C’est bien joli, mais quand tout cela sera fini, combien descendront dans la rue afin de protester afin que les infirmières, agriculteurs et autres, soient reconnus enfin comme il se doit ?

Le confinement a cela de bon que l’on redécouvre l’air pur et le chant des oiseaux, les bienfaits du télétravail,. On renoue avec la culture à travers la lecture, concerts, opéras, films ( Naaaan, je ne parle pas de la soupe aux choux ! ^^ ); on retrouve la solidarité entre voisins, distribution gratuite de pizzas, humour et les séances de sport en direct sur les réseaux sociaux … enfin tout cela pour ceux qui le désirent et qui n’y on pas accès par « manque de temps » en temps normal.

Et l’écroulement des places boursières, non ? Ah, bonheur-bonheur !
 

 

Un des côtés négatifs est celui des violences conjugales. Pour ce qui est des hommes, femmes et enfants battus, ça va être un cauchemar; car les cassos sont légion.

Mention spéciale à certains trous du cul qui ont leur quart heure de célébrité en passant pour des héros, car ils apportent des cartons de masques. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait tout au début quand l’on parlait de pénurie ?

 

Et l’on redécouvre aussi les agriculteurs. Comme en période de guerre les Français doivent s’alimenter. Et si les initiatives ne manquent pas, cela permet de se rendre compte que l’on peut se passer de dizaines d’intermédiaires. Les parcours étant plus courts, il faudra que les français n’oublient pas les bonnes habitudes acquises en ce sens pendant le confinement.

 

Pour certains qui y croyaient encore, l’être humain vient de se rendre compte qu’il n’était pas tout en haut de la chaîne alimentaire. Ah oui, ça calme hein ! Une leçon d’humilité de plus; mais sera-t-elle d’utilité ?

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 19:34
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 14:00

Tel un prêtre en chaire il harangue, apostrophe, joue avec l’actualité et se joue de celle-ci. Et il emporte le spectateur dans un tourbillon de personnages et … une superbe chanson aux accents jazzy, sur l’incompréhension devant un monde qui devient fou et se meurt. 

Une ambiance chaleureuse pour un spectacle que la pression politique de notre belle démo-crassie ne peut empêcher; n’en déplaise à Var-Tapin vendu sous le nom de Var-matin, quand celui-ci dans ces titres parle de « l’humoriste polémique », et d’« Un rendez-vous qui, comme ailleurs, fait grincer des dents. «Déplorant le passage» de la tournée, la municipalité ne peut rien faire contre. »

Ah bonheur – bonheur ! Le succès incontestable du spectacle, est à lui seul une belle réponse en guise de quenelles glissées aux censeurs.

Au grand dam du torchon local, le spectacle, même s’il s’est déroulé en « petit comité » - l’expression petit comité étant toute relative si l’on considère que la petite salle était bondée et cela avec deux séances de plus d’une heure -, a rassemblé dans l’allégresse et la convivialité, des centaines de spectateurs. Fous rires assurés.

Comme dans toutes les villes de France, son nouveau spectacle « Gilets jaunes » est un triomphe. Et malgré la dimension humoristique, on sent aussi poindre derrière, la beauté humaine d’un monstre de scène; et avec son regard révolté sur un monde qui rampe, il arrive à nous toucher au plus profond de nous-mêmes. 

https://dieudosphere.com/spectacles/gilets-jaunes

 

 

Keski'spass ici ?

 Keski'spass ici ?

Kesc'est qu'ce pays ?

Où tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

Qu'est-ce qu'on a foutu ?

Qu'est-ce qu'on est d'venus ?

Tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

 

 

La normalité tu m'diras … est toute relative ( c'est vrai );

mais d'là à s'laisser entraîner tous ensemble

dans un genre de folie collective...

 

 

Keski'spass ici ?

Kesc'est qu'ce pays ?

Où tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

Qu'est-ce qu'on a foutu ?

Qu'est-ce qu'on est d'venus ?

Tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

 

 

Père et mère sont dev'nus des gros mots;

faire rire est aujourd'hui un délit,

on te dit quoi penser, quoi bouffer, qui prier, non non !

c'est pas normal.

 

La normalité tu m'diras … est toute relative ( c'est vrai );

mais d'là à s'laisser entraîner tous ensemble

dans un genre de folie collective...

 

 

Keski'spass ici ?

Kesc'est qu'ce pays ?

Où tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

Qu'est-ce qu'on a foutu ?

Qu'est-ce qu'on est d'venus ?

Tout l'monde fait comm'siiiii ... non non,

c'est pas normal.

 

Keski'spass ici ?

Kesc'est qu'ce pays ?

Keski'spass ici ?

où l'monde fait comm'siiiii ... Keski'spass ici ? non non,

Keski'spass ici ?

c'est pas normal.

Keski'spass ici ?

Qu'est-ce qu'on a foutu ?

Keski'spass ici ?

Qu'est-ce qu'on est d'venus ?

Keski'spass ici ?

Tout l'monde fait comm'siiiii ... Keski'spass ici ? non non,

c'est pas normal.

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 11:54

2019. L’année n’est pas finie que l’on a déjà perdu Rutger Hauer, Henry Chapier, Anémone,  Bruno Ganz, Jean-Pierre Marielle, et maintenant Jean-Pierre Mocky. Ce dernier a rejoint presque tous ses potes avec qui il a tourné; une génération entière d’acteurs qui ont contribué aux plus belles pages du cinéma français.

Pas mort de vieillesse non; un type comme lui, sûrement pas. Impossible. Non, il a du voir comme moi le dernier Besson : Anna. Non mais sans déconner; vous le croyez vous ? Il aura fallu à Besson, 29 ans pour « enjoliver » un remake de Nikita. Y’ s’est pas fait chier le pépère : une remise à jour de Nikita, une bonne dose de John Le Carré, et un soupçon de « NCIS : Los Angeles » en la personne d’un clone de Linda Hunt en plus grande. Sans parler de certains anachronismes, on frise la parodie. Et Besson touche des droits d’auteur ? Non, sérieux !

Après le soporifique « Valérian et la Cité des mille planètes » - ben oui hein, pas facile de refaire quelque chose à la hauteur du « Cinquième élément » -, on a l’impression que Besson ne collectionne plus que des bides … et des mannequins. 

Les acteurs meurent. Besson lui, tue le cinéma français.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 17:40

Tiré de ERTV Officiel, une bonne réflexion sur l’ethno-nationalisme par Varg Vikernes; suivi d’un texte ( toujours d’actualité ) que j’avais trouvé dans un roman de Claude RANK.

 

 

Varg Vikernes :

"L'ethno-nationalisme attire les Européens les moins intelligents"

Traduction E&R

Le musicien norvégien Varg Vikernes revient sur l'ethno-nationalisme blanc et regrette sa

faiblesse structurelle : plutôt que de former une " aristocratie de l'esprit ", le nationalisme

fondé uniquement sur la couleur de peau attire les plus bas niveaux intellectuels d'Europe.

 

*     *     *     *     *

 

Dans le roman de Claude RANK « Guerre à la paix », édité en 63, vers la fin, un groupe de néo-nazis viennent « perturber » des manœuvres de l’OTAN en Angleterre. 

En voici un extrait : 

 

« Il était grand et maigre, avec des lèvres très minces, des cheveux blonds coupés en brosse, une expression féroce.

- Ils ont changé les allemands, kerl ! On est déçus, nous, à Londres, de les voir changer à ce point. On doit montrer la voie et c’est drôle que ce soit à nous de leur expliquer maintenant que la nouvelle Europe ne peut se faire qu’avec les vieux principes de Nuremberg.

- Sont cinglés et on va leur rentrer dedans, dit le Français, pâle de rage. Tire-toi de là, Fritz !

- Un moment ! trancha l’allemand, avançant vers le groupe de potencés. Nazisme ? C’est du nazisme que vous parlez, imbéciles ?

Poyston blêmit encore sous l’insulte. Mais les rangs « alliés » se resserraient, formant un cercle très menaçant.

- Qui êtes-vous donc pour parler du nazisme ? reprit l’allemand, d’une voix vibrante de mépris. Qui vous a donné le droit, même, de salir ce qu’a été le nazisme ? Le vrai !

- Salir ?

- Salir ! répéta le sous-off, mordant ses mots. Vous êtes des clowns illuminés, uniquement pétris de haine imbécile, des ratés de l’anarchie, des grotesques qui ne parvenez qu’à faire croire que le nazisme n’était formé, à votre image, que de grotesques ! Le nazisme à la sauce anglo-saxonne sombre immanquablement dans la pitrerie ! Votre lutte…

- Notre lutte ne fait que commencer, essaya de placer Poyston, le menton tremblant. Mais ses effets se sont déjà fait sentir en Italie, en France…

- En France ? Imbéciles ! En France, faussé ou pas, l’idéal de l’O.A.S. était valable, prenait ses racines dans une souffrance et dans un déséquilibre. Votre idéal à vous est fabriqué artificiellement, comme des savonnettes ou des macaronis, par des malins.

- Et où ces idiots-là ont-ils pris que l’O.A.S. était nazie ? intervint un sergent para à l’accent algérois, s’approchant. Dites…

- Un moment, coupa l’Allemand, je n’ai pas fini. Où sont leur programme, leur doctrine ? Qui leur a inculqué cette doctrine ? Ils disent ou veulent faire croire que d’anciens nazis sont derrière ! C’est possible. Mais il est certain que l’argent vient de beaucoup plus loin, de plus loin que l’Allemagne.

Il frôla avec dégoût, d’un doigt, la chemise de Poyston qui recula comme si on l’avait brûlé au fer rouge.

- le nazisme a peut-être commis de sales erreurs, mais il nous a donné, à nous au moins l’enthousiasme et le prestige. Il a redressé un drapeau que Weimar avait traîné dans la boue, il a fait trembler le monde et il nous a fait vibrer. Mais il représentait l’Allemagne et nous étions Allemands. Vous…

Ses lèvres se tordirent de mépris, il abrégea brusquement :

- Dehors, maintenant. Et une chose est sûre : si le nazisme a fait trembler le monde, vous, vous le faites rigoler !

- De quel droit, ce sermon ? grinça l’un des hommes des Blacks Kommandos. Poyston…

- Ferme ça, Comrade ! enjoignit le sous-officier allemand.

Il remonta tout à coup sa manche de vareuse, puis sa chemise. A mi-bras, on devinait encore deux minuscules cicatrices blanchâtres.

- Regarde ! Dessous, il y avait deux lettres tatouées. Moi, je sais… A ma sortie de l’école de Bad Tölz, j’ai fait Moscou, plus tard Kharkov, et Rostov et Stalingrad, puis ç’a été l’aller et retour : Lublin, Varsovie, Lodz et Berlin ! Nous étions des vaincus, c’était de bonne guerre. Mais nous nous sentions malgré ça des hommes, des vrais. Le nazisme s’écroulait, mais nous demeurions l’honneur, en dépit des forcenés des camps de concentration et des assassins. Lorsque un pays, un idéal, des armées, un passé s’écroulent, la peur engendre toujours des assassins, c’était dans l’ordre inéluctable, implacable, des choses. Et voilà pourquoi je parle : moi, j’y étais !

- Fais-le taire, Poyston, dit mollement un autre potencé.

- Je t’étranglerai avant de cette main-là ! cria l’ancien SS, montrant ses cinq doigts largement étalés et fendant le premier rang en direction de l’homme. Voulez-vous que je vous dise qui vous êtes : des crétins qui n’ont rien compris, qui n’en ont pas assez bavé pour comprendre. Nous, nous avons pensé après la défaite : nous sommes moralement morts mais nous avons lutté, nous avons tout donné et ça prouve que nous étions sincères. Nous avons été trompés, nous nous sommes autosuggestionnés, on a pas su, pas voulu, pas pu nous faire comprendre ? Qu’importe ! Nous étions sincères. Mais vous…

Il souleva l’homme qui avait parlé par le col de sa chemise brune.

- Vous, vous êtes des pantins hurlants et bornés sans preuves derrière vous. Vous n’êtes que hurlements gratuits. Des roquets. Et je vous le dits : vous salissez ce qu’il y a eu de bien, dans le nazisme.

Il lâcha l’homme et recula, les défiant du regard.

- Le nazisme s’est écroulé et il est mort. Alors, vive l’Europe ! A travers des millions de cadavres inutiles, ç’a tout de même été notre idéal et ça le reste. […] »

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 19:51

Macron et ses complices pillent la France en toute impunité. Après avoir bradé quand il était ministre de l’Économie :

                              - Alstom Énergie aux américains

                              - les Chantiers navals de Saint-Nazaire aux Italiens

                              - les ciments Lafarge aux Suisses.

Le 15 mars 2019, à 6 h 15 du matin à l’Assemblée nationale, 45 députés étaient présents sur 577.

27 députés ont voté pour :

                              - la privatisation des Aéroports de Paris,

                              - la privatisation de la Française des jeux,

                              - la privatisation d’Engie,

                              - la suppression des tarifs réglementés du gaz,

                              - la réglementation de l’assurance-vie,

                              - la modification des seuils sociaux.

15 députés ont voté contre et 3 se sont abstenus.

532 députés élus et grassement payés par le racket orchestré sous couverts d'impôts, étaient absents.

C'est un vrai bras d'honneur des sbires de Macron aux français.

Autrefois, souverains et présidents gouvernaient le pays. Ils ont ensuite, à la fin du XXème siècle, géré le pays comme on gère une entreprise.

Aujourd'hui, à nouveau, on voit cet état de fait bouleversé par un renversement des valeurs. Nous avons actuellement, grâce au jeu de la démo-crassie, un président élu par 20 % des électeurs.

Un président, pantin de la haute finance internationale, qui non seulement ne gouverne pas, ne gère rien, et passe son temps à se justifier sur ses annonces, et à demander aux français ce qu'il doit faire. Ahurissant !

Un pays ne se gère pas. Un pays, se doit d'être gouverné.

Et Macron en est incapable.

La seule chose qu'il fait, est d'appliquer à la lettre le démantèlement du pays.

 

Macron est à l'image de miss France. Élu sur sa belle gueule, il passe ensuite son mandat en représentation. Le voici maintenant en tournée européenne.

 

   

L'union européenne a ouvert grandes les portes de l'immigration. L'Allemagne la première et s'en mord à présent les doigts. Angela Merkel elle-même a admis l'échec allemand en matière d'immigration, notamment sur le plan culturel.

Mais les uns et les autres s'en foutent. Le capitalisme dominant a besoin d'esclaves, besoin d'une main d'œuvre à moindre coût. Et malgré les débordements inhérents à cette immigration à bon marché, certains gouvernements de l'union européenne persistent dans cette optique, au détriment de leurs populations de souche.

Les souverainetés nationales doivent se diluer dans l'union européenne capitaliste. C'est la survie de ce système que nous devons combattre. Mais cela ne sera pas possible avec les petites mesquineries franchouillardes comme celles que je vais relater ci-dessous.

Deux anecdotes :

Au début des années 90, j'ai eu une discussion avec un ancien ouvrier des chantiers navals qui avait été licencié lors de la fermeture de ceux-ci, et était arrivé à EDF après avoir récupéré ses 20 patates de licenciement. Celui-ci, camarade CGTo/Coco, état qui n'empêchait pas une indécente obséquiosité envers son petit chef et la direction, trouvait la panacée dans le concept du futur traité de Maastricht. En effet, pour lui, tout le monde serait au même niveau de salaire, dans tous les pays de l'Europe.

Je luis répondis : "Ok. Bon, alors je vais aller dans ton sens.

Premier cas. Je suis un patron dans le milieu de la France, et j'ai le choix entre un ouvrier du nord, et un ouvrier méditerranéen. à compétences égales et pour un salaire égal, je choisis celui du nord; parce que bon, faut être sérieux, ceux du nord bossent le plus. Dans le midi, on a plus tendance à se la jouer cool.

Deuxième cas. Je suis un patron français, et j'ai le choix entre prendre un travailleur français et un travailleur portugais. Je prends le portugais; parce que j'en ai vu à l'œuvre, et je peux te dire que c'est des sacrés bosseurs. Alors oui, ce serait bien ... si tu as du travail; si on t'en donne !"

 

 

Malaise, "réflexion" de la part du mec, qui, avec un revers de la main me répond : "Bah, on s'en fout, on est à EDF."

Bref, après nous le déluge. Bel exemple du niveau intellectuel d'un gros beauf de base, l'idiot utile de la démo-crassie dans toute sa splendeur.

 

Deuxième anecdote. Il y avait eu une réunion sur Maastricht à la salle du patronat à Toulon, organisée par des pro-mastrichiens du RPR, chiraquiens et Cie. Je m'y rends avec un Kamarade ( ben oui, Francis; on n'était pas nombreux non plus ); et vous nous connaissez, on a le droit de s'informer hein !

Bon, nous nous mettons un peu en retrait. Enfin, presque au milieu de la salle vu qu'il n'y avait qu'une soixantaine de personnes, et nous posons deux ou trois questions, notamment celle-ci :

"Ne croyez-vous pas que si un jour, un pays ne soit pas en accord avec cette union européenne, celui-ci ne veuille en sortir, et devienne le grain de sable qui la fasse se gripper ?"

Réponse d'un des orateurs :

"Bof, les français comme les autres pays ont accepté le fait de l'union européenne, alors il n'y aura pas de problème".

Voilà le sentiment d'autosatisfaction qui primait à l'époque, dans certain milieux.

 

Le référendum français de mai 2005 sur le traité établissant une constitution pour l'Europe, malgré les 54,68 % des suffrages exprimés pour le NON, a été bafoué. Le gouvernement français n'a pas reconnu le suffrage exprimé, et s'est assis dessus. Et l'on s'étonne qu'il y ait de plus en plus d'abstentions ...

À présent, les problèmes successifs comme le non respect des règles par les états et les sanctions qui sont rarement appliquées, la récession de 2008, la bulle immobilière de 2010 en Espagne, la presque banqueroute de la Grèce en 2010, les dysfonctionnements de l'UE, le Brexit, font de l'union européenne un radeau rafistolé, composé de bouées rapiécées de toutes parts au gré des intérêts, et qui se protège par chantages et menaces de toutes sortes sur les états.

 

Mais depuis quelques années, la menace terroriste, et la crise migratoire avec son lot de violences et d'exactions, auront été le catalyseur d'un rejet de la part des peuples qui ne veulent plus êtres les laissés pour compte dans leur propre pays.

Les peuples ne veulent pas voir disparaitre leur culture, leurs traditions, le peu de liberté qu'ils avaient au profit d'esclaves sous payés qui ne partagent non seulement pas la culture européenne, mais qui de plus veulent imposer leurs religions, cultures, et modes de vie.

 

Contre cela, voici que les pays se réveillent et ne veulent plus servir de pantins aux larbins de Goldman Sachs et consorts. Tels des grains de sable, l'Italie, la Hongrie, l'Autriche, la Pologne et la République tchèque, ainsi que des partis qui se renforcent dans d'autres pays pour rejeter cette Europe des banquiers, risquent fort de gripper cette mécanique européenne déjà mal huilée.

 

En votant vous cautionnez le système; et cette démo-crassie de merde que vous soutenez fait crever le pays à petit feu.

Et vous avez peur d'une dictature ? Mais on y est déjà. Alors révoltez-vous !

 

“La violence aux mains du peuple n’est pas la violence, mais la justice.”

Eva Peron

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 12:09

Patrick Balkany, après avoir déclaré "J'ai commencé la politique avec ma femme, nous étions riches. On la finit pauvres", relativisant en cela la notion de pauvreté, affirme à présent "avoir l'impression qu'on fait le procès des Juifs qui après la Libération ont pris leurs dispositions".

Eric Dupond-Moretti, et Patrick Balkany

Ah, il y avait longtemps que certains n'avaient pas crié à l'antisémitisme ( En France, oh oui, au moins ... quelques heures ^^ ).

Balkany a fait le "Shoah" de remettre un shekel dans la machine en chouinant sur la spoliation de sa "communauté". Répugnant.

Remarquons quand même que celui-ci parle d' "après la Libération"; ce qui est d'autant plus savoureux qu'il ne se plaint pas de leur situation, ni AVANT, ni PENDANT la guerre. À l'époque, son père Gyula Balkány était spécialisé dans les faux-papiers; le fils lui, a choisi de sévir dans les fausses factures ... hérédité quand tu nous tiens !

 

Petit rappel d'un de mes écrits au sujet des biens juifs ...

 

J’ai du mal à comprendre dans les affaires des biens juifs, la mesquinerie de ces derniers. (1)

Tous les jours, des milliers de personnes en France et à travers le monde sont parfois obligés de gager leurs biens quand ils se trouvent en difficulté, sans que leurs vies soit en péril. Difficultés qui ne sont pas toujours surpassées, et qui amènent à terme la vente de leurs biens. On ne trouve là rien à redire ! Pourquoi en serait-il autrement pour les juifs ?

D’autant plus que leurs « difficultés » en question, à l’époque, n’étaient ni plus ni moins que leur survie. Lorsqu’il a fallu qu’ils sauvent leur peau, ils n’ont alors eu aucun problème à se dessaisir de ces biens matériels, car ils considéraient à l’époque que leurs vies valaient bien plus ; Ils ont choisi en toute connaissance de cause.

Est ce par humilité qu’ils reconnaissent aujourd’hui qu’ils avaient surévalué leurs vies ? ... humilité ou estimation tardive ?

 

(1) quand ces biens ont été vendus ; il est évident que pour ceux qui ont été volés, c’est autre chose.

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 11:54

Publié le 8 avril 2019 - par Salem Benammar

*

Il n’y a que les idiots et les collabos qui se font des illusions quant à la volonté des djihadistes d’entrer dans les rangs et de se ranger un jour des armes, une fois qu’ils auront accompli leur peine. C’est bien pire qu’une bombe à retardement, c’est un déchet radioactif déposé à même le sol.

*
Les faire revenir pour les juger en France est un argument aussi irresponsable qu’inique et un coup d’épée dans l’eau. On ne juge pas les djihadistes comme on avait jugé les nazis, car on a affaire à un type de criminels de guerre et contre l’humanité qui se veulent au-dessus des lois humaines. Pour eux, leurs actes sont couverts par une impunité théologique, ils estiment n’avoir fait que leur devoir dans le cas d’espèce (2; 216)
*.

*
Fermés à tout raisonnement rationnel et vivant dans le déni de la réalité, ils ne voient le monde qu’à travers le prisme du Coran qui codifie leurs comportements et leur dicte leur conduite. S’ils se sont retrouvés en Syrie et en Irak, ce n’est pas leur choix, c’est la volonté d’Allah. En fidèles héritiers de Mahomet ils n’ont qu’à se conformer à sa tradition en temps de guerre. Les conventions internationales qui régissent les conduites de guerre ne sont que l’œuvre des mécréants. Pour eux, il n’y a rien de répréhensible dans leurs agissements.

*
On peut les enfermer en prison mais on enferme pas l’idéologie qui les nourrit et les irrigue. Ils n’ont fait qu’appliquer rigoureusement les injonctions coraniques qui sont au-dessus des lois humaines.

*
Pense-t-on aux procès coûteux, aux rapatriements onéreux, aux frais de leurs séjours en prison à la charge des contribuables ? La prison n’est pas non plus une privation de droits, ils auront tout le loisir de jouir  des mêmes droits que le détenu lambda tels que les parloirs sexuels, les soins, la nourriture, et leurs enfants placés dans des familles d’accueil qui pourront leur rendre visite au nom de la préservation des liens parentaux ; et cerise sur le gâteau, ils pourront toucher les allocations familiales et de la rentrée scolaire.

*
Qu’aura-t-on à gagner d’un  simulacre de  procès où les accusés vont s’amuser à snober leurs juges et railler la justice, si ce n’est pas pour les médiatiser et les mettre au menu des infos de 20 heures, à moins de susciter de nouvelles vocations de djihad chez leurs coreligionnaires ?

*
Ni repentance, ni compassion, ni empathie, ni regrets ; ils sont en guerre contre le monde non musulman, ce monde qualifié de pervers par le Coran et qui raille Allah et son prophète. Un soldat n’a pas à faire dans les sentiments et demander pardon. Ils n’ont aucune conscience de la gravité de leurs actes. Pour eux, ils n’ont tué personne et c’est Allah lui-même qui les a tués (8; 17)
* et c’est lui et lui seul qui est digne de leur respect et leur crainte et auquel ils auront à rendre des comptes si jamais il y a lieu. Un commanditaire de crimes demande rarement des comptes à ses exécutants. Peu de chance pour qu’ils se trouvent sur le banc des accusés. Ils se sont lancés au combat sur ses ordres et ne font que thésauriser pour la vie éternelle (9;39)*.

*
Quel que soit le verdict prononcé, cela ne va pas calmer leurs ardeurs velléitaires, il sera perçu comme injuste et ignominieux. Victimes de l’injustice des mécréants diront les leurs.

*
On ne punit pas de prison ce qu’Allah prescrit et récompense, et cela ne fera que les renforcer dans leur détermination de reprendre le combat à leur sortie, là où ils l’ont laissé après avoir propagé l’idéologie du djihad en prison chez leurs codétenus et avoir ainsi de nouveaux émules.
Leur capacité de nuisance ne s’éteint pas pour autant et le djihadisme continuera à faire ses ravages tant que l’islam ne sera pas foi et loi pour tous les hommes.

*
On ne peut pas lutter contre le terrorisme djihadiste en le dissociant de sa source nourricière. Ce n’est certainement pas la solution carcérale qui va aider à résoudre l’équation de l’extension de la pieuvre islamique en France. Les Français détenus par les forces kurdes et arabes devraient être remis à la justice syrienne, n’en déplaise au gouvernement français. Elle est la seule à même de les juger et condamner. L’État syrien est encore reconnu internationalement et on ne peut lui contester le droit de les poursuivre pour des crimes commis sur son territoire. Au moins ce pays applique-t-il la peine de mort, contrairement à la France qui doit être consciente que seule la peine capitale est envisageable dans leur cas.

*
Il n’y a pas d’humanitarisme et de sentimentalisme qui tiennent avec des individus dont les  crimes auraient glacé d’effroi les Hutus et les nazis. Quant à leurs proches et les associations de droit-de-l’hommistes qui militent en faveur de leurs rapatriement pour leur sauver la vie, ils devraient faire preuve de décence et d’empathie pour leurs victimes.

*
M. Macron aura tout à gagner à les abandonner à leur sort. Ils ont rejoint le camp de l’État islamique avec le dessein de devenir sujets d’un nouvel État, avec la volonté affichée de couper les liens avec la France. Il suffit que la France en prenne acte et les déchoie de la nationalité française.
Un Français digne de ce nom ne doit pas brûler son passeport. Au nom de ce principe, la France se doit de cesser de les considérer comme français.

*
Salem Benamma
r

Source : ripostelaique.com

L'auteur

Salem Benammar

Consultant-formateur, ex délégué syndical C.G.T enseignement-formation. Docteur en science politique. Diplômé en 3e cycle en Anthropologie Sociale et en Relations Internationales.

Auteur de "Introduction à l'ethnologie des communautés musulmanes marchandes en Inde". "Pour une contribution nouvelle à l'étude des relations internationales : les J.O. miroir de la société internationale".

Fils d'un homme qui a porté l'uniforme de l'armée française pendant 32ans et petit-neveu d'un poilu mort pour la France en 1918.

 

Sourate 2

verset 216

Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas.

 

Sourate 8

verset 17

Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient.

 

Sourate 9

verset 39

Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2019 1 28 /01 /janvier /2019 18:29
Déclaration de Macron en Egypte : « Je marche sur la glace ». Voici que maintenant il se prend pour Jésus. ^^  

 

Déjà partagé sur Facebook, entre les deux tours de la présidentielle le 03 mai 2017, le texte qui suit avait provoqué l'ire des Macronistes de tous poils. Apparemment l'analyse psychiatrique faite par le professeur Adriano Segatori du "candidat" de l'époque Emmanuel Macron, n'avait pas suffit à faire réfléchir les fans de ce psychopathe. On ne peut que constater que cette analyse est à ce jour, à la lueur de ce qu'à subit la France depuis plus de dix-huit mois, une navrante réalité.

*          *          *          *          *

L'inquiétant profil psychologique d'Emmanuel Macron

par le Professeur Adriano Segatori, psychiatre et psychothérapeute italien

 

"L'analyse que j'ai faite sur Emmanuel Macron, provient à la fois des images que j'ai en ma possession que de la biographie dont le candidat se revendique.

Le jeune Emmanuel Macron, à l'âge de 15 ans, a subit une grave agression sexuelle via sa professeur qui a l'époque avait 39 ans.

Au lieu de la vision à l'eau de rose de cette union qu'on pourrait définir grotesquement comme un mariage réparateur ( pour réparer le viol ), j'y vois plutôt le fait que s'est bloqué prématurément le développement d'Emmanuel Macron en pleine adolescence, à cause d'une opération de séduction à la fois psychique et physique.

Ce qui s'est passé c'est à la fois dépasser un tabou et dépasser une limite. La limite même que prescrit un tabou.

Donc le premier passage, a été la conviction que tout était permis.

Naturellement, ce sentiment de toute puissance a eu lieu au sein de la bonne société bourgeoise d'Amiens - dans le nord de la France.

Si cette union avait eu lieu dans l'environnement social prolétaire, cet environnement qu'Emmanuel Macron méprise profondément, et bien Emmanuel Macron aurait été détruit et serait suivi par les services sociaux, et Brigitte Macron serait en prison.

C'est la triste vérité. Nous sommes confrontés à un problème de type pédophile.

Une fois les limites du tabou dépassées il s'est passé que l'idée de l'omnipotence propre à chaque enfant a été ultérieurement encouragée, jusqu'à dépasser un propre chevauchement de la réalité qui, renforcé par des avantages intellectuels, lui font extrapoler ses limites personnelles.

Le paradoxe veut qu'il semble pathologiquement normal mais nous sommes en plein narcissisme.

Macron depuis sa jeunesse nourrit une ambition hors norme. Il a besoin du regard et de l'admiration des autres pour compenser un complexe d'infériorité.

Donc nous sommes confrontés à 3 paradigmes qui définissent un certain type de personnalité :

1 - l'idée qu'il n'existe pas de limite,

2 - un sentiment d'omnipotence dès dans l'enfance mais encore plus présente à l'âge adulte,

3- un narcissisme qu'il n'est pas interdit de définir comme malveillant.

Qu'est ce que structurent ces 3 paradigmes ?

- ça structure ce qu'on appelle une psychopathie car nous sommes confrontés à un individu - Emmanuel Macron - qui, comme organisation psychique, est parfaitement définissable comme psychopathe.

Le mot "psychopathe" n'est pas une insulte.

Une grande psychanalyse américaine - Nancy Mac Williams - explique textuellement qu'un psychopathe peut atteindre les plus hauts niveaux de l'administration américaine.

Donc le psychopathe peut bien sûr être un déviant mais s'il est bien organisé d'un point de vue culturel, social, etc., il peut aussi atteindre les sommets de l'élite dans des domaines de la politique, la finance - ce qui est le cas dans le profil étudié.

La personnalité psychopathe est caractérisée par un nombre infini d'items - disons des points de référence - par exemple :

- une fascination pour le superficiel

- la capacité d'attraction

- le malaise dans la confrontation.

Ce que nous voyons bien dans les crises d'hystérie de Macron au moment où l'admiration pâlit, et souligne les faiblesses de son identité. Cette hystérie est caractérisée par son intérêt pour les mises en scène théâtrales qui ne manquent pas de rappeler - coïncidence troublante - son histoire personnelle avec son enseignante - qui enseignait le théâtre.

Le psychopathe n'est pas digne de confiance mais réussit à travers la fascination qu'il exerce à convaincre son interlocuteur. Il n'a aucun remord.

Lorsque Macron parle des pauvres ou insulte les prolétaires du nord en les réduisant à des fumeurs et des alcooliques, lorsque Macron dénigre les femmes en les rabaissant au rang d'ignorantes, nous revenons dans le discours parfaitement expliqué par Jacques Lacan.

Et c'est vrai qu'il ne voulait pas vraiment le dire mais son inconscient a parlé pour lui. Car il croit à ce qu'il dit et ne peut pas s'empêcher de l'exprimer.

Macron se défend donc en modifiant le sens de ses déclarations - mais sans jamais exprimer de remords - car il ne ressent jamais de culpabilité.

Donc quel est le problème du point de vue psychiatrique ? Quelle est la dangerosité du personnage ?

Je réponds que ça ne fait aucun doute : Emmanuel Macron, comme tous les psychopathes est particulièrement dangereux.

Un intellectuel américain, spécialité dans les - appelons ça "perturbations bien intégrées" chez les notables - a dit textuellement :

"Les serial killers détruisent les familles alors que les psychopathes en poste aux sommets de la politique et de l'économie ruinent les sociétés."

Pourquoi Macron est dangereux ? Il est dangereux car :

1 - comme tous les psychopathes Macron a une haute idée de lui-même.

2 - Macron n'aime pas la France et ne lutte pas pour le peuple de France.

3 - Macron s'aime énormément et il lutte pour maintenir sa fragile identité.

La conflictualité face à Marine Le Pen n'est pas pour lui une conflictualité seulement de niveau politique. Il ne peut pas accepter qu'une femme, la Marianne, la représentante de la France soit son antagonisme. Il a besoin d'une mère nourricière. Toute autre relation avec une femme devient difficile à assumer. Donc, cette fragilité est très dangereuse car comme pour tous les psychopathes qui travaillent uniquement pour eux-mêmes, et qui considèrent les autres comme des instruments pour sa propre grandeur, souligne dans ce cas à quel point de danger se trouve actuellement un pays comme la France face à un candidat de ce genre."

 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 23:46
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 16:49

L'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est non seulement une connerie, mais aussi une vaste fumisterie.

D'ailleurs il a changé de nom, car à son ancien nom, Impôt Sur la Fortune, l'état y a ajouté "solidarité" pour faire croire aux "contribuables du bas" que cela rapporte quelque chose, et que les "riches" étaient par-là, solidaires ( par contrainte quand même ) des pauvres.

En fait, l'état prend à quelques riches - ce qui incite d'ailleurs certains à frauder - pour ne redistribuer avec condescendance, que quelques miettes.

 

Du moment que les pauvres ont le sentiment d'avoir ce petit pouvoir sur les riches, cela arrange l'état; les événements actuels le démontrent bien. Tout le monde redemande à cor et à cri le rétablissement sur l'ISF, comme si c'était la panacée, sans que personne ne se rende compte que cela ne fera pas baisser les impôts.

En fait, le système ne fait qu'inciter d'une part à une fuite des capitaux vers des paradis fiscaux, et d'autre part incite aussi à la fraude. Cela concerne des milliards d'euros qui sont investis à l'étranger, ou qui dorment dans des coffres, au lieu d'aider à l'économie française.

 

Si tout le monde payait ne serait-ce qu'un pourcentage exact d'impôts au prorata de ses gains, cela rapporterait bien plus au pays. Cela ajouté à une répression impitoyable pour ceux qui fraudent, qu'ils soient riches ou pauvres, sans exceptions. Pour faire simple, dans un mode normal, un type comme Jérôme Cahuzac ne serait plus de ce monde.

 

Les personnes qui paient l'ISF, sont des personnes qui ont gagné cet argent. Que cela soit un chef d'entreprise, un footballeur, un artiste ou un simple particulier, il est possesseur de ses biens. Et ils apportent quels qu'ils soient, par leur don ou autre, quelque chose au peuple; comme le plaisir, l'espoir, le rêve, la convivialité. Il n'y a que quelques esprits chagrins, mesquins et jaloux qui n'acceptent pas cet état de fait.

Pour ma part, si un footballeur gagne des millions, ce n'est sûrement pas grâce à moi. Je m'intéresse tellement au foot, que si tout le monde était comme moi, les joueurs seraient payés au smic. Mais s'ils gagnent des millions, tant mieux pour eux; ils apportent quelque chose aux autres.

 

En fait, l'ISF ne rapporte que 5 milliards à l'état. C'est peanuts au regard de ce que la France pourrait récupérer en foutant la paix aux "riches". C'est une carotte que l'on a agité pendant des années devant le peuple pour lui faire plaisir, et lui permet d'assouvir ses jalousies envers "ceux qui ont tout" et leur faire croire que cela leur rapporte quelque chose. Cela s'appelle diviser pour régner.

 

La fraude fiscale, elle, coûte chaque année à la France entre 60 à 80 milliards d'euros, et "Dans un livre publié en 2012, le grand reporter à La Croix Antoine Peillon chiffrait lui à 600 milliards le montant des avoirs français dissimulés à l'étranger, dont environ 250 milliards détenus par des particuliers et le reste par des entreprises". (cf. lefigaro.fr). lien

 

L'optimisation fiscale quand à elle, coûte au pays au-moins 18 milliards d'euros. (cf. lesechos.fr). Lien

 

C'est là-dessus qu'un gouvernement honnête devrait se pencher et sévir. Mais cela n'arrange pas nos dirigeants qui préfèrent faire le jeu du capitalisme apatride, des copains-coquins à Macron. Alors français, pensez bien que vos 5 milliards récupérés de l'ISF, ne sont que de la poudre aux yeux destinée à vous faire oublier qu'il n'y a aucune volonté du gouvernement à faire payer les fraudeurs.

 

Et par ailleurs, comme je l'ai déjà écrit : "Un patron peut partir, rien qu'avec ses indemnités, il peut vivre quelques centaines d'années. Quand un ouvrier part, rien qu'avec les indemnités, il ne peut vivre, avec un peu de chance, que quelques centaines ... de jours."

Et c'est cela qui est insupportable. C'est sur les inégalités que doit se porter le combat. Et pour cela, il faut changer de système.

 

 

Partager cet article
Repost0